Son blog
75 abonnés Le blog de lien-social
Voir tous
  • Lettre pour un collègue disparu

    Par
    Le 11 mars, les salariés de l’association régionale spécialisée d’action sociale, d’éducation et d’animation de Strasbourg apprenaient qu’un de leurs collègues du service d’investigation éducative s’était suicidé. Une de ces anciennes collègues a envoyé une lettre à la direction de l’ARSEA, aux ministères des Solidarités et de la Santé, de la Justice. Malaise dans la protection de l’enfance !
  • Chasse aux sorcières en Loire-Atlantique

    Par
    Et si votre employeur pouvait vous licencier en fonction de votre opinion ou votre engagement citoyen ? Beaucoup en rêve, l'Agence départementale de prévention spécialisée de Loire-Atlantique l'a concrétisé. Pour s'être engagée auprès des Gilets Jaunes et avoir pris la parole dans des manifestations publiques, une cheffe de service a été remerciée. On ne contrarie pas le pouvoir.
  • Autoportrait de travailleur social (1)

    Par
    Ce n'est pas tout à fait le questionnaire de Proust... c'est celui de Lien Social. Des travailleurs et travailleuses social(e)s qui acceptent de sortir de l'anonymat en parlant de leur parcours et de leur expérience, il n'y en a pas beaucoup. Ces professionnel(le)s de l'ombre, qui s'inscrivent trop souvent dans l'invisibilité des publics accompagnés, justifient ce coup de projecteur.
  • Faut-il avoir peur de nos enfants ?

    Par
    Dimanche 14 mars 2021, édition du soir du journal de France 2, après un reportage émouvant sur la marche blanche d’Argenteuil (Val d’Oise) pour commémorer la mémoire de la jeune Alisha, suit un reportage sur la violence des jeunes. Carlos Lopez, éducateur à la protection judiciaire de la jeunesse réagit au message véhiculé ce jour-là.
  • Témoignages au coeur de l'aide sociale à l'enfance

    Par
    Pièces à conviction diffusé le 28 janvier a dénoncé l’abandon de 600 mineurs par l'aide sociale à l'enfance (ASE) des Haut de Seine, laissés livrés à eux-mêmes dans des hôtels. Cette embolie n’est malheureusement pas une exception. Les témoignages de cinq travailleurs sociaux et cadres de l’ASE de Loire Atlantique publiés par Lien Social sous un prénom d’emprunt en font une inquiétante description