Disparition de l’Observatoire de la laïcité

Qui veut la peau de Roger Rabbit ? Tel semble être le titre du mauvais navet médiatique auquel on a assisté. Et en même temps, les masques tombent et il n’est pas sûr que cela profite beaucoup aux détracteurs de Jean-Louis Bianco et de Nicolas Cadène.

UNE VICTOIRE A LA PYRRHUS POUR LES NEO-TOTALITAIRES

Qui veut la peau de Roger Rabbit ? Tel semble être le titre du mauvais navet médiatique auquel on a assisté. Et en même temps, les masques tombent et il n’est pas sûr que cela profite beaucoup aux détracteurs de Jean-Louis Bianco et de Nicolas Cadène.

Depuis 2017, on nous joue de la mandoline sur le thème : le macronisme n’est ni de droite, ni gauche, mais il est « en même temps, avec ses deux jambes ». Coluche avait raison dans son sketch sur le beauf garçon-boucher, colleur d’affiches : « Je ne suis ni de gauche, ni de droite. Mais surtout pas de gauche. »

Le macronisme, cela a toujours été le pâté d’alouette : un cheval + une alouette. Mais il lui fallait donner une apparence « d’équilibre ». D’un côté, il avait le Comité des Sages créé et utilisé par le ministre Blanquer pour satisfaire toute l’aile xénophobe, partisan de la chasse aux musulmans, c’était le gage aux laudateurs de la guerre civile. De l’autre, il y avait l’Observatoire de la laïcité pour tenter de satisfaire les partisans de la loi de 1905 et d‘une laïcité, gage de paix civile. 

Au moment où le débat sur la laïcité fait rage dans le pays, la décision macroniste de supprimer le principal outil de réalisation institutionnelle de la laïcité, en dit long sur le véritable contenu de la loi « Séparatisme ». Cela relève de l’acte manqué. Par cette décision, le gouvernement dissipe toute illusion passée, présente ou future. Il en paiera nécessairement le prix électoral.

Il est clair que l’Observatoire de la laïcité posait problème au gouvernement Macron/Castex, car il ne se situait pas sur le terrain des croisades contre les musulmans. De plus, les recommandations de l’Observatoire de la laïcité sur la situation scolaire en Vendée et dans le Morbihan devaient gêner quelque peu aux entournures Macron et Blanquer (voir communiqué du CDAL et de la Libre Pensée de Vendée)

A droite toute !

Ceux qui ont obtenu « la peau » de l’Observatoire, surtout quand ils se présentent comme de « gauche », auraient tort d’avoir le sourire aux lèvres trop longtemps. Il faudra qu’ils rendent des comptes pour ce Munich de la laïcité. On sait ce qu’il s’en est suivi.

A un an des élections présidentielles, un tel choix est une absurdité politique. Il était au fond du trou et il creusait encore ! Le fait qu’elle ne soit pas la seule absurdité, ne constitue pas une explication valable. Quand il faudra à Emmanuel Macron glaner quelques voix « à gauche » pour tenter d’être élu de nouveau, on se souviendra du vase de Soissons. 

Parmi ceux et celles qui se font des nœuds au cerveau pour justifier leur campagne hystérique contre l’Observatoire de la laïcité, la palme revient sans conteste à Caroline Fourest dans son interview dans le Point .

Que dit-elle ? : « Prenons la question des accompagnantes scolaires. Je refuse qu'on interdise aux mères voilées d'accompagner les sorties scolaires. C'est abusif, car elles ne sont ni élèves ni professeures, et c'est le plus sûr moyen de faire haïr la laïcité aux élèves. Sur ce point, je suis plus proche de l'Observatoire que du Comité Laïcité République, qui se félicite du départ de Jean-Louis Bianco et de Nicolas Cadène. Pourtant, je m'en félicite comme eux. Car ce n'est pas ce débat, complexe et légitime, sur le voile ou les sorties scolaires qui a déshonoré l'Observatoire. »

A la question : « Considérez-vous que l'Observatoire a failli à sa mission qui consistait, entre autres, à expliquer la laïcité ? » elle répond : « Pas sur le plan juridique, mais totalement sur le plan de la bataille des idées. »

A une autre question : « La loi séparatisme est ressortie transfigurée de sa lecture devant le Sénat, poussée par la droite, qui reproche au gouvernement une forme de timidité… Estimez-vous que c'est une bonne chose ? » Elle répond encore : « Je crois qu'il ne faut surtout pas pousser à durcir l'interprétation de la loi de 1905. Ce n'est pas une bonne chose, ni souhaitable. Sur ce point, au moins, j'étais d'accord avec l'Observatoire. Nous sommes arrivés au bon compromis sur le plan législatif. Aller plus loin risquerait de nous mener vers une vision autoritaire, injuste et contre-performante. »

Hallucinante !

Sur le fond, Caroline Fourest déclare être d’accord avec Jean-Louis Bianco et Nicolas Cadène et pourtant, elle se réjouit de leur éviction. Avec certaines et certains, la vie n’est décidément pas un long fleuve tranquille. Comprenne qui peut…

Une victoire à la Pyrrhus pour les néo-Totalitaire

Rappelons quelques évidences, l’Observatoire de la laïcité n’a pas été fondé pour faire du Droit, mais pour dire le Droit. Et c’est ce qu’il a fait très bien depuis son origine et gratuitement en plus pour tous ceux qui le sollicitent. Il n’est pas là « pour avoir des idées » comme lui reproche Caroline Fourest, mais pour dire ce qu’est le Droit et la Laïcité.

Et nous sommes là, au cœur du problème. Ce que reproche Caroline Fourest et ses amis, c’est que l’Observatoire n’ait pas produit une idéologie d’État. Fabriquer une telle idéologie d’État, c’est ce que fait la loi « Séparatisme » à chaque article de son projet. Quand une structure institutionnelle fabrique une idéologie d’État, on est entré dans le totalitarisme le plus abject.

On a reproché aussi à l’Observatoire de la laïcité d’être complaisant avec l’Islam. Mais celui-ci n’avait pas à prendre position contre ou pour telle ou telle religion. Cela aurait été un comble pour un organisme chargé d’indiquer ce qu’est la laïcité.

Reprocher à l’Observatoire de la laïcité de ne pas avoir fait de propositions législatives ou réglementaires est un non-sens absolu et une violation du principe de Séparation des pouvoirs. Il était placé sous l’autorité du Premier ministre, il dépendait donc de l’Exécutif. Il n’avait pas à être, sauf à renier son rôle, source de droit. Ceci est l’apanage du Législatif et de la Justice par le biais de la jurisprudence prononcée.

Quand on viole les principes de Séparation des pouvoirs, on bafoue la démocratie. Ces « reproches » sont bien les révélateurs des menées liberticides des détracteurs de l’Observatoire de la laïcité. Que l’on prenne le problème par un bout ou par un autre, la remise en cause de l’Observatoire est antirépublicaine  et antilaïque d’un bout à l’autre.

Comme disait Abraham Lincoln : « On peut tromper quelqu’un tout le temps, quelques-uns quelques temps, mais jamais tout le monde tout le temps ». De l’obscurité naitra nécessairement la Lumière.

Christian Eyschen

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.