Le travail social en lutte a rendez-vous les 3 et 4 octobre 2020

Face au délitement de leurs missions, à la pénurie de leurs moyens et à leur impuissance croissante face à une exclusion qui s'accroit, les travailleurs sociaux ne restent pas inactifs. Un peu partout, des collectifs se sont montés afin d'organiser la résistance. Ils ont programmé de se retrouver sur Paris pour coordonner leurs efforts.

Par Elia R. & P., pour les rencontres nationales du Travail social en lutte

 

Voilà plusieurs années que des éducs, des assistants de service social, des éducs de jeunes enfants, des intervenant(e)s en centres de formation et des étudiant(e)s, des collègues de tous les champs du social et du médico-social et des quatre coins de la France, cherchent à se regrouper pour lutter : contre la dégradation des conditions d'accueil et d'accompagnement des publics, pour de meilleures conditions de formation et de travail, contre la déshumanisation des pratiques et pour un travail social émancipateur. D'assemblées générales en manifestations, de réunions de collectifs locaux en rassemblements, a émergé la nécessité de s'organiser pour coordonner et visibiliser nos mobilisations. Voilà comment sont « nées », il y a quelques années, les rencontres annuelles du travail social en lutte.

Portées par divers collectifs, en lien avec des équipes syndicales combatives, les dernières en date, étaient prévues en mars. Leur report du fait du confinement n'a pas entamé notre détermination et nos capacités d'adaptation ! Nous ne pouvions en effet rester silencieux(ses) et isolés, face à ce que nous devions surmonter sur le terrain : cette crise sanitaire, se muant en une formidable occasion d'attaquer toujours plus violemment nos droits et ceux des personnes accompagnées, d'accélérer la montée en puissance des logiques de marchandisation, de quantification et de contrôle de l'activité, dans un secteur déjà si mis à mal ces dernières années.

 Animé(e)s par la volonté de maintenir nos liens et notre dynamique de mobilisation « autrement », nous avons donc organisé notre « lutte confinée » : réunions hebdomadaires en ligne réunissant jusqu'à 70 participant(e)s, groupes de travail thématiques, rédaction d'appels et de communiqués, organisation de 2 meetings dématérialisés, élaboration d'une plateforme revendicative, mise en place d'un groupe de suivi de la situation des étudiant(e)s, travail autour de la mise en place d'une caisse de grève, participation aux AG interprofessionnelles, et anticipation du déconfinement.

 Prêts à poursuivre la lutte « version déconfinée », les cortèges du travail social se sont multipliés dès le mois de mai aux côtés des soignant(e)s, des AG locales sont annoncées en septembre, et surtout : les 5èmes rencontres nationales en physique s’organisent ! Fixées les 3 et 4 octobre prochains sur Paris, elles seront l'occasion d'une mise en commun de nos expériences et du renforcement de nos liens à l'échelle nationale, qui seront déterminants pour créer une mobilisation du travail social à la hauteur de ce que nous défendons. Rejoignez-nous !

 

Sur Facebook : Commission de mobilisation du travail social Ile-de-France, AG Travail Social en Lutte Grenoble, Le social déchainé, Le social brûle Collectif 13 des salariés du social et du médico-social, Travail Social en Lutte 33, Collectif Travail Social du Gard, Collectif travail social du 35, Travail social de l'Oise

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.