leslie kaplan
Écrivaine. L’ensemble de son oeuvre est publiée aux Editions POL.
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mars 2017

leslie kaplan
Écrivaine. L’ensemble de son oeuvre est publiée aux Editions POL.
Abonné·e de Mediapart

A quoi sert la littérature Avec Kafka (5)

A des situations inextricables, régies par un ensemble de règles arbitraires, pire, incompréhensibles, voire inconnaissables, on applique souvent l’adjectif « kafkaïen ». Mais est-ce le seul aspect du monde de Kafka ?

leslie kaplan
Écrivaine. L’ensemble de son oeuvre est publiée aux Editions POL.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Kafkaïen ? Vous avez dit kafkaïen ?

Avec Kafka on pense souvent, et à raison, à un monde bureaucratique, et même totalitaire. Ce caractère prémonitoire de Kafka est certain mais il ne faut pas oublier qu’en même temps qu’il décrit ce monde terrible, Kafka se place toujours du point de vue d’un personnage qui essaie de comprendre et de trouver un sens_ non pas de donner un sens à ce monde qui n’en a pas, mais d’inventer un sens DANS ce monde. Obligé d’inventer.

En ce sens l’artiste que décrit Kafka, et singulièrement l’artiste de cirque, est une métaphore de la condition humaine : liberté et angoisse devant cette liberté, devant l’absurde, et nécessité d’inventer sa propre vie.

L’artiste est quelqu’un qui se donne ses propres règles, qui choisit sans arrêt, qui décide, lui, de ce qu’il fait, et de la valeur de sa performance. Et l’univers du cirque représente une sorte de paradigme : le travail du cirque est un travail plein de risques, qui met en jeu la vie et la mort, et on peut dire que l’artiste de cirque représente une figure de l’artiste poussée à son maximum.

Dans Premier chagrin un trapéziste génial, admiré de tous, traverse une crise : « Cette barre unique entre les mains, est-ce une vie ? » Il donne une réponse à la fois drôle et tragique à sa question, non pas en remettant en cause son art_ à quoi sert, en somme, cet art du trapèze_ mais en réclamant un deuxième trapèze … C’est l’humour de Kafka, et c’est aussi la vérité de la condition de l’artiste, qui se sent à la fois parfaitement libre, et parfaitement contraint, il ne peut pas ne pas… (« Bon qu’à ça », a répondu Beckett, à la question « Pourquoi écrivez vous »).

Et l’équilibre /déséquilibre entre ce sentiment de liberté et cette nécessité est source de conflits, de contradictions. Le héros kafkaïen s’y confronte avec lucidité, obstination, et surtout patience, l’impatience étant pour Kafka le plus grand des péchés…chose qu’un artiste de cirque ne peut que comprendre.

Mais il y a un autre aspect de l’amour de Kafka pour le cirque : le cirque crée une petite communauté, un lieu où chacun existe et vit avec d’autres, et toutes les questions politiques_ au sens strict, la politique étant ce qui définit, la vie en commun_ peuvent s’y poser. Là aussi, que ce soit dans Premier chagrin, dans Le champion de jeûne, dans le Rapport pour une Académie, dans Joséphine la cantatrice, Kafka montre à la fois les conflits qui découlent de la vie en commun, les questions soulevées par cette vie, et pourtant sa nécessité. Il s’agit toujours de « trouver une issue » avec les autres, sans se dissimuler les contradictions, il s’agit toujours de trouver comment « sauter hors de la rangée des assassins », en gardant présent à l’esprit que les assassins, chacun a les siens, et que ce dont on part, c’est de l’expérience singulière de chacun, de ses doutes, de ses peurs, de ses joies. « Je me bats ; personne ne le sait ; plus d’un s’en doute, c’est inévitable ; mais personne ne le sait. (…) Naturellement, tout le monde se bat, mais je me bats plus que d’autres ; la plupart des gens se battent comme en dormant, de même qu’on agite la main pour chasser une vision en rêve ; mais moi, je suis sorti des rangs et je me bats en faisant un emploi scrupuleux et bien considéré de toutes mes forces. (…)… je n’espère pas la victoire, et ce n’est pas le combat en tant que tel qui me réjouit, il me réjouit uniquement en tant qu’il est la seule chose à faire. En tant que tel, il est vrai, il me donne plus de joie que je ne puis réellement en goûter, plus que je ne puis en donner, peut-être n’est-ce pas au combat mais à cette joie que je succomberai. « 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk