Pensée unique : ce monde inquiet devient fou

Coup sur coup : les groupes de parole à SUD et à l’UNEF,  Danielle Obono et Audrey Pulvar, mettent en émoi – fabriqué de toute pièce et avec une grande mauvaise foi – des candidats aux futures élections, qui, de l’extrême-droite à une « gauche » bienpensante, en passant par le Centre et la Droite, tentent de faire assaut de « républicanisme et de laïcité ».

On sent que les élections approchent et certains – inquiéts pour leur futur score électoral – font flèche de tout bois pour éviter une défaite annoncée.

Coup sur coup : les groupes de parole à SUD et à l’UNEF,  Danielle Obono et Audrey Pulvar, mettent en émoi – fabriqué de toute pièce et avec une grande mauvaise foi – des candidats aux futures élections, qui, de l’extrême-droite à une « gauche » bienpensante, en passant par le Centre et la Droite, tentent de faire assaut de « républicanisme et de laïcité ».

C’est la course à l’échalote et à qui sera le plus « zélé correct » dans la pensée unique.

J’ai fait un rêve

Je me voyais en Algérie au temps de la colonisation où les Le Pen, Pécresse, Julien Aubert, Aurore Bergé, Cambadélis, étaient au pouvoir (toute ressemblance avec un lointain passé réel ne serait pas forcément fortuit) et cette smala devait décider de son attitude à propos du Statut de l’Indigénat.

Je rêvais qu’ils mettaient leurs actes d’hier en accord avec leur propos d’aujourd’hui : égalité entre tous, mêmes droits pour les colons et les indigènes.

Je me réveillais et je constatais que les mêmes, au nom des valeurs judéo-chrétiennes de l’Occident colonisateur, n’en avaient rien fait. Ouf, l’Occident chrétien était sauvé !

Que se cache-t-il vraiment derrière tout cela : le Totalitarisme !

Si on y réfléchit un peu, comment ne pas constater que la pensée (le terme est sans doute excessif pour ces gens-là) est que tout le monde doit penser la même chose, faire la même chose, agir de la même manière en tout domaine et en toute circonstance. Il n’y a plus de séparation entre la sphére publique et la sphére privée. « En rang par deux, je ne veux voir qu’une tête ! ». 

Hasard ? : Ces gens-là sont aussi les laudateurs zélés de la loi dite « Séparatisme » qui annihile de fait la loi du 9 décembre 1905 de Séparation des Eglises et de l’Etat et son principe fondamental :  les règles qui s’appliquent dans la sphère publique qui gère l’intérêt général ne s’appliquent pas à la sphère privée, garante des libertés fondamentales. Pour ces gens-là, le standard de vie doit être unique, c’est l’uniformisation totalitaire.

■ Si un syndicat décide sur un thème précis de ne donner la parole qu’aux gens concernés : Verboten ! Comme au temps de Klaus Barbie : tout le monde doit parler ! (Cette comparaison n’est nullement outrancière, Jean-Michel Blanquer a assimilé au fascisme les groupes de parole de l’UNEF)

■ Si une Obédience maçonnique ne veut accueillir en son sein que des Femmes ou que des Hommes, parce que c’est son choix initiatique : Prohibited ! Sexism !

■ Si des familles ne veulent inviter chez eux que les membres de leur famille : Interdit ! Racistes !

■ Si les Kanaks veulent récupérer la terre de leurs ancêtres et les gérer pour eux : Xénophobes ! Discrimination !

L’Egalité, n’est pas  l’uniformisation ! L’uniformisation, c’est le totalitarisme !

Les mêmes Inquisiteurs ne lésinent pas sur les leçons de morale à deux sous, selon le sacro-saint modèle : Faite ce que je dis, pas ce que je fais, que ta main droite ignore ce que fais ta main gauche : parole d‘Evangile ! Et dans ce rôle de moraliste, Jean-Christophe Cambadélis n’est pas en reste. Ce qui lui a valu une sévère admonestation du vice-Président de l’UNEF qui lui a rappelé son rôle dans l’asservissement de l’UNEF par le PS.

Nous lui faisons donc cette « spécial dédicace » :

■ Le 6 avril 1917, les troupes des USA débarquent à Saint-Nazaire avec à leur tête, le Général Pershing qui déclare : « Lafayette, nous voici ! »

■ 1986 : Jean-Christophe Cambadélis débarque au Parti Socialiste et déclame : « La Gamelle, nous voilà ! »

Et tout cela fait d’excellents Français, Monsieur !

Christian Eyschen

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.