Libre Pensee
Abonné·e de Mediapart

264 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2013

A propos du débat sur le voile islamique à l’Université: La Libre Pensée exige le respect des franchises universitaires!

Le Haut Comité à l’Intégration, qui est politiquement actuellement en situation de coma dépassé, a cru devoir, une nouvelle fois, jeter une pierre antimusulmane dans le jardin de son strabisme « laïque ». Pour le HCI, tout ce qui peut ressembler à un palestinien, arabe, musulman doit être vilipendé et voué à la Géhenne.

Libre Pensee
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Haut Comité à l’Intégration, qui est politiquement actuellement en situation de coma dépassé, a cru devoir, une nouvelle fois, jeter une pierre antimusulmane dans le jardin de son strabisme « laïque ». Pour le HCI, tout ce qui peut ressembler à un palestinien, arabe, musulman doit être vilipendé et voué à la Géhenne. Coutumier du fait, l’action du HCI ne vise visiblement pas à trouver des solutions, mais plutôt à favoriser les affrontements communautaristes. C’est pourquoi, la Fédération nationale de la Libre Pensée l’a dénommé à plusieurs reprises « le Haut Conseil à la désintégration républicaine. »

Une nouvelle fois, on nous ressort la question du voile islamique et là, à l’Université. Pour la Libre Pensée, il ne saurait y avoir qu’un type d’université : publique et républicaine en conformité avec la loi de 1880 qui n’autorise le titre d’Université qu’aux facultés de la République. Et cela impose le monopole de la collation des grades qui interdit, malgré le processus de l’Union européenne dit « de Bologne », d’attribuer le titre de diplômes d’Etat à des « certificats » de type religieux, patronal ou privé.

Dès que les Universités ont pris une place importante, se détachant de l’emprise du pouvoir royal et religieux, dès le Moyen-âge, ont été conquises les franchises universitaires qui ont voulu faire des universités un havre de paix, de recherche et d’étude. Ces libertés démocratiques  ont été les moyens et le corollaire de la libre recherche dans les études.

Ce sont ces franchises universitaires qui interdisent l’entrée des forces de police dans les facultés. Celles-ci ne peuvent pénétrer dans les facultés qu’à la demande expresse des responsables  de l’Université. Les questions de discipline et d’interdits sont réglées par la franchise juridictionnelle interne aux universités qui organise la légalité du pouvoir disciplinaire.

Vouloir interdire le port de vêtements religieux, ou autres, au sein des universités ; c’est remettre en cause une liberté démocratique pluri-centenaire.        C’est attentatoire aux libertés universitaires. C’est la porte ouverte pour l’entrée des forces de police dans les campus pour « contrôler l’application des lois ». Rappelons qu’un régime s’est particulièrement distingué par la remise en cause des franchises universitaires : celui du généralissime Franco en 1968. Triste référence pour nos liberticides antimusulmans aujourd’hui.

Le retour de Raymond Marcellin

Cela a toujours été une préoccupation des Ministres de l’Intérieur de surveiller, contrôler, réprimer les étudiants. S’il est un modèle qui semble « inspirer » l’actuel Ministre de l’Intérieur, c’est, sans doute, plus celui de Raymond Marcellin (ministre de l'intérieur de mai 1968 à février 1974) que celui de  Nicolas Sarkozy. On a les modèles que l’on peut. Toute interdiction d’une liberté pour quelques-uns, c’est toujours une interdiction qui finira par  s’imposer à tous.

Le Ministre actuel de l’Intérieur est lui aussi victime d’un curieux strabisme politique. Il a été saisi à plusieurs reprises par la Fédération nationale de la Libre Pensée sur le problème des gendarmes qui sont quasiment contraints de participer, es-qualité et en uniforme, aux cérémonies religieuses pour la plus grande gloire de sainte-Geneviève et rien n’a changé. De même, le Ministre n’a toujours pas supprimé les dispositifs antilaïques des conférences départementales « sur la liberté religieuse » mise en place par son prédécesseur de droite.

Malgré des demandes réitérées de rencontre sur ces deux problèmes, Manuel Valls refuse toujours de recevoir la Libre Pensée. Sa préoccupation essentielle semble donc être l’Islam où il manie un jour la carotte au moment du Ramadan et tous les autres jours, c’est le bâton.

Il serait utile que les pouvoirs publics tirent un véritable bilan de tout l’arsenal liberticide en direction des musulmans pour s’apercevoir que l’on va droit dans le mur des affrontements communautaristes et que toutes les lois, décrets et règlements contre les vêtements dits « religieux » sont totalement contreproductifs.

La seule solution : le respect intégral de la loi de 1905 !

Il est plus que temps de revenir à la notion de stricte Séparation de la sphère privée et de la sphère publique par une réelle application de la loi du 9 décembre 1905 de Séparation des Eglises et de l’Etat.

Le respect absolu de la liberté de conscience par les pouvoirs publics  est une exigence démocratique, républicaine et laïque qui, seule, peut nous éviter les affres des affrontements communautaristes fomentés par des liberticides honteux. C’est le sens de l’action de la Libre Pensée.

Pour la défense de la loi de 1905 et la laïcité institutionnelle

Pour la liberté absolue de conscience :

Respect des Franchises universitaires !

Paris, le 12 août 2013

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard
Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter