Politique à la petite semaine

Si nos gouvernements successifs ont très bien su anticiper les profits que réaliseront les plus riches dans les mesures favorables qu'ils prennent à leur égard, ils n'ont cessé de vouloir faire des économies sur l'action sociale. Les résultats sont largement déficitaires !

Par Jacques Trémintin

 

Depuis quelques décennies, nos gouvernements de gauche comme de droite ou du centre, se sont montrés dans l’incapacité de mesurer les effets à long terme des politiques publiques dans lesquelles ils engageaient le pays. Il s’avère que les économies effectivement réalisées sur le moment représentent, par la suite, un coût parfois considérable. Vérifions-le.

Depuis les années 1980, les ministères de la santé successifs n’ont eu de cesse que d’imposer une performance financière, une rationalisation gestionnaire et une rentabilisation des soins qui ont éreinté l’hôpital, réduisant ses capacités médicales et épuisant ses personnels. On le paie très cher aujourd’hui face à une pandémie qui ébranle un système profondément fragilisé.

Face à l’afflux des mineurs non accompagnés dont le nombre aurait quadruplé en dix ans, nos autorités ont décidé d’en accueillir certains, mais de laisser la plupart livrés à eux-mêmes dans les rues ou les campements de migrants. Confrontés au désespoir, à l’abandon et à l’absence de toute perspective d’avenir, certains d’entre eux plongent dans la délinquance ou la toxicomanie. On paie très cher aujourd’hui ces décisions politiques de laisser errer des mômes, en ne leur laissant d’autre choix que de survivre par tous les moyens.

Avec 30 à 40 % des familles vivant dans la précarité, nos banlieues constituent un pôle de misère et de ségrégation. En 2018, le plan ambitieux de Jean-Louis Borloo proposait de relever le défi. On lui préféra la réduction du coût du travail. En 2019, les entreprises se sont goinfrées de vingt milliards de crédits d’impôts et d’allègement de charges, suivis en 2020 de vingt autres milliards, avec la suppression de l’impôt sur la production. On paie très cher aujourd’hui un tel choix, quand les plus fragiles se laissent instrumentaliser par les sirènes obscurantistes qui leur promettent attention et reconnaissance.

Un décret en date du 1er novembre 2020 durcit les conditions d’accès à l’aide médicale d’Etat qui permet aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d'un accès aux soins est violemment critiquée. L'argument courant utilisé pour fustiger cette prestation est clairement xénophobe : les plus de 900 millions d’euros qui lui sont consacrés chaque année échappent au citoyen français. Raisonnement à courte vue : non seulement l’absence de traitement de maladies contagieuses dont cette population peut être potentiellement porteuse constitue un risque de santé publique, mais en cas d’aggravation, l’assistance apportée serait bien plus onéreuse que celle prodiguée en amont. La réduction de l'AME pourrait au final nous coûter bien plus cher.

A croire bien gérer le présent, il arrive parfois que l’on insulte l’avenir.

"Humeur" publiée dans le numéro 1284 de Lien Social

Retrouvez les rubrique du journal sur www.lien-social.com

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.