Quelques chiffres sur les riches et les pauvres

«Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvre ? » de Monique et Michel Pinçon-Charlot est un petit livre très accessible, qui expose clairement les arguments à opposer à ceux qui croient encore que si les riches sont riches, c’est qu’ils le méritent !

 © Lécroart © Lécroart
Je viens de lire « pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvre ? » de Monique et Michel Pinçon-Charlot (éditions la ville brûle, 2018) et j’ai trouvé ça vraiment excellent. C’est clair, accessible, très facile à lire et, de plus, très bien illustré par le dessinateur Lécroart.
Le livre donne notamment quelques chiffres qu’on pourrait rappeler plus souvent à ceux qui ne jurent que par le mérite et la réussite individuelle!

Voici quelques-uns de ces chiffres :

  • Il y a en France presque 9 millions de  pauvres (2 millions de plus qu’il y a 10 ans).
  • Dans les grandes écoles, seul un étudiant sur 10 vient des classes populaires.
  • Parmi les députés français, il n’ y a que 18 employés et 1 ouvrier (alors que ces catégories représentent la moitié de la population active).
  • Dans le gouvernement de 2017, 12 des 32 ministres étaient millionnaires.
  • La fortune de Bernard Arnault (l’homme le plus riche de France, et 4° plus riche du monde) représente 3 millions d’années du salaire minimum.
  • En France, 10 milliardaires possèdent presque tous les journaux, télévisions et sites d’information.
  • Les 3 personnes les plus riches du monde possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population (en 2014, ils étaient 85 milliardaires à posséder cet équivalent).
  • La fortune des 10 français les plus riches a été multipliée par 12 en 20 ans.
  • De nos jours, Il y a presque 5 fois plus de milliardaires dans le monde qu’en 2000 (il y en avait 470 en 2000 et 2208 en 2017).

Note: Les chiffres sont de 2017

 © Lécroart © Lécroart

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.