lien-social
Abonné·e de Mediapart

101 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2021

« L’éduc de personne »

Beaucoup de professionnels étaient devant leur écran le 15 novembre sur France 2. Si le sort des enfants décrit par le téléfilm ne peut que provoquer colère et révolte, le débat qui a suivi a démontré l'immobilisme des politiques. Derrière l'incommensurable souffrance des petits, il y a aussi celle des grands. Un éducateur a réagi aussitôt sur le site de Lien Social pour en appeler à la rébellion.

lien-social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Miouf, Educateur spécialisé

On a parlé de nous sur France 2 à une heure de grande écoute et pour ça il faut dire merci à Lyes LOUFFOK et au réalisateur pour ce très bon film. Les acteurs qui jouent les trois périodes de l’enfance de Lyes sont tous très bons.

Les dérives visibles dans le film sont réelles, bien qu’un peu caricaturales (enfin je l’espère pour cet « éducateur » très violent). En voyant ce film, on a tous pu faire des liens avec des situations que nous avons vécues dans notre exercice professionnel. Le pétage de plomb de l’éducatrice auprès de sa chef de service fait du bien, on avait envie d’hurler avec elle.

Ce film montre donc les dérives d’un système, les aberrations que nous vivons tous les jours et qui impactent les enfants et les personnes qui les accompagnent. On peut même se demander si nous ne sommes pas à la création de tous ces incasés (je me refuse de les appeler les incasables). L’état des foyers est semblable à un bateau qui coule, l’état de l’ASE à une épave au fond de l’eau. On le sait tous, on le vit tous, les enfants en subissent les conséquences et notre santé psychique aussi.

Le débat qui a suivi a été insoutenable, pour ma part. Tous les intervenants qui accompagnent des enfants ont pu montrer la détresse dans laquelle ils sont. La famille d’accueil avait des trémolos dans la voix, on l’a sentie touchée, fatiguée, heurtée. La journaliste auteur d’une enquête choc a, elle aussi, pu par des témoignages nous montrer l’horreur que vivent certains travailleurs sociaux. La posture de Lyes (qui a pu me chagriner par le passé) a été très bonne. Il ne s’est pas énervé, bien que très fortement agacé par les propos des représentant de l’État.

Venons-en à ces responsables politiques. C’était affligeant. Même après le film aussi émouvant qui les avaient précédé, on n’a vu chez eux qu’une posture politicarde, des réponses évasives et un je je-m’en-foutisme déconcertant. La journaliste l’a bien répété : la protection de l’enfance touche les pauvres, les "sans dents", les "toxicos", les "cas soc"... Les personnes qui s’en occupent sont dociles, on ne dit rien, on ne se met pas en colère. Quand les pompiers jetaient leurs casques, les infirmières leurs blouses, nous on a bossé. Lorsque le covid 19 a frappé, qui a pensé à tous les éducateurs enfermés entre quatre murs avec des mômes pour qui rien n’allait ? Le devenir de ces enfants est catastrophique. Si l’on devait juger une société au traitement de ses enfants les plus en difficulté, quelle honte pour la nôtre !

Et si la seule solution pour qu’on devienne l’éducateur de quelqu’un, l’éducateur de la protection de l’enfance, ce ne serait pas de se comporter comme Lyes enfant ? Car, si l’enfant de personne a des raisons d’être en colère et de le montrer. L’éduc de personne aussi...

Montrons tout ce que nous savons faire de positif. Montrons que nous sommes des experts de la relation à l’enfant. Montrons que nous fourmillons d’idées novatrices. Montrons que sans nous, la société exploserait. Il faut qu’on se réveille tous : soyons insolent, pénible, arrogant, exigeant ! Soyons tout ce qu’il faut pour montrer à ses enfants que nous sommes avec eux. Attachons-nous à a eux, jusqu’à en pleurer, portons-les, calinons-les, faisons leurs des bisous, amenons-les en vacances, faisons avec eux des projets fous, ne nous refusons rien. Amenons chez eux un espoir, un avenir, un projet, une idée. Résistons autant que possible, faisons bloc en équipe, faites grève.

Le non passage à l’acte des travailleurs sociaux est une double peine pour ces gamins qui n’ont rien demandé. Battons-nous pour eux, battons-nous pour nous. Revenez à l’essentiel, la solidarité.

Soyons à la fois dégoutés et reboostés par tout cela. Soyons-nous, nous-même. Soyons des putains d’éduc. Lorsqu’on est l’éduc de personne, on se sert les coudes.

Retrouvez les billets, actu, terrain sur www.lien-social.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel