Arsenic et vieilles ficelles - N°4 –

Le site internet Atlantico, Guylain Chevrier et Benoit Rayski

Les nostalgiques de la Guerre froide

La prise de position de la Libre Pensée soutenant la décision du Tribunal administratif de Dijon annulant la décision de la municipalité de Chalon-sur-Saône de supprimer les repas de substitution, notamment pour les enfants de familles juives et musulmanes, n’a pas fait que des heureux. C’est le moins que l’on puisse dire.

Chassez le naturel, il revient au galop…

Chassez le doriotiste, il revient avec son uniforme vert-de-gris..

Sans citer ouvertement la Libre Pensée, le dénommé Guylain Chevrier, ex(?)-collaborateur du site doriotiste Riposte laïque, aujourd’hui sévissant sur le site Atlantico, le bien-nommé, a pris son clairon pour dénoncer tous ceux qui revendiquent que ne pas forcer un enfant à manger ce qu’il ne veut pas, c’est être au service du communautarisme et de la « différence des droits ». Pas moins.

Il y a des gens qui marchent au pas de l’oie dans leur tête et pour qui la « laïcité » est synonyme d’uniformité, voire d’uniforme. « Tous pareils tous soumis » à la pensée unique…La leur, bien sûr. Les jours de fête, on parade avec ceux qui disent, haut et fier, « la laïcité n’est pas une opinion, c’est la liberté d‘en avoir une » et les jours de semaine, c’est: « Je ne veux voir qu’une tête », la mienne. On connaissait René Descartes qui disait : « Je pense, donc je suis », on connait aussi les totalitaires : « Je pense, donc tu suis ».

La laïcité, c’est le respect absolu de la liberté de conscience. Forcer des personnes à manger ce qu’elles refusent (on n’a pas à discuter de leurs motivations, sinon c’est leur disputer l’exercice de la liberté de conscience), en quoi est-ce le respect de leur conscience ? Forcer des élèves est-il un facteur de liberté ? La laïcité, c’est l’affirmation de la volonté d’émancipation. Où est l’émancipation dans un tel comportement totalitaire ?

En proposant des repas de substitution (non certifiés religieusement) à tous, on respecte à la fois la liberté de conscience et la laïcité de l’Ecole publique. On ne distingue personne, on ne sépare

personne, on permet seulement un choix culinaire. Imposer que tout le monde mange à la même assiette, c’est imposer une contrainte contraire à la liberté de chacun. C’est une décision totalitaire.

Après la disparition de l’URSS,

l’Occident chrétien doit impérativement

désigner un nouvel ennemi : l’Islam

Certains, sinon beaucoup, ont toujours des difficultés à exister par eux-mêmes. Il leur faut absolument avoir un ennemi sur qui déverser leur bile et leur haine. Cela s’appelle justifier « de ses états de service ». Sinon, à quoi serviraient-ils ?

Dans cette guerre permanente, d’un autre temps, il n’est sans doute pas un hasard qu’un site internet propageant la haine et la réaction se soit intitulé Atlantico, pour rappeler l’Organisation du Traité Nord-Atlantique (OTAN ou NATO) visant à lutter « contre le diable communiste ». Ce site donne ainsi la parole à un xénophobe d’envergure Benoit Rayski. Laissons ses pairs, Riposte Laïque, site doriotiste et xénophobe bien connu, le présenter : « Benoit Rayski, que nous adorons à Riposte Républicaine (sous-chapelle de Riposte laïque), lisons régulièrement et relayons avec délectation sur notre site bien souvent, a eu l’heureuse idée de s’en prendre à la chose Schiappa (Marlène), avec l’humour, l’esprit, la culture et la langue, tous délicieux, qui le caractérisent ». Tout est dit… ou presque.

Pour apprécier pleinement « l’humour, l’esprit, la culture » de Benoit Rayski, qui les conjugue à la façon de Joseph Goebbels, on doit rappeler qu’insultant à tel point Marlène Schiappa, il dut s’en excuser publiquement. Il avait été trop loin, même pour ses commanditaires. Le SA n’est pas toujours fin, loin s’en faut.

Rien ne l’arrête, même pas la mémoire de son père, Adam Rayski, qui fut un authentique résistant au nazisme, combattant dans les FTP-MOI et qui fut le premier à rappeler que le premier journal à avoir publié, au cours de la Seconde Guerre mondiale, ce qui se passait à Auschwitz, était La Vérité clandestine, journal des trotskystes.

Il ne faut pas attendre cette hauteur de vue intellectuelle de la part du fils qui est du genre « bottes à clous et bas du front ». Il poursuit de sa haine atrabilaire et quelque peu dérangée, la Secrétaire d’Etat à l’égalité Hommes/Femmes. Voici quelques titres de ses « poulets au vinaigre » dans Atlantico : « Et la palme de l’islamo-compatibilité au sein du gouvernement est attribuée à Marlène Schiappa ! » (20 mai 2017), ou encore « Finkielkraut a osé critiquer Marlène Schiappa. Hou le vilain ! » (31 mai 2017). On a les amis qu’on mérite.

Sa haine n’a aucune limite, il en appelle ouvertement à la ratonnade : « Les tueurs et les candidats pour le devenir se ramassent à la pelle. Il y en a plein à Molenbeek, plein du côté de la gare de Bruxelles, un quartier entièrement noir de la couleur des burqas qu’on y croise. En France, il y en a tout autant. Appliquant les théories guerrières de Mao Zedong, ils sont comme des poissons dans l’eau au sein de populations qui, par crainte ou par solidarité, taisent leur présence, et, bon gré mal gré, les protègent. C’est là qu’il faut aller. Immeuble après immeuble, cage d’escalier après cage d’escalier, pour les traquer et en tout cas pour les empêcher de dormir tranquillement, blottis contre leur kalachnikov. Oui, nous aussi nous avons, et depuis plus longtemps que les Belges, des morts à venger. François Hollande dénoncera évidemment les « lâches attentats » de Bruxelles et le gouvernement belge promettra de « châtier sévèrement les coupables ». Des mots, rien que des mots. A peu près aussi inopérants que les bombes que nous larguons – sans risque et sans gloire – sur les combattants de Daech.

Les assassins ne sont pas là-bas. Ils sont chez nous. De chez nous. Ils ne sont pas comme nous. Et nous ne sommes pas comme eux. Donc pas question de leur ressembler. Mais il nous faut être sans complaisance et aussi sans compréhension coupable, avec ceux qui les soutiennent et qui les abritent. Quand il y a trop de poissons dans l’eau, c’est à l’eau qu’il faut s’attaquer. Fouiller, perquisitionner, stigmatiser (oui, stigmatiser !) sans relâche, en permanence. Pas dans l’espoir très aléatoire de trouver les assassins et leurs complices immédiats. Juste pour faire comprendre à tous ceux qui pratiquent l’omerta qu’ils n’auront plus désormais la vie tranquille. La peur doit changer de camp. Et alors, qui sait l’eau finira par expulser les poissons à qui elle permet généreusement de faire « plouf plouf » » (22 mars 2017). Le style, c’est l’homme. Et l’Homme est un fou furieux délirant.

En clair, tous les musulmans sont responsables des terroristes assassins, ils les protègent. Ils sont coupables. Encore un effort Benoit ! Propose de prendre des otages et de les fusiller, comme au bon vieux temps ! Ah, Aussaresses, comme tu nous manques…

Benoit Rayski est un défenseur de l’Occident chrétien, qu’on se le dise. Le 15 août 2017, date symbolique pour le christianisme, il publie un « billet » faisant force gloire et publicité à une obscure association La France de Marianne, basée à Parthenay (79). Les libres penseurs n’ont rien contre Parthenay où ils ont jadis tenus congrès. Mais, pour le coup, comment ne pas rappeler que s’y tient le plus grand marché aux bestiaux de France ? Le côté « bovin » n’a jamais arrêté Benoit Rayski.

Il présente le combat de cette « association » comme étant celui de David contre Goliath et de la « France éternelle ». Rien que cela est un aveu. Ce combat, ce mythe biblique, montre à l’évidence toute la perfidie du monothéisme contre le polythéisme. David est un fourbe qui abat Goliath de manière totalement déloyale et sournoise. Une fronde de loin contre l’épée de près.

Dans son délire, Benoit Rayski est bien sûr rejoint par les intégristes catholiques du Salon beige qui, le 22 juin 2017, s’en prennent à Marlène Schiappa : « La nouvelle ministre a l'air d'être une hystérique comme son père. Ce dernier, Jean-Marc Schiappa, membre de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, avait publié un ouvrage négationniste, niant les racines chrétiennes de la France. Il doit vivre reclus dans sa loge pour en arriver à ce degré. »

Ah qu’il était doux le temps de l’Inquisition et des croisades !

Charles de Montalembert, fondateur de la Démocrate-chrétienne fit gravée cette épitaphe sur sa pierre tombale au cimetière de Picpus: « Nous sommes les fils des croisés, nous ne reculerons pas devant les fils de Voltaire. »

Mais avec Voltaire, la Libre Pensée ne cessera de dire :

Ecrasons l’Infâme !

Paris, le 5 septembre 2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.