Liliane Baie
Abonné·e de Mediapart

183 Billets

17 Éditions

Billet de blog 17 mai 2021

Présidentielles: penser législatives

La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.

Liliane Baie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et donc on nous ressert encore la même soupe, la prétendue alternative qui veut nous faire choisir encore ce que l'on ne veut pas, afin d'éviter ce que l'on ne veut pas non plus.

Et si l'on sortait de cette fausse question ? Si l'on arrêtait de réagir de façon pavlovienne aux stimuli que les experts en communication d'influence agitent devant nos yeux jour après jour ?

Si deux termes d'une alternative ne nous conviennent pas c'est que la question est mal posée et qu'il faut trouver d'autres alternatives.

Choisir entre Macron et Le Pen ? Penser législatives.

Qui vote les lois en France, le Président ? Non, les députés et les sénateurs. Que peut faire un président qui n'a pas une chambre à sa botte ? Inaugurer les chrysanthèmes. Cela tombe bien, celui que l'on a sait très bien faire ça. Et, en ce qui me concerne, cela ne me dérangerait pas que celui-ci utilise le talent que l'on peut lui reconnaître dans la représentation mémorielle, à condition qu'il le fasse à temps plein. Pour le reste, j'aimerais pouvoir compter sur un Parlement qui nous fasse sortir du présidentialisme pour mettre en place un vrai régime parlementaire, une 6ème République audacieuse et au service du peuple, bref un Parlement élu dont la première tâche serait de mettre en place une Constituante, paritaire bien sûr. Comme au Chili : « Au Chili, des élections historiques » de Camille Audibert ici.

Tout le reste n'est que gesticulations pour nous faire oublier que nous avons (encore) le droit de voter pour des gens qui nous représentent et vont voter des lois dans notre intérêt, ou pas. Stratégies pour nous faire croire qu'il n'y a qu'une politique possible, pour nous amener à penser que la dérive néolibérale, antisociale, autoritaire et liberticide qui enfle chaque jour, sous prétexte de covid ou de différents assassinats, et bientôt sous celui de la dette, ne peut être arrêtée dans son élan. Effets de communication d'influence qui amènent les mécontents à penser que, puisque l'élection se résume au choix entre Macron et Le Pen, il vaut mieux ne pas voter.

Mais les élections ne se résument pas aux présidentielles, et même ces dernières peuvent présenter d'autres alternatives que ce choix-là, cela dépend de nous. Et, de toute façon, si nous ne pouvons pas empêcher ce funeste choix de deuxième tour, il suffira de voter en masse aux législatives contre les alliés politiques d'un président que l'on estime dangereux pour nous. Et si l'on me dit que "La cohabitation, on a déjà essayé, c'est invivable" je demanderai si cinq ans de pleins pouvoirs ne représentent pas un danger bien plus grand... Le calendrier électoral a été judicieusement choisi pour accentuer le côté présidentiel de notre régime et envisager les législatives comme un écho des présidentielles, une façon de donner au président tous les moyens de gouverner, faisant fi de la séparation des pouvoirs qui est pourtant constitutionnelle. Un Parlement qui n'est qu'une chambre d'enregistrement ne sert à rien, on peut le constater tous les jours.

Et, bien avant cela, se déroulent fin juin (le 20 et le 27) les élections départementales et régionales. N'est-ce pas déjà une opportunité de reprendre le pouvoir ? de "leur" reprendre le pouvoir? Les enjeux qui sont devant nous, de la gestion de la suite de la pandémie, à celle du réchauffement climatique et de l'écologie, en passant par les choix à faire devant la crise économique à venir sont d'une importance majeure et engagent l'avenir de la planète et ce que nous laisserons à nos enfants. Plusieurs politiques sont possibles: le maintien des acquis pour ceux qui en ont au détriment de ceux qui en ont moins, ou un partage équitable des efforts, c'est-à-dire en demandant davantage à ceux qui ont plus? De véritables choix doivent être faits dans les années qui viennent concernant l'industrialisation, la consommation, l'énergie, le transport. Veut-on une politique qui soutient l'enrichissement des géants de ces domaines, ou une politique qui les oblige à restreindre leurs investissements (et donc leurs bénéfices) dans tout ce qui contribue à la dégradation de la planète et du vivant? Que veut-on pour nous et ceux qui nous suivront? Et pour obtenir ce que l'on veut, ne convient-il pas de démontrer une force collective, entre autre par nos votes, en face de ceux qui ont le pouvoir de l'argent?

La plus grande force des stratégies d'emprise, c'est de faire croire à ceux qui les subissent qu'ils ont la liberté de penser qu'ils n'ont pas d'autre choix que de faire ce que l'on attend d'eux. Alors que c'est là que réside l'aliénation: en réalité il faut prendre conscience de tous ces messages volontairement biaisés et répétés ad nauseam pour parvenir à se défaire de leur influence toxique. On n'est pas libre parce qu'on pense l'être, on est libre quand on sent, et qu'on reconnaît, tout ce qui peut nous empêcher de l'être.

Et, de ce côté-là, les dirigeants du monde contemporain, politique, médiatique et managérial, usent et abusent de techniques éprouvées, ou innovantes, afin de contrôler nos décisions.

À moins que nous ne les laissions pas faire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours