César et Rosie, le combat féministe n'est pas terminé

En entendant le palmarès de la cérémonie, et l'octroi du César du meilleur réalisateur à Roman Polanski, j’ai été submergée par une tristesse inattendue. Je pensais aux victimes, à toutes les victimes, et à la façon dont elles allaient entendre le soutien du monde du cinéma (en tout cas d’une partie du monde du cinéma) à ce cinéaste.

J’avais décidé de ne pas suivre l’évènement, non seulement à cause du côté entre-soi de celui-ci, mais aussi parce que le fait de nominer 12 fois le film de Roman Polanski me choquait, moi qui ai décidé de ne pas voir le film de ce dernier.
Et puis là, les larmes sont venues quand j’ai vu qu’il recevait le prix du meilleur réalisateur. Pourquoi ces larmes?
Personnellement, je suis attachée à attribuer à chacun la possibilité de se racheter, je considère qu’un condamné qui a purgé sa peine ne doit pas être considéré comme un réprouvé à vie, et je soutiens le principe de la présomption d’innocence.
Alors?
Alors il se trouve que Roman Polanski a fait la promotion de son film en faisant un parallèle entre le calvaire vécu par Alfred Dreyfus et le sien propre (voir l’article de Wikipedia sur le film « J’accuse » film 2019)).

Certes, vivre l’opprobre publique est certainement une expérience hautement traumatisante, et être désigné coupable par des magistrats doit être aussi extrêmement pénible. Oui, mais Alfred Dreyfus était innocent. Cela change la donne…
En effet, qu’est-ce qu’on reproche à Roman Polanski, dans le fond? Les éventuels viols ou agressions sexuelles qu’il est soupçonné d'avoir fait subir à de jeunes filles il y a plusieurs décennies? Quelles sont les suspicions qui pèsent sur lui? Elles sont recensées dans cet article de France-Info : "Retour sur les affaires et accusations impliquant Roman Polanski"

Donc il y a, d'après la presse, une affaire en cours, ancienne, pour laquelle le réalisateur a à un moment plaidé coupable pour une partie des faits, et des accusations publiques sur d'autres faits éventuels de la même période, et prescrits.

Moi, je crois que c’est surtout le fait que Roman Polanski ait fui la justice du pays où il vivait et qu’il nie ou minimise les faits, notamment celui pour lequel il a été arrêté, en se posant, lui, en victime, qui déclenche une réaction forte chez les féministes et les défenseurs des victimes. Ce n’est pas comme s’il exprimait du regret ou de la contrition. En tout cas, je n’en ai pas trouvé trace (mais je suis preneuse de toute information à ce sujet).
Et cette défense, même toutes ces années après, n’est plus entendable, parce qu’elle a été beaucoup trop entendue, dans d'autres cas, et qu’on l’entend encore.
Et je crois que l’on va continuer à l’entendre, encore et encore.
Aussi, je pense que récompenser ce réalisateur-là, pour ce film-là, à ce moment-là, avec les paroles que son auteur a prononcé pour l'accompagner, est pour moi, sinon une faute, du moins une erreur, car cela peut être reçu comme une claque par les victimes d’agression sexuelle qui voient leur agresseur continuer à porter beau.
Je le précise: si ce réalisateur s’était contenté de faire un film sur l’affaire Dreyfus, je ne me serais pas sentie concernée, sinon au contraire par cette histoire qui a été l’occasion, à l’époque, pour le peuple français, de choisir son camp, et, finalement, de progresser. On m’a ainsi raconté une bagarre homérique entre un de mes arrière-grands-pères, dreyfusard, et le curé du village, anti-dreyfusard.
Mais, aujourd’hui, point de hauteur de vue sur la grande histoire: celle-ci est convoquée par l'auteur à appuyer la défense d’un homme qui, par la présentation qu’il fait de son œuvre, laisse entendre qu’il est innocent (alors qu’il a, au moins une fois, plaidé coupable).
Que les membres de l’Académie des César n’aient pas compris que récompenser le réalisateur (et pas le film) valait caution de cette manœuvre n’est pas crédible. Ou alors ils sont complètement idiots, ce qui m’étonnerait. C’est donc qu’ils ont voulu soutenir Roman Polanski et son discours et ont voulu signifier qu’ils ne se laisseraient pas dicter leur choix par quelques féministes revendicatrices.
C’est donc qu’ils sont responsables de ce choix, et qu’ils acceptent que la cérémonie des César puisse être le lieu qui permet à un auteur de faire la promotion d'une image d’innocent victime de persécution.
Ma question est donc: pourquoi 12 nominations? Pourquoi ce prix et pas celui du meilleur film?

Après MeToo, après Adèle Haenel et la libération de la parole des femmes, je me doutais que l’internationale du patriarcat allait un jour riposter. Pour le moment, ce n’est pas politiquement correct d’attaquer les femmes qui se rebiffent. Mais cela va venir. La réaction va venir, et elle va être terrible. Il faut s’y préparer, il faudra déjouer tous les pièges et continuer à lutter ensemble pour que toutes les filles, mais aussi les garçons, et toutes les femmes, n’aient plus à baisser la tête, à souffrir, et à avoir honte à la place de leurs agresseurs. La honte doit changer de camp et revenir à ceux qui la méritent: les abuseurs, les agresseurs, les violeurs, les persécuteurs: tous ceux qui instrumentalisent l’autre pour leur propre jouissance, condamnant une part importante de l’humanité à se sentir humiliée, cassée et même, parfois, coupable à leur place. Pour moi, il y a une cohésion entre l'oppression sexuelle, l'oppression financière (entre autre pour les retraites), et l'oppression professionnelle des femmes. Dans tous les champs il y a à lutter pour obtenir une véritable égalité, mais cela ne se fera pas sans voir se déployer des murs de résistances qu'il va falloir repérer et qu'il va falloir abattre. Avec toutes les armes et les outils que nous avons et que nous pouvons inventer. Notamment la danse de Rosie (voir ici, sur youtube)!

Est-ce que le choix de ce César rentre dans le cadre d'un rappel à l'ordre patriarcal? Je n’en ai pas de preuve. Mais en tout cas, ce n’est pas la preuve du contraire.

 

Sur "Rosie la riveteuse" une vidéo Youtube du Parisien : https://www.youtube.com/watch?v=wja9d9g91wE

https://fr.wikipedia.org/wiki/J%27accuse_(film,_2019)#Sortie_controvers%C3%A9e

https://www.francetvinfo.fr/culture/cinema/retour-sur-les-affaires-et-accusations-impliquant-roman-polanski_3695951.html

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.