lien-social
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juil. 2021

Protection de l’enfance – Une loi, des colères

Après des dizaines de mobilisations de professionnels de l'Aide sociale à l'enfance à travers toute la France et tant de reportages de médias pour dénoncer le délabrement de la protection de l'enfance, il était temps que la gouvernement réagisse. Las, la montagne a accouché d'une souris ! Un abîme sépare le ravalement de façade que propose le projet de loi et les besoins du terrain.

lien-social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que les assises de la protection de l’enfance viennent de se dérouler les 24 et 25 juin à Nantes sur fond de colère des professionnels, le projet de loi sur la protection de l’enfance, présenté le 16 juin par le secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles, Adrien Taquet est examiné cette semaine par la commission des affaires sociales, plus de 400 amendements ont été déposés sur ce texte.

L’hôtel, interdit ?

Si certaines mesures sont saluées comme la lutte contre les violences dans les institutions, le contrôle des antécédents judiciaires des professionnels amenés à travailler auprès des enfants, la limitation du recours à l’hôtel, le projet de loi reste bien en deçà des attentes, voire même des promesses faites par le secrétaire d’Etat.
Ainsi, l’annonce de l’interdiction du recours à l’hôtel pour recevoir des enfants placés, révélée sur un plateau télé à la suite d’un reportage à sensation sur la protection de l’enfance s’avère dans le texte bien moins contraignante. Un décret doit encore préciser les modalités de cette mesure mais le projet de loi précise déjà des exceptions à cette interdiction « pour des situations d’urgence » ou pour « assurer la mise à l’abri de mineurs » pour une durée maximum de deux mois, le champ d’application reste donc vaste. L’Unicef regrette que certaines mesures comme cette interdiction « s’arrêtent à mi-chemin » et demande l’interdiction stricte du recours à l’hôtel. « Le texte laisse un goût d’inachevé sur certains défis majeurs de la protection de l’enfance », avance l’Unicef qui pointe notamment les « défauts d’exécution des décisions en assistante éducative par les départements qui maintiennent les enfants à la rue ou dans des situations de danger alors qu’un juge a ordonné leur placement ou des mesures en milieu ouvert ».

Mineurs non accompagnés fichés

Le projet de loi vient, selon de nombreux professionnels, contrer les principes de la Protection de l’enfance dès lors qu’il est question de mineurs non accompagnés (MNA). Il prévoit le recours obligatoire au fichier d’appui à l’évaluation de la minorité. « L’utilisation de ce fichier depuis 2019 par de nombreux départements a démontré sa nocivité : mineurs laissés à la rue dans l’attente de leur passage en préfecture, refus de mises à l’abri et d’évaluation à l’issue de la consultation des fichiers, édiction de mesures d’éloignement à l’égard de ceux « déclarés » majeurs, les privant de leur droit à un recours devant le juge des enfants… », dénoncent le Gisti, le Secours catholique, Médecins du Monde et la Cimade. Désormais, le gouvernement veut rendre l’utilisation de ce fichier obligatoire pour les quelques départements qui le refusent encore sous peine de se voir retirer la contribution financière de l’Etat pour la prise en charge des MNA.

Absence d’ambition

« Le mesures les plus fortes de protection des enfants placés sont tout simplement absentes du textes, dénonce Lyes Louffok de Repairs 75. Pas d’avocat obligatoire, pas d’instance indépendante de contrôle, pas d’interdiction des placements à l’hôtel et pas de protection pour les jeunes majeurs ». L’association Repairs 75 déplore que le projet de loi « passe sous silence le sort des milliers de garçons et de filles se retrouvant à la rue le jour de leur 18 ème anniversaire » et juge l’ambition de ce texte « inversement proportionnelle à l’ampleur des difficultés que vivent au quotidien les jeunes placés et les professionnels qui les accompagnent ». Aux assises de la protection de l’enfance, la Défenseure des droits, Claire Hédon, avançait que « bien traiter les enfants, c’est aussi bien traiter les professionnels qui prennent soin d’eux ». Au regard des témoignages réguliers dans nos colonnes des conditions de travail notamment dans les Hauts-de-Seine ou encore en Loire-Atlantique, on en est loin. Claire Hédon soulignait ses nombreuses réserves sur ce projet de loi, notamment concernant ses articles sur les mineurs non accompagnées (MNA) qui « relèvent d’avantage du contrôle migratoire que de la protection ». Elle s’inquiète également du glissement vers des mesures spécifiques qui différencieraient la prise en charge des MNA des autres mineurs. Et rappelle que le principe de la protection de l’enfance s’applique à tous les enfants, sans distinction. L’examen du texte devrait débuter le 6 juillet à l’Assemblée nationale.

Marianne Langlet

Retrouvez les actualités, billets, terrains sur www.lien-social.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart