lien-social
Abonné·e de Mediapart

109 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 févr. 2021

Bienvenue aux plus précaires !

Quand la panique s'empare des braves gens, l'accompagnement de la différence peut se trouver stigmatisé. La psychose se transforme alors en rejet de l'autre, qu'il soit migrant, toxicomane ou sortant de prison. Une mobilisation déployée samedi dernier en est le dernier avatar. "Faut-il pleurer, faut-il en rire. Fait-elle envie ou bien pitié. Je n'ai pas le cœur à le dire" (Ferrat)

lien-social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Saint Gildas des bois est une commune de près de 3 800 habitants située dans le nord de la Loire Atlantique. Mais, ce n’est ni son Abbaye du 12ème siècle, ni son magnifique château qui lui auront valu son quart d’heure de célébrité, à la Andy Wharol. Sa gloire mal placée provient de la manifestation de deux cents citoyens modèles déployée dans les rues du bourg, l’après-midi du samedi 20 février.

Qu’est-ce donc qui a mobilisé l’indignation de cette partis de sa population ? Le sort des étudiants dépérissant à petits feux, pendant que leur ministre lance sa croisade contre l’islamo-gauchisme ? Ces dizaines de jeunes mineurs isolés menacés de reconduite à la frontière, alors qu’ils excellent dans la profession apprise auprès de maîtres d’apprentissage ayant tant de mal, par ailleurs, à recruter dans leur corporation ? Ces associations caritatives submergées par des familles dont la précarité explose ?

Non, ce qui les a poussés dans la rue, c’est l’arrivée prochaine de dix détenus, en placement extérieur, dans une ferme située à une demi-heure à pied du bourg où ils pratiqueront du maraichage et de l’élevage. Voilà, pour les huit enfants placés en tête de cortège à tenir la banderole, une leçon d’instruction civique particulièrement édifiante.

Comme leurs prédécesseurs parisiens qui refusèrent, en 2016, la création d’une salle de consommation à moindre risque pour toxicomanes ou, la même année, ceux de Saint Brévin tout proche terrorisés par l’arrivée de soixante-dix migrants, ils sont pris de la même panique. Que peuvent-ils imaginer ? Les nouveaux venus allaient violer leurs femmes et leurs enfants, transformer leur territoire en plaque tournante de la drogue, faire exploser la délinquance, que sais-je encore ? Et puis rien de tout cela n’est survenu.

On retrouve bien là le réflexe « not in my garden ». Pourtant, certains de ces manifestants (tous, j’en doute) sont favorables à la prévention de la toxicomanie, à l’hébergement de ces populations vivant sous des tentes en plein centre-ville et à la réinsertion des détenus en fin de peine. Du moins, ils le seraient si leurs proches étaient concernés. Mais, pour ce qui est de l’aide pouvant leur être apportée, ils en veulent bien … mais loin de chez eux ! Qu’ils aillent donc dans les communes voisines.

Voilà un bel exemple de citoyenneté, de tolérance et de solidarité donnée par tous ces braves gens. Une dernière précision : si une maison se libérait en face de chez moi, ce serait un honneur pour moi qu’y soient accueillis des migrants à la fois toxicomanes et sortants de prison ! Mais, chacun est libre de sa conception de cette humanité que nous partageons, pourtant toutes et tous. Ce n’est pas la mienne et je leur laisse volontiers la leur !

Jacques Trémintin

Billet publié sur le site de lien social : www.lien-social.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck