Libre Pensee
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2022

Libre Pensee
Abonné·e de Mediapart

La neutralité du sport : La dernière auguste fadaise à la mode !

La loi n° 2022-296 du 2 mars 2022 visant à démocratiser le sport en France a refusé la proposition sénatoriale d’étendre les dispositions de la laïcité aux activités sportives de toute nature. Depuis, les voix habituelles de la xénophobie anti-musulmane ont entonné le couplet sur l’exigence de la neutralité des compétitions sportives.

Libre Pensee
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Heureusement que la bêtise ne tue pas, on assisterait alors à une véritable hécatombe.

Neutre le sport ?

Rarement une activité humaine ne déclenche autant de passions, de déraison, de convictions, d’enthousiasme, de haines, de rivalités. Par définition et par nature, s’il y a quelque chose qui ne peut être neutre, ce sont bien les compétitions sportives.  Ou alors, il faut supprimer tous les clubs de supporters, interdire toute expression individuelle et collective dans les stades. On va s’ennuyer ferme.

Quand des sportifs rentrent sur le lieu de la compétition individuelle ou collective, certains font des gestes religieux ou ont des signes particuliers. Cela m’énerve particulièrement au plus haut point, c’est de la superstition et le libre penseur que je suis ne s’y reconnait pas. Mais je ne prends pas mes goûts personnels pour les lois de la République. Restons humbles.

Que la neutralité métaphysique, que la laïcité soit respectée dans tout ce qui a trait au service public du sport, comme la gestion des Fédérations sportives, de la gestion des bâtiments publics (État, Région, Commune) qui relèvent du service public, c’est une évidence et une exigence absolue.

Mais que l’on interdise toute manifestation de conviction dans les activités sportives, c’est une absurdité sans nom. Si l’on impose la laïcité aux sportifs, alors au nom du principe républicain : « Égalité de devoirs, égalité de droits », la Fédération nationale de la Libre Pensée exige que tous les fonctionnaires soient payés comme les footballeurs professionnels.

La Libre Pensée rappelle la fière devise de l’Association internationale des Travailleurs : « Les droits sans les devoirs, c’est la charité ; les devoirs sans les droits, c’est la servitude ».

Interdire, par nature, toute expression d‘une conviction, par des gestes ou des vêtements, est une atteinte à la liberté d’expression. On n’est pas en RDA où le sport affichait une idéologie d’État.

Faudra-t-il supprimer le haka de l’Hémisphère Sud, la minute de silence en honneur d’un mort ? On fait bien chanter la Marseillaise à des joueurs dont les ancêtres africains par exemple ont été massacrés par des soldats qui la chantaient. Reconnaissons à la gloire de ces joueurs que c’est très rarement qu’ils la chantent vraiment.

La Libre Pensée dénonce la mise à l'index de sportifs qui ne sont en rien responsables de la politique de guerre de leur gouvernement. Où étaient ces censeurs de sportifs musulmans ou de sportifs dont le gouvernement décide d'une guerre, quand les footballeurs chrétiens font leur signe de croix devant les télés du monde entier pour remercier leur dieu de leur avoir permis de marquer un but ? Comment faut-il qualifier le fait qu'aucun pays n'a interdit aux athlètes américains de concourir, alors que le gouvernement américain s'engageait dans la guerre au Vietnam, puis condamnait les athlètes noirs américains levant un poing ganté sur le podium des Jeux Olympiques de Mexico en 1968 ? Faut-il condamner les athlètes dont les gouvernements n'ont pas boycotté les JO de 1936 à Berlin, où brilla Jesse Owens au grand dam d'Adolf Hitler?

Les xénophobes anti-musulmans engagent, au nom de la neutralité religieuse et politique du sport (sic !), une nouvelle croisade contre tout sportif qui ferait un geste pouvant révéler une conviction religieuse. Des dizaines de milliers de sportifs privés de compétitions ? Rassurez-vous, les Chrétiens ne risquent rien, seuls les musulmans sont visés. Et puis que vont devenir les centaines de clubs amateurs animés par des institutions religieuses ? Faudrait-il les priver de toute compétition au nom de la neutralité du sport ? Quand l'absurde se conjugue avec l'ignominie on retrouve une imbécilité réactionnaire !

La neutralité du sport est une énorme blague, car le sport n'est rien en dehors de la main qui s'en saisit (Victor Hugo) et cette main, c'est surtout les États au service des financiers camouflés sous le nom de sponsors !

À force de vouloir étendre la laïcité partout, elle risque fortement de n’être nulle part. C’est une menée totalitaire, bien dans l’esprit de la loi « Séparatisme ». C’est pourquoi, à l’occasion des élections législatives à venir, la Libre Pensée demandera à tous les candidats de se prononcer pour l’abrogation de cette loi scélérate et antilaïque.


Christian Eyschen, avec le concours de Michel Landron et de Roland Corominas

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame