Liliane Baie
Abonné·e de Mediapart

181 Billets

17 Éditions

Billet de blog 31 oct. 2019

Désolé, l'administration s'est trompée...

Ils n'ont pas toujours internet, pas souvent le temps ni les moyens de faire connaître leurs difficultés. Parfois, ils sont allés sur des ronds-points. Leur vie est de plus en plus difficile. On les taxes de profiteurs, alors que ce sont les victimes du système. Et, parfois, une goutte d'eau peut les faire basculer du côté de la catastrophe.

Liliane Baie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Appellons-là Adelina. Elle est venue en France il y a plusieurs décennies, avec son mari et ses jeunes enfants, quittant son Portugal natal pour vivre une vie plus heureuse. Après avoir travaillé en Allemagne et en Suisse la famille s'est installée en France, plus prés des leurs restés au pays.
Et puis les malheurs sont arrivés, maladie de son fils, puis, il y a une dizaine d’années, mort de son mari. Elle a travaillé encore plus dur pour joindre les deux bouts. Adelina fait le ménage, chez plusieurs personnes, enchaînant les heures avec vaillance et les déplacements en bus pour aller d'un lieu de travail à l'autre.
Et puis l’heure de la retraite a sonné. Enfin, elle a sonné longtemps avant de pouvoir être effective, puisqu’il a fallu reconstituer une carrière dont une partie avait été faite à l’étranger. Ceci dit, cela n’a pas dû être trop difficile puisque, en dernier ressort, en cumulant sa part de retraite et la pension de réversion de son mari, elle devait toucher 242 euros. Je mets ça à l’imparfait, puisque il a fallu des mois pour qu’elle touche réellement cette somme. Cela l’a conduite à continuer à travailler encore pour simplement vivre et payer son loyer. Ce qui a repoussé encore le versement de sa retraite.
Enfin, depuis quelques mois, elle touche ce pactole mensuel, qui est complété de l’allocation logement. En tout, 492 euros, moins que son loyer. Elle devrait toucher un complément de retraite qui a été demandé et qui, là aussi, met des mois à venir.
Donc Adelina continue de faire le ménage chez une partie de ses anciens patrons pour compléter ses revenus. Cela lui permet de survivre avec environ 780 euros par mois.
Bien entendu, Adelina n’est pas imposable et ce, depuis la mort de son mari.
Mais voila que l’administration française, tel le fléau d'une justice aveugle, et par le biais d’un prélèvement bancaire inopiné, vient déséquilibrer le maigre budget d’Angelina. Un jour, en effet, elle constate que son compte est en négatif sans raison. Sa banquière lui explique que ce sont les finances publiques qui ont effectué un prélèvement de 131 euros. 131 euros en moins, sur la somme qui lui reste après tous les prélèvements contraints, c’est tout simplement impossible à intégrer. Et, en plus, elle n'est pas imposable. Elle pense donc à une erreur qui va être réparée, mais, le mois suivant, même chose.
La voilà donc partie au centre des Impôts. Arrivant à l’heure d’ouverture, 8h30, elle est surprise du nombre de personnes attendant devant la porte. Elle passe finalement vers 10 heures, mais ne se plaint pas de cette attente « Il y avait beaucoup de monde ».
La personne qui la reçoit trouve trace du prélèvement, qu’elle commence à justifier. Mais Adelina s’offusque, rappelle qu’elle est non imposable, qu’elle a reçu son avis de non imposition, etc. In fine, la représentante de l’administration convient qu’elle a raison : elle n’aurait pas dû être prélevée, c’est une erreur de leurs services. Ouf !
Mais non, dans le monde des finances publiques ce n’est pas si simple. La préposée fait le nécessaire pour faire cesser le prélèvement injustifié, mais lui conseille de vérifier ses comptes pour s’assurer quand même qu’elle ne sera pas prélevée les mois suivants. Et l’informe qu’elle sera remboursée en 2020, au premier trimestre ou peut-être après qu’elle ait fait sa nouvelle déclaration de revenus.
Là, c’est le coup de grâce. L’administration se trompe, lui prend un argent indu, et la remboursera au mieux dans quelques mois, au pire dans un an…
Adelina exprime, avec politesse, son mécontentement. Dit qu’elle ne peut pas vivre avec si peu. Son interlocutrice dit qu’elle va faire de son mieux.
Heureusement Adelina n’est pas isolée, un de ses employeurs interviendra avec elle pour activer le remboursement de ces prélèvements si celui-ci ne s’effectue pas rapidement, et elle sera soutenue si ses finances sombrent. Mais elle, elle est inquiète : si elle n'est pas remboursée elle ne pourra plus payer son loyer. Et si elle ne peut pas payer son loyer... Ses yeux s'humectent en envisageant cette possibilité.
Adelina a 67 ans. Elle a toujours travaillé et elle travaille encore.

Moi, je m’interroge. Il paraît que le paiement à la source s’est passé sans problème.
Vraiment ?

Et que gagnerait Adelina avec une retraite par points?
Quant à cette question du remboursement différé de sommes prélevées indûment aux usagers et sans les en informer à l’avance, cela ressemble fort à du racket, touchant dans ce cas la partie la plus faible de la population, âgée et aux faibles revenus.
Si l’erreur constatée est, non pas exceptionnelle, mais structurelle, quelle aubaine pour les finances de la France !

Bernard Tapie a-t-il remboursé, lui, sa dette de 400 millions aux finances publiques ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Entre maltraitances et dividendes, Orpea n'a pas hésité
La sortie du livre de Victor Castanet « Les fossoyeurs » publié chez Fayard, rouvre le débat de la façon dont nos sociétés traitent les plus vulnérables, ici les personnes âgées. A travers cette question, c'est aussi celle des financements publics au sein de structures privées qui cherchent prioritairement la profitabilité.
par Muriel Dugas-Andriocci
Billet de blog
Ehpad privés: un business sur la vieillesse à changer
Des Ehpad privés financés pour près de 50% par le contribuable génèrent un business juteux pour les actionnaires alors que nos aînés finissent leur vie en étant soignés par un personnel insuffisant et mal payé. De multiples rapports parlementaires, enquêtes, documentaires, livres, montrent la réalité d'une situation inacceptable alors que le vieillissement de la population s'accroît.
par serge_escale
Billet de blog
La maltraitance dans les Ehpad : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en Ehpad[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI
Billet de blog
Lettre à mes octogénaires
Salut les grands parents, c’est moi. C’est moi, celle que vous attendez et que vous croyez affairée. Celle qui ne passe pas le portillon du bout du jardin, celle qui trouve autre chose à placer avant, toujours.
par Soldat Petit Pois