Bonne année 2021!

L’année 2021 sera-t-elle aussi calamiteuse que la précédente ? Convenons que la fin 2020 a été à l’image de son début, cumulant toute une série d’exploits qui méritent la remise d’un certain nombre de médailles. Ce que Lien Social a décidé de faire !

Et tout d’abord, la médaille des bras cassés attribuée à notre technocratie politico-médicale qui a quand même réussi le record de se planter trois fois face à la pandémie. La première fois, en liquidant les stocks de masques et en mentant éhontément sur leur inefficacité, pour camoufler leur choix de les détruire massivement. Puis, vint le tour des tests antigéniques à la fiabilité chaotique dont le délai de résultat pouvait aller jusqu’à cinq jours au mois de septembre.

Jamais deux sans trois, dit le proverbe.

Et de trois : cette fois-ci, ce fut le cafouillage des vaccins. Alors que cinq jours après le top-départ, l’Allemagne avait vacciné 165 575 personnes, notre pays en cumulait laborieusement 332 ! L’impéritie continue. Et il ne semble pas qu’elle soit prête à s’interrompre. Après tout, on ne change pas une équipe qui perd : l’élite technocratico-politique qui n’a eu de cesse, depuis vingt ans, d’éreinter le système de santé français n’a aucune raison d’en rester là. Elle continue son œuvre de destruction des services publics conforme au dogme néo-libéral qu’elle a adopté et que rien en semble faire vaciller.

Puis, vient la médaille du cynisme.

Elle peut être accordée à la justice grecque qui vient d’inculper le père de Yahya, petit Afghan de 5 ans, noyé lors d’une tentative pour traverser la Méditerranée. Que lui reproche-t-on ? Une « mise en danger de la vie d’autrui » et un « abandon d’enfant  » ! Ce ne sont pas ces États européens qui ont détourné la tête alors que plus de 20 000 réfugiés se noyaient en Méditerranée qui auraient donc des comptes à rendre pour non- assistance à personne en péril, mais les familles qui prennent la fuite sur de frêles esquifs, pour fuir la guerre, la misère et la mort. Si elles ne se noient pas elles-mêmes, comme 20 000 de leurs prédécesseurs, elles devront être jugées. Va-t-on inculper aussi cette mère https://dai.ly/x7xgh93 ?

Poursuivons avec la médaille du mensonge attribuée à cette infox qui nous a fait croire à une soi-disant victime de cet horrible racisme antiblanc qui terrorise les populations gauloises de notre pays. Rendez-vous compte, mon brave monsieur, un jeune homme qui ne peut qu’être du bon côté, puisqu’il fêtait noël a été passé à tabac non seulement parce qu’il est musulman, mais aussi parce qu’il est fils de policiers. Et Gérald Darmanin (qui n’en rate pas une) de s’enflammer : « pas de place pour le racisme d’où qu’il vienne ».

Mauvaise pioche !

Car le procureur a démenti cette version, révélant qu’il s’agissait là d’un simple pugilat entre jeunes, sans rapport avec la profession des parents et encore moins avec leur confession musulmane. Après que Jean François Copé ait fait tremblé la nation tout entière, en 2012, en révélant qu’« il est des quartiers où les enfants ne peuvent pas manger leur pain au chocolat car c’est le ramadan  », voilà le coup du pauvre musulman martyrisé parce qu’il fêtait noël qui tombe à l’eau !

Enfin, remettons la médaille du mépris de classe à ces experts néolibéraux qui ont déconseillé au gouvernement (qui, bien sûr, s’est empressé de suivre leur avis) de ne pas aller au-delà de la revalorisation automatique du SMIC au 1er janvier.

C’est vrai que payer 50 cents de plus par jour les salariés ayant les plus basses rémunérations aurait risqué de précipiter dans l’abîme l’économie française déjà mal en point. Si l’on veut préserver la réputation de notre pays et envoyer un signal fort aux investisseurs internationaux, il convient de faire des efforts. « En France, vous pourrez continuer à exploiter la main-d’œuvre, puisque le salaire minimum n’augmentera que dans de faibles proportions. Venez sans crainte, vous aurez la garantie de bénéficier de dividendes élevés. » Heureusement, qu’on n’a pas tenu compte de tous ces discours tenus pendant le confinement sur ces métiers essentiels se dévouant pour tout le monde qu’il faudrait quand même penser à revaloriser un jour. Il y avait là de quoi faire fuir les riches ! Il manque juste un petit détail. On aimerait connaître le niveau moyen de rémunération de ce groupe d’experts dont la rigueur avec la misère des autres est si exigeante !

Si, si, il faut y croire : le monde d’après sera, sans aucun doute, bien meilleur que le monde d’avant !

Jacques Trémintin

 

Retrouvez les billets reportages, initiatives sur www.lien-social.com


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.