Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2013

Les emprunts russes (2)

Si j'ai toujours le poil qui se hérisse un peu quand j'entends des russophones commencer à affirmer, dans un élan de chauvinisme, que « la langue russe est tellement plus riche / belle / variée que le français / l'anglais / le japonais / etc. », il est difficile de ne pas admettre que la construction des verbes et les mécanismes de formation des mots en russe sont d'une souplesse et d'une intuitivité remarquables. Malgré cela, certains mots résistent à une analyse étymologique empirique, et pour cause : ils ont été empruntés au français, mais se sont tellement bien enracinés dans la langue qu'on ne se pose plus trop la question de leurs origines.

Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si j'ai toujours le poil qui se hérisse un peu quand j'entends des russophones commencer à affirmer, dans un élan de chauvinisme, que « la langue russe est tellement plus riche / belle / variée que le français / l'anglais / le japonais / etc. », il est difficile de ne pas admettre que la construction des verbes et les mécanismes de formation des mots en russe sont d'une souplesse et d'une intuitivité remarquables. Malgré cela, certains mots résistent à une analyse étymologique empirique, et pour cause : ils ont été empruntés au français, mais se sont tellement bien enracinés dans la langue qu'on ne se pose plus trop la question de leurs origines.
Chaque Russe un peu bricoleur connaît les pasatiji, la fidèle « pince universelle » de l'électricien. Le mot provient de « pince à tige », ou « passe à tige(s) » selon d'autres sources, ce qui ne semble correspondre à aucune expression existante (ou même ayant existé) du vocabulaire technique français. Il ne reste qu'à considérer que les Russes l'ont simplement bricolé tout seuls parce que ça sonnait bien.
Quand le paysan russe a besoin de traverser la gadoue hivernale, il enchausse par-dessus ses valenki de feutre des kalochi en caoutchouc. « Kalochi », pour un Russe, ça sonne surtout comme « kal », l'équivalent le plus vulgaire de la « merde » française. À l'époque soviétique, les kalochi produites en masse étaient noires à l'extérieur, partiellement rouges à l'intérieur. Les Russes plaisantent, quand ils commentent les chaussures Louboutain : « ce sont des kalochi retournées », sans se douter qu'ils parlent de « galoches » un peu déformées par la prononciation russe.

« Les Laboutain [sic], ce sont des kalochi retournées »


Pour désigner un verre (à alcool) en russe, on peut parler de bokal ou, dans un registre plus soutenu, de foujer (surtout pour désigner un verre ayant une forme fine et allongée), du français « verre de fougère ».
En russe, quand vous avez besoin d'informer vos amis que vous allez pisser, vous dites : « je vais au sortir ». Cet euphémisme français est considéré en russe comme familier, voire vulgaire (peut-être parce qu'emprunté au jargon truand). Il a été popularisé par une scène de la comédie soviétique « Brilliantovaia rouka (La Main de diamant) », où un des personnages parle de « toilettes de type “sortir” » pour désigner des WC effectivement situés à l'extérieur d'un bâtiment, et évoquant pour un russe les petites cabanes qu'on trouve derrière les isbas dans toute la campagne.
Les Russes ne partagent pas l'attachement français à la sacralité des « appellations d'origine » : ils surnomment kon'iak tout brandy arménien, et impriment Champanskoie sur des bouteilles de demi-sec mousseux embouteillé à la chaîne à Otchakovo, dans la banlieue moscovite. Mais l'exemple le plus intéressant reste celui du Kagor : un vin cuit produit en Russie, en Ukraine ou en Moldavie, traditionnellement utilisé comme vin cérémobiel lors de l'eucharistie des orthodoxes russophones. Selon la légende, Pierre le Grand consommait du Cahors importé de France en fortes quantités et célébrait ses propriétés curatives ; il décida d'en implanter la production en Russie, tout en ajoutant à la recette un « petit plus » (en degrés d'alcool).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé