Vladimir Vyssotski - «Mon ami part pour Magadan...»

Dans le tourbillon de nouvelles qui déferle entre les propagandes orientales et occidentales concernant les événements en Crimée, un épisode pittoresque a été souligné par certains organes de presse : des habitants de la péninsule auraient reçu, en tant que nouveaux citoyens russes, des passeports avec le droit de s'installer  dans la Kolyma, vers Vorkuta, Magdan ou autres régions ensoleillées de la côte Est de la vaste Fédération.

Dans le tourbillon de nouvelles qui déferle entre les propagandes orientales et occidentales concernant les événements en Crimée, un épisode pittoresque a été souligné par certains organes de presse : des habitants de la péninsule auraient reçu, en tant que nouveaux citoyens russes, des passeports avec le droit de s'installer  dans la Kolyma, vers Vorkuta, Magdan ou autres régions ensoleillées de la côte Est de la vaste Fédération.

Le Kremlin, évidemment, crie à la désinformation et à la provocation, mais les autorités de la région de Magadan en ont profité pour rappeler qu'ils ont mis en place un programme d'aide au retour au sein de la Mère-Patrie et qu'une centaine d'Ukrainiens auraient déjà adressé une demande de rapatriement vers l'extrême-est.

Des gens courageux, sachant que « Magadan », pour un Français, ça n'évoque probablement rien, mais pour un Russe, ça sera presque invariablement résumé par ce morceau de Vyssotski :

V.Vysotsky "Мой друг уехал в Магадан" (другу И.Кохановскому) © olegtimes

(À Igor Kokhanovski)

Mon ami part pour Magadan,
J'en reste sans voix, j'en reste sans voix !
Il part lui-même, volontairement,
Et pas sous convoi, et pas sous convoi.

Non pas qu'il eût mauvais destin,
Pas même pour enrager quelqu'un,
Ni pour l'ouï-dire : « Qu'il est bizarre ! »
Mais juste pour voir, mais juste pour voir.

Certains diront : « mais il est fou !
Comment un homme sain plaque-il tout à dessein ?
Là-bas y a des camps partout,
Pleins d'assassins, pleins d'assassins ! »

Il répondra : « On exagère beaucoup :
Il n'y en a pas plus qu'à Moscou. »
Fera sa valise tranquillement,
Puis partira pour Magadan.

Je peux le faire malgré les ans !
D'un train qui file la nuit je voudrais bien sauter !
Mais je ne vais pas à Magadan
Sans mes a priori, fermant les apartés

Accompagné d'une guitare
Je chanterai ce qu'il va voir,
Ce que j'n'ai pas vu de mon temps,
À Magadan, à Magadan.

Mon ami part sans vraie raison
Il en a ras-le-bol, il en a ras-le-bol
Mais il ne va pas en prison
Il est bénévole, il est bénévole.

Dieu en décida autrement
Pour moi, quoiqu'à Magadan
Je pourrais suivre mon ami
Et me faire tout petit, me faire tout petit.

 

Titre original : Владимир Высоцкий - «Мой друг уехал в Магадан...» (1965)

 

Note : Igor Kohanovski est un parolier qui a écrit de nombreuses chansons pour «l'estrade» officielle soviétique, et dont Vysotski a chanté le morceau «Bab'ye leto». Vyssotski tiendra la promesse évoquée à la fin du texte traduit ci-dessus et rendra visite à Kokhanoski en 1968, ce qui donnera naissance au morceau «Je suis parti pour Magadan».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.