Nol' - «Radioamateur»

J'suis révolté, j'ai l'âme en peineJ'ose pas toucher mon transistor« Duran Duran », « Iron Maiden »M'empêchent de vivre, une fois encore !

Ноль - Радиолюбитель (Nol' - Radioamateur) © Lëshat

J'suis révolté, j'ai l'âme en peine
J'ose pas toucher mon transistor
« Duran Duran », « Iron Maiden »
M'empêchent de vivre, une fois encore !

Je ne veux pas des voix ennemies
Toute la nuit j'écoute « Mayak »
Je sais comment le blé mûrit
Et les Tchouktches dansent le « Krakowiak »


Ma tête déborde, remplie de haine
Comme c'est naïf et rigolo
Des ennemis sans honte ni gêne
Assaillent mon âme comme un hublot


La voix sournoise du dollar
Veut nous dévier de notre voie
Leur propagande arrive trop tard
Elle trompe qui elle veut, mais pas moi !


J'suis amateur, mais connaisseur
J'ai plus d'un tour dans mon sac
J'vais acheter un haut-parleur
Et j'écouterai seulement « Mayak »


J'ai pas besoin des « Rolling Stones »
J'ai pas besoin de « Led Zeppelin »
Mais je suis sûr : les blés sont mûrs
Et on produit de la vaseline.

 

Titre original : «Радиолюбитель» (Ноль, 1986)

 

Note : En URSS, les «radioamateurs» étaient toujours soupçonnés d'utiliser leur puissant matériel non seulement pour communiquer avec leurs semblables, mais aussi pour capter les stations de propagande pro-occidentale comme la «Voix de l'Amérique» brouillées par les autorités. «Mayak» («Le phare») est la station emblématique de la période soviétique. L'extrait que l'on entend au début et à la fin du morceau, reprenant les premières mesures de la chanson «Podmoskovnye Vetchera», est l'éternel jingle de Mayak.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.