Commenter en ligne #2: Le décor décortiqué

Avant de tenter de mettre à nu les dynamiques du commentaire en ligne, commençons par le situer dans le paysage de la plateforme : le commentaire s'inscrit dans des cadres déterminés, qui influencent le contenu et la circulation des messages. Décrire et analyser l'architecture qui enserre les débats est une première étape indispensable dans la compréhension du phénomène.

Une division nette entre article et commentaire

Lorsqu’on lit un article en ligne sur le site de Mediapart, on peut très bien s’en tenir à la lecture stricto sensu de l’article et passer complètement à côté de la partie réservée aux commentaires. De fait, cette dernière n’apparaît pas directement aux yeux du visiteur non averti. Pour accéder aux commentaires, il faut ainsi cliquer sur un petit onglet situé au début et à la fin de chaque article : un choix délibéré. Le lecteur est ensuite amené sur une autre fenêtre déconnectée du corps de l’article. On ne peut donc avoir accès en même temps à l’article et aux commentaires, ce qui rend plus difficile la référence directe au texte. Cette division crée par la même occasion un véritable espace qui tend à s’autonomiser du contenu premier de l’article. En effet, lorsque l’article n’est plus visible, on peut être plus facilement tenté par des élargissements du débat et des digressions. 

Les commentaires se caractérisent donc par une présence discrète dans la mesure où ils ne s’affichent pas avec une exubérance intrusive à l’écran. On ne peut tomber dessus par hasard car pour y avoir accès, cela implique de manifester par un clic la volonté d’en révéler les parties.

L’agencement de l’espace de discussion

Une fois franchi le pas, le lecteur se trouve dans la partie réservée aux commentaires. Apparaît d’abord aux yeux du visiteur différentes manières d’ordonner les commentaires. On a alors la possibilité de classer les commentaires de 6 manières différentes 

  • “Tous” : C’est la classification choisie par défaut qui range les commentaire par ordre de publication. Les réponses aux commentaires apparaissent chronologiquement sous chaque commentaire auquel elles sont rattachées.
  • “Les + discutés” : Les commentaires sont rangés dans l’ordre décroissant du nombre de réactions qu’ils ont suscité, ceux qui ont eu le plus de réponses apparaissent ainsi en premier. De nouveau, les réponses aux commentaires apparaissent chronologiquement sous chaque commentaire auquel elles sont rattachées. Cette classification permet de mettre en avant les commentaires les plus sujets à débat, les plus clivants parmi les internautes ou encore ceux qui ont fait le “buzz”.
  • “Les + recommandés” : Les commentaires sont rangés dans l’ordre décroissant du nombre de recommandations dont ils ont fait l’objet de la part des internautes, ceux qui ont le plus été le plus recommandés apparaissent ainsi en premier. Les commentaires et les réponses sont présentés de la même manière dans cette classification, aucune distinction n’est réalisée. En revanche, pour afficher les réponses aux commentaires il faut cliquer sur l’onglet “retrouver dans les fils de discussions” pour les faire apparaître. Cette classification permet de faire ressortir les commentaires qui ont été désignés comme les plus dignes d’intérêt en quelque sorte. La fonctionnalité “recommander” permet donc de mettre en oeuvre une forme de démocratie plébiscitaire car au travers de ce processus électif, chacun essaie de faire valoir ce qui lui semble le plus pertinent, le plus propre à nourrir la réflexion des autres internautes. 
  • “Ordre chronologique” : Les commentaires sont classés par date de publication mais à la différence de la classification “Tous”, les réponses aux commentaires n’apparaissent pas directement
  • “Ceux de mes contacts” : Seul les commentaires publiés par les contacts de l’internaute sont affichés.
  • “Les miens” : Seul ses propres commentaires apparaissent à l’écran.

Après ces différents types de classification, l'utilisateur est mis en présence du message suivant, qui fait systématiquement office de préambule et rappelle aux internautes la présence de Mediapart, autorité régulatrice surplombante bien qu'effacée :

 

“Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.”

 

Ce message  avertit les internautes sur la ligne éditoriale du média et sur les principes qui ont trait à l’organisation de l’espace de discussion. Les internautes sont également invités à prendre connaissance de la charte de participation à Mediapart pour s’informer plus en détails sur l’ensemble des règles qui régissent l’espace de discussion. La rédaction met en avant l’absence de modération “a priori” tant que les commentaires se rapportent à l’échange d’idées et respectent certaines règles de convenance.

Le design de l’espace est d’une très grande simplicité : le fond est blanc, les bandes latérales sont dépourvues de toute iconographie et les commentaires sont insérés dans de simples rectangles. Partant, l’attention n’est pas perturbée par des contenus parasites (motifs, publicités etc.), qui altèrent la concentration, à la différence des sites internets d’autres médias ou des réseaux sociaux. En effet, du point de vue de la psychologie cognitive, il est bien connu que nous ne sommes véritablement efficaces et concentrés que lorsque nous nous focalisons sur une seule et même tâche. L’interface se caractérise donc par une volonté de préserver au maximum les capacités intellectuelles du commentateur et de créer véritablement un sanctuaire d’idées dans lequel l’internaute a l’esprit disponible et dispose de toutes les ressources possibles pour développer ses pensées sans distractions néfastes.

 

Les commentaires et leurs réponses

 

Il n’y a pratiquement aucune distinction entre les commentaires et les réponses à ceux-ci, ils sont placés au même niveau. S’agissant de l’onglet qui permet d’accéder aux commentaires et qui affiche le dénombrement des commentaires par exemple, ce dernier inclut aussi bien les commentaires que les réponses. Par ailleurs, les commentaires ne se distinguent pratiquement pas des réponses dans la mesure où ces dernières sont identifiées uniquement par une petite flèche vers le haut sur leur gauche et un faible décalage vers la droite par rapport au commentaire auquel elles se réfèrent. En outre, pour ce qui est de la classification des commentaires par défaut (“Tous”), les réponses sont directement visibles, il n’y a pas besoin de cliquer sur un onglet supplémentaire pour les afficher comme sur certains réseaux sociaux (Facebook par exemple). Enfin, le processus est sensiblement différent pour publier un commentaire et répondre à un commentaire. Pour répondre à un commentaire déjà publié, il suffit simplement de cliquer sur l’onglet “répondre” situé en dessous de chaque commentaire publié, tandis que pour publier un commentaire, il faut prendre son mal en patience et descendre tout en bas du fil de discussion parfois conséquent. Cet agencement incite donc l’internaute à lire les commentaires ayant déjà été publiés avant d’en publier un par lui-même afin d’encourager la prise en compte du débat d’idée qui s’est tenu précédemment et prévenir la répétition d’idées similaires. La configuration de l’espace favorise donc davantage la publication de réponses à des commentaires déjà publiés que la publication de nouveau commentaires. 

Tout est donc pensé dans l’agencement de l’espace de discussion pour que les réponses aux commentaires soient placées sur un pied d’égalité avec les commentaires. Ce qui importe ce ne sont pas seulement les commentaires publiés individuellement par les internautes mais les réactions suscitées par ces commentaires et le débat d’idées qui s’ensuit. La possibilité de mettre le lien d’articles ou de vidéos en ligne permet d’enrichir la compréhension du sujet discuté et des opinions des commentateurs. Il n’empêche que cette fonctionnalité reste peu utilisée par les internautes.

Par cet espace de discussion singulier, Mediapart semble donc creuser une brèche dans l’espace numérique. En effet, si l’on s’en tient à son fonctionnement et à son agencement, l’espace se caractérise par sa sobriété, d’une part, loin des affres des réseaux sociaux et du règne du sensationnel et par son cadre favorable au débat et à l’échange d’idées d’autre part. Par suite, on peut dire que cet espace de discussion est un exemple pertinent de la manière par laquelle on peut faire un usage raisonné et éclairé de la technologie numérique en stimulant la mise en commun de l’information et la circulation d’idées, créant ainsi un potentiel creuset de démocratie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.