Le scandale des foyers de mères célibataires et de bébés en Irlande

Par Keith Porteous Wood, porte-parole de l’Association Internationale de la Libre Pensée, président de la National Secular Society (de Grande-Bretagne). KPW analyse le rapport 2021de la commission d'investigation sur les foyers pour mères célibataires et bébés. (Irlande).

Le scandale des foyers de mères célibataires et de bébés en Irlande montre la nécessité de séparer l'Église et l'État

05 février 2021 

"Les chances de survie d'un enfant illégitime né dans les taudis et placé chez une mère adoptive dans les taudis quelques jours après sa naissance sont plus grandes que celles d'un enfant né dans l'un de nos foyers spéciaux pour mères célibataires".

Cette phrase est tirée d'un rapport sur les foyers pour mères célibataires et bébés en Irlande, en grande partie gérés par l'Église catholique. À l'époque, un évêque, sans doute plus doué pour tenir des propos misogynes que pour s’occuper des enfants, a décrit l'inspecteur auteur de ce rapport comme "une vieille fille gênante qui pensait tout savoir sur ce qui était le mieux pour les bébés". Ceci a été écrit en 1939, et plusieurs foyers de ce type étaient toujours en activité dans les années 1990.

Malgré la pression de l'ONU - et même en définitive de son Comité contre la torture - il a fallu attendre le mois dernier pour qu'un rapport parrainé par l'État soit publié. Arrivant beaucoup plus tard, on pouvait raisonnablement s'attendre à une plus grande franchise que celle dont a fait preuve la courageuse Alice Litster, auteur du rapport de 1939.

Au lieu de cela, le rapport 2021 a été qualifié de "blanc", "froid" et "légaliste" en raison de certaines de ses conclusions, telles que : "Il faut cependant reconnaître que les institutions enquêtées ont fourni un refuge - un refuge dur dans certains cas - alors que les familles n'ont fourni aucun refuge". Rien n’indique ici que l’échec à offrir un refuge était plus que probablement du à l'opprobre prêché sur les bancs d’église.
Cette ligne de conduite est adoptée malgré le niveau ahurissant de la mortalité infantile dans les foyers, que le rapport reconnaît ailleurs. Il note que "9 000 enfants sont morts dans les institutions sous enquête - environ 15% de tous les enfants qui étaient dans les institutions" et que "75% des enfants nés dans un foyer de Bessborough (une banlieue de Cork) en 1943 sont morts dans la première année de leur vie". L'un de ces "foyers", dirigé par les Sœurs du Bon Secours, était celui de Tuam, célèbre dans le monde entier pour les centaines de bébés et d'enfants "enterrés de manière indécente dans le sol de l'institution" sans même être enregistrés. Le taux de mortalité était un scandale encore plus grand.

Mais quelles sont les causes profondes de cette situation ? Tout allait à l'encontre de ces pauvres femmes et de leurs enfants. Le rapport reconnaît qu'"il y avait un manque considérable de connaissances en matière de contraception, de cycle menstruel et d'éducation sexuelle en général". L'éducation sexuelle devait être conforme à l'éthique (catholique) de l'école. Pourtant, même en 2010, "près de 74 % des jeunes ne recevaient que peu ou pas d'éducation sexuelle".

La responsable du DUP (Democratic Unionist Party), Arlene Foster, a exprimé ces problèmes de manière très claire en réponse à un rapport équivalent sur l'Irlande du Nord qui a été publié simultanément. "Les enfants ont été violés ou victimes d'inceste puis ils ont été à nouveau victimes en étant placés dans ces foyers. Ce n'est pas leur faute s'ils ont été violés ou victimes d'inceste et pourtant ce sont eux qui ont souffert". Elle a également noté une raison essentielle : "Ceux qui ont commis les crimes ont été libérés".

Une autre cause - je crois qu'il s'agit d'une cause très importante et largement méconnue - est l'interdiction de la contraception, l'une des nombreuses dispositions puritaines de la loi de 1935 du droit pénal (amendement), conformément à une encyclique papale de 1930. Le rapport décrit cette loi comme "sans doute la législation qui s'est le plus rapprochée de l'application de l'enseignement moral catholique. ... La proportion de mères irlandaises non mariées qui ont été admises dans des foyers pour mères et bébés ou des foyers de comté au XXe siècle était probablement la plus élevée au monde. Aucun pays ne s'est conformé à l'enseignement catholique sur le contrôle des naissances avec autant de dévouement que l'Irlande... mais cette action d'arrière-garde pour préserver la culture morale et législative distincte de l'Irlande a coïncidé avec une augmentation constante du nombre de mères célibataires".

Il n'y avait pas de "pères non mariés", bien sûr ; la plupart s'en sont tirés à bon compte, et c'est un autre facteur clé qui a contribué à cette situation. Moins de 15% des cas de crimes sexuels contre les enfants ont fait l'objet de poursuites. Les crimes sexuels étaient considérés comme "un problème idéologique et répressif dans un nouvel État [irlandais] sensible aux vues de ses ennemis et du monde extérieur et peu sûr de sa place en son sein, une nation qui se légitimait, en grande partie, comme phare de la pureté catholique celtique dans un monde autrement souillé par le péché... l'écrasante majorité des poursuites pour crimes sexuels n'ont jamais été rapportées dans la presse nationale et celles qui l'ont été l'ont été de manière à masquer la nature réelle du délit".

Mais nous devons nous demander "pourquoi", au moins une fois de plus, l'État n'a-t’il pas respecté son devoir de protection des femmes et des enfants vulnérables dans ces institutions financées par l'État. Le facteur sous-jacent le plus important, implicite dans une grande partie de ce qui précède, était l'absence de séparation entre l'Église et l'État, de laïcité. L'Église se comportait comme un département de l'État ; parfois même, elle semblait être l'inverse. Il n'est donc pas étonnant que "certains survivants soient convaincus que la faute en incombe principalement à l'Église catholique et à un État irlandais veule qui tire la bride à la hiérarchie".

Certains de ces facteurs et les attitudes sociétales qui y sont associées, en particulier le renvoi impitoyable et méprisant des mères célibataires et de leur progéniture, peuvent également avoir contribué à un autre type de comportement criminel où, malheureusement, l'Irlande semble avoir été dans une classe à part : l'abus sexuel clérical des mineurs. Tant d'enfants pauvres et sans valeur ont été traînés dans les écoles industrielles (créées spécifiquement pour les "enfants négligés, orphelins et abandonnés"), dont beaucoup sont gérées par les Frères des Écoles chrétiennes, et au sein desquels l'ampleur des abus est notoire. Si l'on en croit le bilan de l'État, la réticence à engager des poursuites pour des délits sexuels aura été encore plus grande pour les religieux que pour les autres.

Et les implications profondes et involontaires de l'absence de contraception m'ont amené à réfléchir à quelque chose à une échelle bien plus grande. Les encouragements de l'Église aux familles nombreuses et l'absence de contraception auraient-ils pu contribuer à affamer de nombreuses bouches et alimenter l'étonnante diaspora du petit État d'Irlande dont elle est si justement fière ?

Sur une note optimiste, le Parlement irlandais a rendu hommage à cette "vieille fille difficile" : "Mme Alice Litster... une des héroïnes du rapport... est mentionnée 440 fois". Elle doit également être commémorée par la création d'une bourse d'études. Et n'oublions pas que la transition de l'Irlande vers une société socialement libérale et plus solidaire s'est déroulée à un rythme fulgurant probablement inédit dans le monde, tout comme le déclin de la fréquentation des églises.

Ces foyers ont constitué un épisode honteux de l'histoire de l'Irlande qui démontre la nécessité d'une séparation claire entre l'Église et l'État. L'Irlande a fait d'énormes progrès dans ce sens, mais les défaillances sont fréquentes et, comme le montre l'état lamentable de l'éducation sexuelle ces derniers temps, elle n'a pas réussi à se débarrasser complètement de ces entraves.

Il faut espérer qu'elle se résoudra à faire mieux. Et le monde devrait constater les dégâts qui peuvent être causés lorsque les États laissent l'autorité religieuse sans contrôle.

Le rapport de la Commission d’enquête est disponible sur :

https://www.gov.ie/en/publication/d4b3d-final-report-of-the-commission-of-investigation-into-mother-and-baby-homes/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.