lien-social
Abonné·e de Mediapart

110 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2021

lien-social
Abonné·e de Mediapart

« L’éduc de personne »

Beaucoup de professionnels étaient devant leur écran le 15 novembre sur France 2. Si le sort des enfants décrit par le téléfilm ne peut que provoquer colère et révolte, le débat qui a suivi a démontré l'immobilisme des politiques. Derrière l'incommensurable souffrance des petits, il y a aussi celle des grands. Un éducateur a réagi aussitôt sur le site de Lien Social pour en appeler à la rébellion.

lien-social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Miouf, Educateur spécialisé

On a parlé de nous sur France 2 à une heure de grande écoute et pour ça il faut dire merci à Lyes LOUFFOK et au réalisateur pour ce très bon film. Les acteurs qui jouent les trois périodes de l’enfance de Lyes sont tous très bons.

Les dérives visibles dans le film sont réelles, bien qu’un peu caricaturales (enfin je l’espère pour cet « éducateur » très violent). En voyant ce film, on a tous pu faire des liens avec des situations que nous avons vécues dans notre exercice professionnel. Le pétage de plomb de l’éducatrice auprès de sa chef de service fait du bien, on avait envie d’hurler avec elle.

Ce film montre donc les dérives d’un système, les aberrations que nous vivons tous les jours et qui impactent les enfants et les personnes qui les accompagnent. On peut même se demander si nous ne sommes pas à la création de tous ces incasés (je me refuse de les appeler les incasables). L’état des foyers est semblable à un bateau qui coule, l’état de l’ASE à une épave au fond de l’eau. On le sait tous, on le vit tous, les enfants en subissent les conséquences et notre santé psychique aussi.

Le débat qui a suivi a été insoutenable, pour ma part. Tous les intervenants qui accompagnent des enfants ont pu montrer la détresse dans laquelle ils sont. La famille d’accueil avait des trémolos dans la voix, on l’a sentie touchée, fatiguée, heurtée. La journaliste auteur d’une enquête choc a, elle aussi, pu par des témoignages nous montrer l’horreur que vivent certains travailleurs sociaux. La posture de Lyes (qui a pu me chagriner par le passé) a été très bonne. Il ne s’est pas énervé, bien que très fortement agacé par les propos des représentant de l’État.

Venons-en à ces responsables politiques. C’était affligeant. Même après le film aussi émouvant qui les avaient précédé, on n’a vu chez eux qu’une posture politicarde, des réponses évasives et un je je-m’en-foutisme déconcertant. La journaliste l’a bien répété : la protection de l’enfance touche les pauvres, les "sans dents", les "toxicos", les "cas soc"... Les personnes qui s’en occupent sont dociles, on ne dit rien, on ne se met pas en colère. Quand les pompiers jetaient leurs casques, les infirmières leurs blouses, nous on a bossé. Lorsque le covid 19 a frappé, qui a pensé à tous les éducateurs enfermés entre quatre murs avec des mômes pour qui rien n’allait ? Le devenir de ces enfants est catastrophique. Si l’on devait juger une société au traitement de ses enfants les plus en difficulté, quelle honte pour la nôtre !

Et si la seule solution pour qu’on devienne l’éducateur de quelqu’un, l’éducateur de la protection de l’enfance, ce ne serait pas de se comporter comme Lyes enfant ? Car, si l’enfant de personne a des raisons d’être en colère et de le montrer. L’éduc de personne aussi...

Montrons tout ce que nous savons faire de positif. Montrons que nous sommes des experts de la relation à l’enfant. Montrons que nous fourmillons d’idées novatrices. Montrons que sans nous, la société exploserait. Il faut qu’on se réveille tous : soyons insolent, pénible, arrogant, exigeant ! Soyons tout ce qu’il faut pour montrer à ses enfants que nous sommes avec eux. Attachons-nous à a eux, jusqu’à en pleurer, portons-les, calinons-les, faisons leurs des bisous, amenons-les en vacances, faisons avec eux des projets fous, ne nous refusons rien. Amenons chez eux un espoir, un avenir, un projet, une idée. Résistons autant que possible, faisons bloc en équipe, faites grève.

Le non passage à l’acte des travailleurs sociaux est une double peine pour ces gamins qui n’ont rien demandé. Battons-nous pour eux, battons-nous pour nous. Revenez à l’essentiel, la solidarité.

Soyons à la fois dégoutés et reboostés par tout cela. Soyons-nous, nous-même. Soyons des putains d’éduc. Lorsqu’on est l’éduc de personne, on se sert les coudes.

Retrouvez les billets, actu, terrain sur www.lien-social.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant