L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mai 2018

L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

Au bois, allégorie noire et féroce du Petit Chaperon rouge

Des voix de femmes se mêlent dans la pénombre d’un bois. Elles crient désirs, envies, mais refusent d’être des victimes sacrificielles d’un monde machiste. En nous invitant à une relecture totale du Petit Chaperon rouge, Claudine Galea signe un conte éminemment féministe, transcendé par la mise en scène ciselée de Benoît Bradel, qui ausculte la relation mère-fille et le rapport aux hommes.

L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

au TNS puis à la Colline, Benoît Bradel nous invite Au Bois © Jean-Louis Fernandez

Imperceptiblement, la salle plonge dans le noir. D’étonnants bruits de grenouilles, des piaillements d’oiseaux parviennent à nos oreilles. Puis une voix chantante s’élève, résonnant avec cet écho si particulier des sous-bois. C’est celle d’une femme (détonnante Emmanuelle Lafon) qui présente le spectacle à venir et conte le lien fait d’amour et d’agacement qui unit une mère (surprenante Émilie Incerti Formentini) et sa fille, la petite (formidable Séphora Pondi).

Vivant dans un petit pavillon de banlieue, proche d’un parc abandonné, nos deux héroïnes se supportent l’une, l’autre. La plus jeune rêve de liberté, mais ne veut pas malgré tout délaisser l’autre, qui semble se laisser happer par un désespoir faussement joyeux. Puis, il y a la grand-mère dont il faut s’occuper, qui habite de l’autre côté du sombre bois. Pas question pour la petite de perdre une après-midi en mondanités familiales, alors que ses amies l’attendent pour zoner.

En ce dimanche après-midi, chacune de nos protagonistes va donc vaquer à son occupation, toutes deux sont toutefois attirées par ce bois, si proche, si étrange, à la voix enchanteresse, peuplé de loups (épatant et charismatique Seb Martel) et de chasseur (inquiétant Raoul Fernandez).

Si l’on reconnaît en filigrane le conte de Charles Perrault, Claudine Galea en revisite les grandes lignes. Bien sûr qu’il y est question de la place de la femme dans la société, des relations complexes entre mère et fille. Mais, de son écriture vive, curieuse, parfois singulière, elle en dépasse les fondements, refusant le statut victimaire et sacrificielle de la gent féminine. Ici, la petite est forte. C’est une guerrière qui refuse de se rendre sans combattre. À la fleur de l’âge, la mère n’est pas en reste. Envahie de désir charnel, d’envie sexuelle, bestiale, elle rêve de découvrir le loup sexy qui hante cette forêt en déperdition, remplie des détritus de la ville. Car au-delà des rapports humains rappelant que le plus méchant, le plus dangereux n’est pas toujours celui qu’on croît, à partir d’une satire de nos sociétés sexistes, l’auteure interpelle sur les enjeux environnementaux.

Avec finesse et empathie, Benoît Bradel s’empare de ce conte ténébreux et nous entraîne dans un voyage musical au cœur de sombres futaies où nos peurs sont tapies. Il délie le fil des mots pour nous plonger au plus prés de nos troublants émois. Enchaînant les tableaux saisissants, les impressions captivantes, il signe un spectacle total, engagé, qui séduit son humour salvateur et son inquiétante beauté.

Plongez dans les eaux troubles de ces bois pas si charmants que ça, laissez vous envoûter par le jeu ciselé, tonitruant de Séphora Pondi, et les coups de gratte rock de Seb Martel. Un moment de théâtre singulier qui revivifie et ébranle les jolies fables de notre enfance.

Olivier Frégaville-Gratian d'Amore pour l'Œil d'Olivier.

Au bois de Claudine Galea
TNS – Salle Gignoux
1 Avenue de la Marseillaise
67000 Strasbourg
jusqu’au 28 mars 2018
du mardi au samedi à 20h, exceptionnellement le samedi 17 mars à 16h00
Durée 1h25

Reprise au théâtre de la Colline
Petit théâtre
15, rue Malte-Brun
75020 Paris
Du 3 au 19 mai 2018
du mercredi au samedi à 20h, le mardi à 19h et le dimanche à 16h

Texte de Claudine Galea
Mise en scène de Benoît Bradel  assisté de Maëlle Dequiedt
Avec Raoul Fernandez, Émilie Incerti Formentini, Emmanuelle Lafon, Seb Martel, Séphora Pondi
Scénographie et costumes de Clédat & Petitpierre
Musique de Alexandros Markeas, Seb Martel
Création vidéo de Kristelle Paré
Création son de Thomas Fernier
Lumière de Sylvie Garot
Collaboration à la dramaturgie : Pauline Thimonnier
Régie générale :Mathilde Chamoux
Régie plateau & assistanat régie générale : Marie Bonnemaison
Réalisation costumes : Anne Tesson
Travail vocal : Dalila Khatir
Travail corporel : Akiko Hasegawa
Avec la participation filmée de François Chattot, Vincent Dissez, Norah Krief, Dalila Khatir, Annie Mercier, Thalia Otmanetelba
creation au TNS
Production du TNS

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez