lien-social
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 août 2020

Doit-on maintenir les liens à tout prix?

Quand la protection de l'enfant impose sa séparation de sa famille, se pose la question des relations avec ses parents. Faut-il les entretenir, les conditionner ou les suspendre ? Entre les familialistes qui considèrent le maintien des liens comme sacré et les parentophobes qui les jugent toxiques, il faut trouver un juste milieu. Aujourd’hui, un témoignage de leur nocivité. Demain, le contraire ?

lien-social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Christine Bartel, éducatrice spécialisée

En lisant la préface écrite par Hélène Romano pour le livre « Femme et mère après l’inceste » (1), cette psychothérapeute rapporte ce que lui a dit l’un de ses patients, âgé de 10 ans, victime d’inceste de la part de son père.

Une fois de plus j’ai voulu porter à la connaissance des lecteurs de Lien Social ce témoignage troublant.

« Moi, j’ai dû quitter du jour au lendemain ma maison, mon école, mes copains ; je ne vis plus avec mes frères et sœurs et quand je les vois, c’est juste une après-midi une fois par mois ; je n’ai plus ma chambre, plus mes affaires, plus rien ; je ne peux plus aller au foot, car le mercredi, il faut aller voir un psychologue. Il est assis derrière son bureau, me dit de jouer, ne me parle pas, comme si c’était à moi de lui dire que je n’arrive même pas à mettre en mots. Moi, je voudrais que ce soit lui qui me parle, mais ça, c’est pas gagné. Et alors que j’ai tout perdu, je suis en plus obligé de voir mon père. Même quand je vomis tellement ça me fait peur de le voir en visite médiatisée, je dois y aller, de force ; alors que lui, quand il ne vient pas, « pas de problème », il ne risque rien. Et lui personne ne l’oblige à voir un psy. Alors le juge, il m’a dit qu’il me plaçait pour me protéger de quoi ? De qui ? De ce que mon père me faisait ? Mais il n’a rien compris, ce juge, car le simple fait de voir mon père, de l’entendre, de le sentir lors des visites médiatisées, ça me fait remonter à la tête tout ce qu’il m’a fait. J’ai dit au juge que je ne voulais plus voir mon père, mais il m’a dit « un père c’est sacré, on n’en a qu’un, donc il faut maintenir les liens avec lui, fais des efforts, de toutes façons, tu n’as pas le choix, c’est moi qui décide pour toi » … C’est ça la justice ? Ce juge, il a détruit toute ma vie et il ne me permet même pas de me reconstruire, car tous les quinze jours, je dois revoir mon père. Alors si c’est ça la justice, c’est celle des hommes, pas des enfants »

Pour un enfant victime à qui l'on impose la prolongation de la violence subie, il en est un autre pour qui le maintien des liens avec sa famille sera profitable, car il permettra de renouer une relation apaisée et protégée. 

C'est pourquoi, on ne peut être "pour" ou "contre" la continuité des liens familiaux. Il faut, à chaque fois, évaluer la pertinence de cette relation, en demandant au cas par cas au juge des enfants qu'il la favorise, qu'il la limite ou qu'il la suspende.

(1) "Femme et mère après l'inceste" Luc Massardier et Soraya De Moura Freire, Ed érès,

Paru dans le n°1272 de Lien Social

A retrouver sur www.lien-social.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre