Liliane Baie
Abonné·e de Mediapart

181 Billets

17 Éditions

Billet de blog 5 sept. 2021

Celui qui tombait la veste

Dans la geste présidentielle, le tombé de veste tient une place particulière. En effet, autant notre président sait garder le costume quand il est en entretien avec des chefs d’État étrangers, ou en toute autre circonstance où il serait mal vu de se présenter en bras de chemise, autant il n'en va pas de même dès que celui-ci parle en direct aux citoyens.

Liliane Baie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre président aime le contact avec ses sujets, il semble même priser particulièrement l'exercice puisqu'on l'a vu plusieurs fois échapper à ses gardes du corps, et au parcours décidé à l'avance, pour se précipiter vers des citoyens qui n'en attendaient peut-être pas tant. Les résultats n'ont pas toujours été très heureux (cf le selfie avec deux jeunes qui a été largement commenté sur les réseaux sociaux, ou la petite course pour aller au-devant d'un groupe de citoyens dont l'un lui a adressé une gifle...) mais cela n'arrête pas notre déterminé président qui semble penser que son charisme a besoin du contact pour s'exercer.

Cependant, entre le président donneur de leçons aux autres chefs d’État, et le président donneur de leçons, et de poignées de mains rapprochées, au vulgum pecus, il y a une différence et cette différence, entre autre, c'est la veste.

En-dehors des allocutions présidentielles, c'est en chemise que le président s'adresse à ses sujets, et même, souvent, en bras de chemise.

On nous épargne généralement le moment suspendu où le président « tombe la veste ». J'imagine qu'une petite main (peut-être un garde du corps dédié, genre chambellan de Louis XIV...) récupère l'auguste vêtement juste avant l'entrée dans l'arène, comme l'entraineur reçoit la serviette du boxeur qui va se lancer les poings en avant vers son adversaire.

Je crois d'ailleurs que, pour notre président, chaque rencontre est un combat : séduire, séduire et encore séduire. Menacer, aussi, mais c'est plus discret, parfois...

Cependant, ce n'est pas le goût du « fight » qui explique seul cette particularité vestimentaire. De nos jours, rien n'est laissé au hasard dans la comm', aussi j’émets plusieurs hypothèses.

D'abord, l'aspect impact visuel. La chemise blanche tranche bien sur les costumes sombres des personnes qui entourent notre président : on le voit mieux et il semble bien au centre de l'action.

Ensuite cela fait « peuple ». Comme il ne peut pas se mettre en sweat-shirt quand il va voir le bas peuple, il choisit une solution intermédiaire et qui évite le moment compliqué du changement de vestiaire : enlever sa veste lui permet de rester chic, mais en ajoutant une nuance de décontraction qui le rapproche de ce peuple qu'il prétend rencontrer. Ensuite, il la remet dès qu'il rentre dans sa voiture et, hop ! Le revoilà lui-même.

Mais, de plus, ce tombé de veste semble vouloir indiquer qu'il est au travail : comme il transpire pour nous, notre président ! Quel dévouement ! Quelle abnégation que celle d'un homme qui accepte de se dépouiller de l'or de l’apparat présidentiel pour se donner entièrement à sa tâche !

Et puis la veste, c'est symbolique. C'est celle des contre-maîtres. Lui n'est pas de ce côté, n'est-ce pas ? C'est un homme prés du peuple.

Question : comment fait-il quand il fait froid ou, pire, quand il pleut ? Je pense que le bras de chemise est moins visuellement porteur, dans ces cas-là...

Bref, on peut se demander pourquoi je mets en exergue quelque chose d'aussi insignifiant que la vêture de notre roi-président. Et ce n'est pas pour faire remarquer que celui-ci retourne sa veste : pour retourner sa veste, encore faudrait-il que celle-ci ait un endroit et un envers. Or la veste macronienne possède une infinité de faces. Sa seule cohérence, c'est son incohérence (ce que Raphaël Llorca nomme le Neutre, une coexistence d'opinions contradictoires sans synthèse, in « La marque Macron, désillusions du Neutre » Éditions de l'Aube; voir ici la présentation par l'éditeur). Selon son interlocuteur, selon le moment, selon ce qu'il veut obtenir, la parure de notre président sera différente. Bien malin celui qui croit qu'il sait quand celle-ci est authentique. Peut-être ce dernier se laisse-t-il abuser par l'illusion d'être dans la confidence, tels les courtisans de l'empereur qui applaudissaient à un habit qui n'existait pas, leur soumission se traduisant par le fait qu'ils ne voyaient plus que l'empereur était nu.

Combien sont-ils encore à ne pas voir l'évidence, la manipulation permanente de l'image, du discours et du calendrier, notamment médiatique, avec une succession d'énoncés et de décisions contradictoires, voire opposées?

On comprendra que je suis lasse de ce cinéma permanent, qui abuse encore trop de personnes, y compris des journalistes. Mais je suis surtout inquiète de l'influence que continuent d'avoir les bonimenteurs abreuvés de techniques de marketing, qui parviennent encore à faire croire qu'ils sont seuls capables de gérer la pays, même s'ils ont démontré qu'ils œuvraient en réalité à la destruction de notre État social et à l'augmentation des inégalités.

Ceux-là, oui, c'est vrai, j'aimerais bien qu'ils se prennent bientôt une veste...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar