lien-social
Abonné·e de Mediapart

109 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2021

Travailler en réseau

Comme toutes les autres corporations, les professionnels du social ont leur propre jargon. Le travail en "réseau" en fait partie. Plutôt que chacun reste dans son coin, il s'agit de travailler en synergie, en articulation, en collaboration autour de la problématique de la même personne accompagnée. Jérôme Bouts évoque ici les obstacles qui freinent cette dynamique.

lien-social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Jérôme Bouts, Travailleur social, Directeur général d’association

Il faut commencer par sortir du réflexe « réseau » qui serait susceptible par nature de répondre au manque de moyens mis à disposition. Faire réseau ne réduit pas en tant que telles les difficultés.

Autre précaution face à un concept devenu parfois une formule creuse, l’articulation entre partenaires ne peut être vraiment efficiente que si chacun d’entre eux l’est individuellement. La mise en réseau de dysfonctionnements risque au contraire par addition, d’augmenter les difficultés.

En outre, la condition première à l’efficience d’un réseau est la non-concurrence des éléments du réseau ; chacun étant sincèrement au service de chacun des autres membres. Chaque partenaire doit y trouver son compte, sans se sentir instrumentalisé.

Un autre écueil constitue lui aussi un obstacle à ce fameux travail en réseau. Pour favoriser l’efficacité de ses actions, nos sociétés ont eu, depuis longtemps, recours à la division du travail, chaque unité fonctionnant autour d’une tâche particulière et/ou un territoire, un domaine qui lui était dévolu. Pour mener à bien ce qui lui est demandé, chaque service a tendance à se structurer autour d’une identité de groupe qui le valorise, le « narcissise » et le convainc de l’excellence de son fonctionnement et de ses membres. On est là dans cette distinction, auquel Pierre Bourdieu avait consacré un livre, qui forge à partir de soi, les jugements élaborés à l’égard des autres. Cette distinction est nécessaire dans nos collectifs de travail ; le problème étant qu’elle s’opère souvent au détriment de l’autre empêchant la reconnaissance de celui-ci. Le risque est fort alors de s’isoler dans une citadelle que l’on va chercher à protéger contre les menaces extérieures par appartenance, par affiliation excessive ici. Charles De Gaulle sur un registre autre mais similaire disait : « Le patriotisme, c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester celui des autres.  » Dans le travail social, comme ailleurs, la tendance est rapidement à se considérer meilleur que les collègues d’à côté. Ils sont volontiers soupçonnés, sinon accusés de mal faire ou de ne pas être à la hauteur. C’est à tout cela que se heurte le travail en réseau.

La première attitude est de lever les représentations et préjugés existant entre services. Cela implique de laisser les portes et les fenêtres de l’institution grandes ouvertes, de rendre lisible ce que l’on est ainsi que nos modalités de mise en œuvre. Cela signifie de ne pas considérer sa propre mission comme supérieure ou plus noble que celle de l’autre ; d’être convaincu d’une complémentarité constitutive.

On peut prendre, comme illustration, la transmission des informations nécessaires au passage d’un usager d’un service à un autre. Trop souvent, les professionnels qui doivent passer le relais se considèrent comme propriétaires, sont rétifs à ces transmissions rendues pourtant obligatoires en tant qu’informations partagées nécessaires au parcours de l’enfant, peuvent même mettre en avant le sacro-saint secret professionnel … On est alors dans des attitudes rédhibitoires à la pratique de réseau. Celle-ci en effet s’appuie fondamentalement sur la reconnaissance de l’autre ; cet autre digne de ma gratitude. Il est autrement dit la condition de mon existence et je lui en suis grée.

Ainsi on peut dire qu’un réseau qui fonctionne est celui dans lequel chacun est également utile à l’autre (au sens égal du terme) et ou chaque membre est capable de dire, chacun à son tour, que l’autre membre est le cas échéant plus compétent pour tel ou tel autre demande. Oui vraiment, question de reconnaissance …

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine