leslie kaplan
Écrivaine. L’ensemble de son oeuvre est publiée aux Editions POL.
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 avr. 2017

leslie kaplan
Écrivaine. L’ensemble de son oeuvre est publiée aux Editions POL.
Abonné·e de Mediapart

A quoi sert la littérature Avec Kafka (6)

Ce que la question des réfugiés nous apprend à nous, en Europe, sur notre société. Le « droit d’avoir des droits ».

leslie kaplan
Écrivaine. L’ensemble de son oeuvre est publiée aux Editions POL.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Kafka, Kaurismaki et les réfugiés

Un port, le ciel bleu, des couleurs crues, un paquebot. La soute. La tête d’un homme fait irruption. Il a fui la Syrie, ses parents et son frère sont morts sous les bombes. Il va essayer de trouver un asile, du travail, un lieu où vivre, et comment faire venir sa sœur. Il tourne en rond. L’administration : « On connaît », « vous n’êtes pas le premier »… Au même moment, à travers les méandres des banques et des bureaucraties, un autre tente de changer de vie et d’ouvrir un restaurant. On est en Europe, en Finlande. Kaurismaki déroule une histoire simple, tragique, tout le monde se débrouille et tout le monde est dépassé, le tragique vient de l’arbitraire des lois et de la bonne conscience des hommes, de leur certitude rigide et inentamable, mais cette haine tranquille en cache une autre, le meurtre plane, racisme et néo-nazis, Retourne chez toi, chamelier…

Tout en montrant de façon exemplaire le cercle vicieux bien connu_ on a besoin de papiers pour travailler, et comme on ne travaille pas on n’a pas de papiers_ et la situation intenable, « kafkaïenne », qui en résulte, le film de Kaurismaki met en joie, il montre toujours en même temps des personnages actifs, obstinés, sans arrêt étonnés, à l’image des différents « K. » de Kafka, et l’amitié, et l’amour, et le rock... Mais le film pose en creux aussi une question.

Dialogue dans Le château entre K. l’arpenteur et le maire.

- Un résultat demeure acquis, dit K., c’est que la question estextrêmement confuse, et insoluble, sauf pour ce qui touche à mon expulsion.

- Qui oserait vous expulser, Monsieur l’Arpenteur? dit le maire, la complication même des questions préliminaires vous garantit le traitement le plus courtois, seulement vous êtes trop susceptible. Personne ne vous retient, mais on ne vous chasse pas.

 - Ah! Monsieur le Maire, dit K., c’est vous maintenant qui simplifiez bien trop. Je vais vous énumérer quelques-uns des motifs qui me retiennent : les sacrifices que j’ai faits pour partir de chez moi, un long et pénible voyage, les espoirs que je bâtissais légitimement sur mon engagement, ma complète absence de fortune, l’impossibilité de retrouver chez moi un travail équivalent et enfin_ ce n’est pas la moindre des raisons,_ ma fiancée qui est d’ici.

- Frieda? dit le maire sans la moindre surprise. Je sais. Mais Frieda vous suivrait partout. Pour le reste évidemment il faudra encore réfléchir un eu et j’en parlerai au Château. Si une décision intervenait ou qu’il fût nécessaire de vous écouter encore, je vous enverrais chercher. Etes-vous d’accord?

-  Non, pas du tout, dit K., je ne veux pas de cadeaux du Château, je ne demande que mon droit.

« Je ne demande que mon droit », la réponse de K. l’arpenteur interroge. De quel droit K. parle-t-il, lui qui n’est pas « du pays » ? Poser la question de ses droits est en même temps chercher une issue à la situation inextricable dans laquelle il se trouve, lui le réfugié, l’exilé, le déplacé, le sans papiers. Comment des gens peuvent-ils se retrouver sans droits parce qu’ils se retrouvent sans pays ? Qu’en est il pour eux des « droits de l’homme » ? Hannah Arendt qui a toujours dit que « ce sont des hommes, et non pas l’homme, qui vivent sur terre et habitent le monde » remarque que la notion d’homme ne suffit pas à garantir les droits de ces hommes qui, en perdant leur pays, perdent la citoyenneté qui y est attachée. Elle demande comment il peut y avoir des hommes privés du « droit d’avoir des droits », et c’est exactement une « catégorie » de ce genre, d’hommes privés « du droit d’avoir des droits », d’hommes en marge de l’humanité, d’humains non humains, que cherchent à créer actuellement dans tous les pays européens les différents mouvements racistes et xénophobes, à la faveur de ces situations « kafkaïennes » non résolues par les administrations.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis