L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2018

L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

Pour trois sœurs, la sororité en question

Elles sont trois. Elles sont sœurs. Elles sont attachées par une complicité singulière, étrange. Pourtant les discordances, les dissonances, la mort du père, modifient leur rapport aux autres, changent leur vie. En mêlant sa propre histoire à celle imaginée par Anton Tchekhov, Agnès Bourgeois nous invite à une réflexion sur la sororité, sur ce lien étroit qui (dés)unit les fratries.

L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au théâtre de Belleville, Agnès Bourgeois adapte dans une version très personnelle les Trois Sœurs de Tchekhov © David Schaffer

Dès que l’on entre dans la salle, une funeste impression nous assaille. Le silence se fait quasi immédiatement. Un corps allongé, mort, nous accueille. La scène s’est mue en une veillée mortuaire. Silhouette gracile, cheveux très fins remontés en chignon serré, Agnès Bourgeois tourne le dos au public. Recroquevillée, elle semble perdue dans ses pensées, dans ses souvenirs. Pris de spasmes, son corps tremblote, s’agite, se met en branle. Course frénétique, jeu de chaise musicale, elle se précipite d’un point à un autre tout en scandant trois noms, trois surnoms qui semblent unis par un même lien de parenté. L’une après l’autre, deux autres silhouettes, cintrées dans des manteaux d’hiver, vont la rejoindre, se mêler à cette ronde insolite, ce bal des fantômes dont on ne verra pas les visages.

Pris dans les tourments du passé, la comédienne – metteuse en scène, dernière d’une fratrie de trois sœurs, se rêve en Irina, la benjamine de la pièce de Tchekhov. Ce rôle, elle le veut depuis longtemps, il lui correspond, lui ressemble. Il est comme une seconde peau dans laquelle elle se glisse aisément. Étrangement, les émotions de ce personnage fantasque, inconscient, léger, répondent à ses propres aspirations, ses propres ressentis. Tout comme elle, les ombres noires, la mort du père, les distensions de point de vue avec ses sœurs vont la hanter, la faire mûrir, l’entraîner dans une mélancolie sourde jusqu’à l’appel fatidique, celui de sa sœur cadette, qui ne supporte plus de vivre.

Avec finesse, ingéniosité, Agnès Bourgeois entremêle son récit à celui des Trois Sœurs du dramaturge russe. Expurgeant la pièce de tous les autres personnages, elle se concentre sur la vie de ces trois femmes unies par le lien du sang. Railleuses, humaines, bouleversantes, elles se retrouvent pour fêter les vingt ans d’Irina autour du cadavre du père, mort il y a un an. Chacune confie aux autres ses espoirs, ses errances, ses doutes. Toutes rêvent de quitter cette morne ville de province, que seule la caserne voisine maintient en euphorie. Emportées par les coups du sort successifs, elles finissent exsangues, obligées d’abandonner la maison familiale, dernier lien avec l’enfance, leur vie d’avant. Appuyant sur le bouton arrêt sur image, Agnès Bourgeois fige un temps la litanie tchékhovienne exubérante et triste, pour se libérer de ce poids qui la hante, ce silence, ce vide qu’elle n’a pas vu venir, pas su empêcher. Ainsi, par effet de miroir, elle s’interroge sur les étonnants mécanismes qui régissent les sororités afin d’éclairer sa propre histoire.

Épurant propos et scénographie, elle limite l’espace de jeu, le borne à un carré de bâche transparente scotchée au sol. Ne s’encombrant que de peu de décor, elle fait entendre différemment le texte de Tchekhov, le laissant nous happer dans un univers exclusivement féminin où amour, tendresse, dépit et jalousie se mêlent adroitement. Portée par trois comédiennes vibrantes – touchante et hiératique Muranyi Kovacs (Olga), flamboyante et bouleversante Valérie Blanchon (Macha), fragile et poignante Agnès Bourgeois (Irina), la pièce Les trois Sœurs, débarrassée des hommes, révèle son universalité, sa douce nostalgie, sa belle humanité. À découvrir au plus vite.

Olivier Frégaville-Gratian d'Amore pour l'Œil d'Olivier. 

Pour trois sœurs d’après l’œuvre d’Anton Tchekhov et les écrits d’Agnès Bourgeois
Théâtre de Belleville
94, rue du faubourg du temple
75011 Paris
Du 7 au 18 mars 2018
Du mercredi au samedi à 19h15 et les dimanches à 15h
Durée 1h

Mise en scène Agnès Bourgeois
Avec Valérie Blanchon, Agnès Bourgeois, Muranyi Kovacs
Collaboration artistique Martine Colcomb
Lumière Sébastien Combes
Son Frédéric Minière
Administration Claire Guièze
Diffusion Valérie Teboulle

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey