lien-social
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mars 2022

Variations sur la guerre

Les billettistes de Lien Social ont réagi à la guerre en Ukraine. Mais, loin des grands discours convenus, ils préfèrent dénoncer le cynisme, l'hypocrisie et l'obscénité de certains commentaires et une indignations à géométrie variable. Si l'agression de la Russie est criminelle, l'Europe est très loin de pouvoir pousser en toute légitimité des cris de vierge effarouchée.

lien-social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La guerre et puis ...

 Et puis il y a eu ce jour de février 2022 où des familles regardèrent les oiseaux assassins tomber sur leur ville, leurs maisons, leurs édifices, familles qui fuyèrent vers des frontières moins hostiles ou qui se réfugièrent dans des couloirs de métro quand elles ne décidèrent pas de prendre les armes pour se défendre coûte que coûte. Il y a eu ces jours de février 2022 où le monde entier se tourna vers l’Est, tantôt sidéré, tantôt effrayé, formulant avis et hypothèses sur l’incertitude d’une guerre à peine commencée. Et puis, il y a eu les plateaux de télévision, les interventions des uns et des autres, les analyses politiques, questionnements et spéculations à la volée, parce qu’il fallait bien en dire quelque chose, de cette guerre dingue, en dire quelque chose même si nous n’en savions rien.


Et puis il y a eu ces phrases : « Ce sera sans doute une immigration de grande qualité (…) dont on pourra tirer profit » du député MoDem Jean-Louis Bourlanges sur Europe 1 ; « on ne parle pas là de syriens qui fuient les bombardements (…) on parle d’européens qui partent dans leurs voitures qui ressemblent à nos voitures » du journaliste Philippe Corbé sur BFM ; « ce n’est pas un endroit comme l’Irak ou l’Afghanistan (…). C’est un endroit relativement civilisé… heu… relativement européen » a-t-on aussi pu entendre sur CBS ; « il y a un geste humanitaire évident (…) parce que ce sont des européens de culture (…), on est avec une population qui est très proche, très voisine » de l’éditorialiste Christophe Barbier.


Ainsi il y a eu la guerre et la hiérarchisation décomplexée sur les plateaux de télévision, les populations que l’on classe, les bons migrants contre les mauvais, non civilisés, trop éloignés, trop qui n’ont pas les mêmes voitures, trop qui ne sont pas assez européens. Il y a eu l’oubli des vies derrière les guerres, l’oubli des femmes, des enfants et des hommes derrière les frontières.
Ainsi nous ne savons rien des jours à venir sinon le racisme crasse d’un occident décomplexé. Qu’allons-nous faire de ça ?

Celia Carpaye

Non à l’union sacrée

  Il est une conviction partagée, à juste titre, par une écrasante majorité de l’opinion publique : l’agression du despote Poutine contre l’Ukraine est injustifiable et criminelle. Après avoir lâché son armée pour conquérir cet État, ce satrape achève les dernières libertés fondamentales dans le sien. Faut-il, pour autant, fermer les yeux sur l’hypocrisie d’un occident qui manie une indignation à géométrie variable ?

Bravo aux mouvements de solidarité active des pays et peuples d’Europe accueillant à bras ouverts les réfugiés ukrainiens. Sauf à avoir la mémoire courte, que n’ont-ils agi de la même manière quand 20 000 migrants se noyaient en Méditerranée depuis 2014 ?

Sanctionner durement la Russie pour protester contre l’invasion d’un pays souverain qu’elle veut annexer est légitime. Mais, où en sont les sanctions internationales contre Israël qui implante des colonies de peuplement sur des territoires qu’elle occupe depuis 1967 ?

Dénoncer les mensonges sur un soi-disant génocide perpétré dans le Donbass est indispensable. Faut-il oublier que la mystification américaine des « armes de destruction massive » a causé la mort de 115 000 civils et militaires pendant la guerre d’Irak ? Protester contre l’usage des armes explosives dans les villes d’Ukraine est nécessaire. Faut-il ignorer que notre pays refuse leur interdiction, préférant « ne pas les stigmatiser » ?

Le sort des ukrainiens fuyant les combats est effroyable. Doit-on pour autant effacer les comportements racistes de certains d’entre eux contre les étrangers cherchant, eux aussi, à fuir ?

Il ne faut pas tout mélanger, me répondra-t-on, peut-être. La priorité serait au choix entre le camp de la démocratie et celui de l’oppresseur russe. Je me rallie à un seul : faire respecter la dignité et les droits humains partout où ils sont bafoués, lutter contre les inégalités et toutes les formes de discrimination où qu’elles se manifestent, combattre l’injustice et l’iniquité d’où qu’elles viennent.

Jacques Trémintin

Retrouvez les actus, les billets, les initiatives sur www.lien-social.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre