Médiapartie ou Médiocratie ?

[A Néfertari, dixième muse du Panthéon mythique, libéthride du Nil (1)]

 

En m'abonnant au site d'information en ligne « Médiapart », j'ai fait le choix de la démocratie participative puisque son club permet à chacun d'entretenir un blog personnel en plus de pouvoir intervenir directement sur les articles des journalistes ou des invités en dialoguant avec eux.

 

Personnellement, je n'ai pas à le regretter depuis mes presque deux ans d'activité mais suis peiné de voir mes contacts disparaître par démission les uns après les autres, pratiquement pour les mêmes raisons, qu'il s'agisse de Ben Boukhtache, d'Epaminondât alias Melchior, de Cyrano de Savignac, d'Esther L ou de Renarblanc : tous dénoncent l'agressivité et la vulgarité, la bêtise et l'irrespect, l'intolérance et le totalitarisme de certains rencontrés ici et pas ailleurs.

 

Ceci ne peut manquer d'interpeller lorsqu'il y a répétition du diagnostic et lynchage en direct dans l'indifférence générale malgré la dilution dans le temps, comme si la dénonciation ponctuellle du vice d'un vertubleu ou de ses clowns, ses clones, n'avait pas valeur d'exemple mais plutôt celle d'émulation et de stimulation (2).

 

La conclusion à tirer c'est que l'intervention de la direction arrive trop tard et de manière trop timorée, presqu'en s'excusant de ne pas pouvoir faire autrement mais qu'à titre exceptionnel et à condition que cela ne se répète pas on pouvait pour une fois tenir compte des alertes répétées auprès de Géraldine Delacroix ; ainsi, quand il y a suppression d'un commentaire à caractère antisémite ou raciste, homophobe ou sexiste, injurieux ou ordurier, plutôt que de se dire « enfin, l'éthique attaque », on se dit : « il était temps. On se demandait jusqu'où le laxisme ambiant pour ne pas dire la complaisance allait nous entrainer et pourquoi la charte non appliquée ne donnait lieu à aucune sanction, et la démocratie bafouée à aucun rappel à l'ordre ».

 

Car c'est bien de démocratie qu'il s'agit : non, on ne peut pas tout dire ni tout faire en démocratie. Il y a des règles à respecter. Leur respect garantit la liberté de tous mais aussi la clarté des échanges alors que leur affranchissement est la porte ouverte à la démagogie, au populisme, à la dictature, au gouvernement des médiocres qui rendent inaudibles l'intelligence et le débat d'idées.

 

L'histoire d'ailleurs montre que lorsque le vers est dans le fruit il est trop tard pour l'empêcher le fruit de pourrir.

 

Lincunable, 18.02.2011

 

__________

  1. http://blogs.mediapart.fr/blog/nefertari/150211/veronique-et-patrick

  2. http://blogs.mediapart.fr/blog/edwy-plenel/020510/mediapart-son-club-et-sa-democratie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.