Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2013

Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

Les emprunts russes (2)

Si j'ai toujours le poil qui se hérisse un peu quand j'entends des russophones commencer à affirmer, dans un élan de chauvinisme, que « la langue russe est tellement plus riche / belle / variée que le français / l'anglais / le japonais / etc. », il est difficile de ne pas admettre que la construction des verbes et les mécanismes de formation des mots en russe sont d'une souplesse et d'une intuitivité remarquables. Malgré cela, certains mots résistent à une analyse étymologique empirique, et pour cause : ils ont été empruntés au français, mais se sont tellement bien enracinés dans la langue qu'on ne se pose plus trop la question de leurs origines.

Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si j'ai toujours le poil qui se hérisse un peu quand j'entends des russophones commencer à affirmer, dans un élan de chauvinisme, que « la langue russe est tellement plus riche / belle / variée que le français / l'anglais / le japonais / etc. », il est difficile de ne pas admettre que la construction des verbes et les mécanismes de formation des mots en russe sont d'une souplesse et d'une intuitivité remarquables. Malgré cela, certains mots résistent à une analyse étymologique empirique, et pour cause : ils ont été empruntés au français, mais se sont tellement bien enracinés dans la langue qu'on ne se pose plus trop la question de leurs origines.
Chaque Russe un peu bricoleur connaît les pasatiji, la fidèle « pince universelle » de l'électricien. Le mot provient de « pince à tige », ou « passe à tige(s) » selon d'autres sources, ce qui ne semble correspondre à aucune expression existante (ou même ayant existé) du vocabulaire technique français. Il ne reste qu'à considérer que les Russes l'ont simplement bricolé tout seuls parce que ça sonnait bien.
Quand le paysan russe a besoin de traverser la gadoue hivernale, il enchausse par-dessus ses valenki de feutre des kalochi en caoutchouc. « Kalochi », pour un Russe, ça sonne surtout comme « kal », l'équivalent le plus vulgaire de la « merde » française. À l'époque soviétique, les kalochi produites en masse étaient noires à l'extérieur, partiellement rouges à l'intérieur. Les Russes plaisantent, quand ils commentent les chaussures Louboutain : « ce sont des kalochi retournées », sans se douter qu'ils parlent de « galoches » un peu déformées par la prononciation russe.

« Les Laboutain [sic], ce sont des kalochi retournées »


Pour désigner un verre (à alcool) en russe, on peut parler de bokal ou, dans un registre plus soutenu, de foujer (surtout pour désigner un verre ayant une forme fine et allongée), du français « verre de fougère ».
En russe, quand vous avez besoin d'informer vos amis que vous allez pisser, vous dites : « je vais au sortir ». Cet euphémisme français est considéré en russe comme familier, voire vulgaire (peut-être parce qu'emprunté au jargon truand). Il a été popularisé par une scène de la comédie soviétique « Brilliantovaia rouka (La Main de diamant) », où un des personnages parle de « toilettes de type “sortir” » pour désigner des WC effectivement situés à l'extérieur d'un bâtiment, et évoquant pour un russe les petites cabanes qu'on trouve derrière les isbas dans toute la campagne.
Les Russes ne partagent pas l'attachement français à la sacralité des « appellations d'origine » : ils surnomment kon'iak tout brandy arménien, et impriment Champanskoie sur des bouteilles de demi-sec mousseux embouteillé à la chaîne à Otchakovo, dans la banlieue moscovite. Mais l'exemple le plus intéressant reste celui du Kagor : un vin cuit produit en Russie, en Ukraine ou en Moldavie, traditionnellement utilisé comme vin cérémobiel lors de l'eucharistie des orthodoxes russophones. Selon la légende, Pierre le Grand consommait du Cahors importé de France en fortes quantités et célébrait ses propriétés curatives ; il décida d'en implanter la production en Russie, tout en ajoutant à la recette un « petit plus » (en degrés d'alcool).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff