Lizzie Crowdagger
Écrivaine
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 févr. 2019

Anonymat : Macron en veut à la liberté d’expression et aux minorités

Dans des sorties récentes, Emmanuel Macron parle d'interdire l'anonymat sur Internet en prétendant que cela permettrait de lutter contre le harcèlement. Mais est-ce une bonne méthode pour cela ? Ou est-ce que cela permet plutôt de limiter la liberté d'expression, et de censurer les minorités ?

Lizzie Crowdagger
Écrivaine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 18 janvier d’abord, dans le cadre d’un de ses « grands débat », Emmanuel Macron avait expliqué vouloir une « levée progressive de tout anonymat ». Après un rétropédalage de Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État chargé du Numérique qui tentait de clarifier la position du président (qui n’aurait voulu limiter cet anonymat que pour la démocratie participative), patatra : Emmanuel Macron en remettait une couche le 7 février, allant plus loin : « Moi je ne veux plus de l'anonymat sur les plateformes internet » (https://www.developpez.com/actu/245458/Macron-Je-ne-veux-plus-de-l-anonymat-sur-les-plateformes-internet-le-President-francais-confirme-qu-il-veut-bien-la-fin-de-l-anonymat-en-ligne/). Si, à ce stade (comme pour ce qui est d’imposer une neutralité d’État aux journaux), le projet présidentiel paraît encore brouillon, cela n’a pas empêché une députée de la majorité et porte-parole En Marche, Laetita Avi, de profiter de la libération de la parole de victimes face au harcèlement dans l’affaire « ligue du lol » pour asséner : « L’anonymat sur les réseaux sociaux encourage un sentiment d’impunité pour ceux qui s’autorisent à harceler, humilier et insulter. La loi contre la haine sur internet permettra de mieux lever cet anonymat lorsque ces délits sont commis » (https://twitter.com/LaetitiaAvia/status/1094895992682491904). Qu’importe, qu’en l’occurrence, les harceleurs n’aient, pour la plupart, pas du tout été anonymes.

L’anonymat, un vrai problème ?

C’est, d’ailleurs, un élément assez récurrent dans un certain nombre de cas de harcèlement, propos homophobes, racistes, misogynes, transphobes, antisémites, etc. : ce n’est pas tant l’anonymat qui permet de libérer la parole que, n’en déplaise à ceux qui parlent sans cesse de « bienpensance » et se plaignent de ne plus pouvoir rien dire, l’homophobie, le racisme, la misogynie, la transphobie et l’antisémitisme restent malheureusement assez décomplexés. De fait, l’anonymat est très souvent relatif : beaucoup de personnes sur Facebook utilisent leur nom d’état-civil, ce qui ne les empêche pas de harceler ou d’insulter. Même quand il y a usage d’un pseudonyme, l’anonymat est souvent relatif : dans certains cas, on sait très bien qui est la personne (ce qui est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de collègues, de connaissances, de membres de la famille, etc.), et même quand ce n’est pas le cas les sites ont pour la plupart moyen d’identifier la personne en cas de poursuite (adresse IP, mail, sans parler du fait que ces plate-formes insistent de plus en plus pour qu’on leur fournisse un numéro de téléphone). Si les possibilités de surfer anonymement sur Internet existent (avec Tor, par exemple), les plate-formes comme Facebook ou Twitter font tout pour décourager leur utilisation et pour avoir le maximum de données sur leurs utilisateurs. Pas par volonté de transparence ou pour limiter le harcèlement, mais bien parce qu’il s’agit de leur business model : avoir le plus d’informations sur leurs utilisateurs, quitte à les obtenir de manière douteuse.

Moi, je n’ai rien à cacher…

Ce qui est certain, en revanche, c’est que l’utilisation d’un pseudonyme est une réelle opportunité pour une partie de la population, qui n’a pas forcément envie que ses parents, ses collègues, son actuel ou futur employeur ou même ses amis ne soient au courant de tout ce qu’elle peut raconter sur Facebook, Twitter, forum ou blogs. Et ce n’est pas tant pour harceler que justement pour éviter le harcèlement, l’homophobie, etc. Un jeune homo aura sans doute plus de difficultés à parler de ses questionnements ou à trouver du soutien via Internet s’il sait que ses parents ou ses camarades de classe risquent de tomber dessus et de l’identifier. C’est encore pire pour les personnes trans, et notamment parce qu’un élément important de n’importe quel parcours de transition est bien souvent de choisir un nouveau prénom, qui au départ n’est pas reconnu par l’État. De fait, la politique du « vrai nom » imposé par Facebook a surtout permis le harcèlement de nombre de personnes trans qui n’avaient pas de documents officiels à leur prénom à montrer au gendarme Facebook. Sur la question du sexisme également, dans un certain nombre de domaines très masculins des femmes préfèrent avoir un pseudonyme neutre ou masculin pour éviter le harcèlement sexiste, la drague pénible, etc.

L’utilisation d’un pseudonyme permet également d’avoir des témoignages d’un certain nombre de professions, sans lequel ce ne serait pas possible (avocats par exemple). Sans même parler des métiers ou activités où l’utilisation d’un pseudonyme est fortement répandue : artistes, écrivains, etc. Évidemment, l'utilisation d'un pseudonyme peut aussi permettre plus facilement à des syndicalistes ou des travailleurs d'une entreprise de s'exprimer en limitant le risque d'être licencié (comme ce salarié d’Amazon licencié pour avoir soutenu les « gilets jaunes » contre l’entreprise).

La révélation de l’identité, une pratique courante du harcèlement

Ce n’est donc pas pour rien que le « doxxing » est une pratique assez fréquente des personnes qui veulent harceler ou intimider quelqu’un. Consistant à rechercher et à dévoilant des informations sur sa vie privée, telle que son nom d’état-civil, son adresse, son numéro de téléphone, etc., c’est souvent le franchissement d’une étape supplémentaire dans le niveau des violences, qui a parfois dû conduire des victimes à déménager.

La levée de toute forme d’anonymat serait donc du pain béni pour tous ces harceleurs : plus besoin de chercher, c’est le gouvernement lui-même qui rendrait accessible ces informations (ou du moins le nom d’état-civil, mais à partir de celui-ci, entre les annuaires et autres registres il est très souvent possible d’obtenir une adresse ou un numéro de téléphone) !

Lutter contre le harcèlement… ou la liberté d’expression ?

Il est bien sûr possible que les sorties malheureuses du président et d’une porte-parole de la majorité soient dues à l’ignorance et à l’incompétence, qu’il ne s’agisse finalement que de méconnaître l’utilisation d’Internet et du harcèlement.

Cependant, je ne serais pas aussi confiante : les rappels à l’ordre d’enseignants, la volonté du gouvernement d’étendre l’obligation de neutralité, les sorties récentes du même président de la république sur la « neutralité » de la presse imposée par l’État, le vote d’une loi restreignant fortement le droit de manifester, la loi sur le secret des affaires, tout cela va dans le même sens : restreindre la liberté d’expression et renforcer les pouvoirs de ceux qui veulent la museler.

Lizzie Crowdagger est une autrice qui profite lâchement de son pseudonymat pour écrire des romans avec des lesbiennes et des femmes trans qui font exploser des trucs, dont elle n'a pas forcément envie de parler face à un potentiel futur employeur.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart