leslie kaplan
Écrivaine. L’ensemble de son oeuvre est publiée aux Editions POL.
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2017

leslie kaplan
Écrivaine. L’ensemble de son oeuvre est publiée aux Editions POL.
Abonné·e de Mediapart

A quoi sert la littérature avec Kafka (4)

Le capitalisme, où seul compte ce qui se compte, ce n’est pas seulement la simplification, le rejet de la complexité. C’est aussi la perte de sens, l’absurdité générale de tout. Que signifie le mot travail aujourd’hui ?

leslie kaplan
Écrivaine. L’ensemble de son oeuvre est publiée aux Editions POL.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Kafka à la mine

Quand on lit Une visite à la mine, court récit de quelques pages, on fait une drôle d’expérience. On suit calmement dix ingénieurs qui descendent dans la mine à la demande de la Direction qui veut faire percer des nouvelles galeries, on les détaille l’un après l’autre. Un regarde partout, Deux prend des notes dans son carnet tout en marchant, Trois a « la manie de se mordre les lèvres » d’impatience, Quatre « l’index en l’air » parle sans arrêt, Cinq « pâle et fragile » presse la main sur son front, Six et Sept marchent courbés, Huit « malgré ses beaux habits s’agenouille dans la boue et va frapper sur le sol » avec son petit marteau, Neuf pousse une petite voiture avec des instruments « extrêmement précieux, emmitouflés de la ouate la plus douce », Dix a l’air un peu autoritaire « mais ce n’est qu’au nom des instruments ». Ce sont des figures, des dessins, des chorégraphies. On les imagine bouger, comme on imagine aussi le domestique qui les accompagne et dont la suffisance fait rire le narrateur.

Mais quand le récit se termine, on reste avec un sentiment qu’on a du mal à nommer. Ce n’est pas la fureur sarcastique que Marx vous a refilée en décrivant dans Le Capital la journée de travail d’un ouvrier, et en le citant : “Mon petit garçon que voici, j’avais coutume de le porter sur mon dos, lorsqu’il avait 7 ans, aller et retour de la fabrique, à cause de la neige, et il travaillait ordinairement seize heures... Bien souvent je me suis agenouillé pour le faire manger pendant qu’il était à la machine, parce qu’il ne devait ni l’abandonner ni interrompre son travail.” Ou : “Dans les ateliers de vernissage, on trouve des jeunes filles de 12 ans qui travaillent 14 heures par jour pendant le mois entier, sans autre répit régulier que deux ou trois demi-heures au plus pour les repas...” Et que disent les propriétaires de fabriques ? “Nous ne trouvons pas que le travail, qu’il s’exécute le jour ou la nuit, fasse la moindre différence pour la santé... (la santé de qui, demande évidemment Marx). « Nous ne pourrions bien faire, ajoutent ces propriétaires, sans le travail de nuit de garçons au-dessous de 18 ans. Notre grande objection serait l’augmentation des frais de production”.

Ce n’est pas non plus le ton de Tchékhov où il y a aussi une visite d’usine surprenante. Dans Une visite médicale Tchékhov met en scène un jeune interne appelé à la campagne pour soigner la très jeune héritière d’une grande fabrique où travaillent des centaines d’ouvriers. Le diagnostic du médecin est que cette jeune femme solitaire, intelligente et cultivée, n’a rien, absolument rien d’autre qu’une immense tristesse devant le gâchis de vie que représente cette fabrique, travail épuisant, brutalité, saleté, toute cette horreur, et pour quoi ? que la gouvernante française qui vit là avec l’héritière et sa mère puisse manger de l’esturgeon et boire des vins très chers. La jeune femme accepte ce que lui dit le médecin avec bonheur et la nouvelle se termine sur une note d’espoir, tout cela va finir, va bientôt finir.

Kafka, lui, choisit de ne pas parler du travail des mineurs, il nomme seulement « la mine » et décrit en détail les caractéristiques, les comportements, les attitudes, voire les poses des dix ingénieurs. Plane alors une série de questions qui ne sont pas formulées mais qui attrapent le lecteur et creusent en lui une inquiétude d’autant plus forte que le ton du récit est léger, il y a même une certaine allégresse à suivre ces ingénieurs, à se les représenter avec toutes leurs différences si finement décrites, leur savoir et leur art, leurs facéties. Jusqu’à ce qu’on se rende compte que rien n’a été dit ni de la nature de la mine ni de la journée des mineurs, rien non plus du pourquoi de cette mine, et cet hors champ pratiqué par Kafka fait dans l’après-coup de ces dix ingénieurs des marionnettes vides et vaines, des hommes creux, la tête bourrée de paille, « hollow men » disait Eliot quelques années plus tard.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias