L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2016

L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

Célimène et le Cardinal de Rampal ... Face à face amoureux, électrique, passionné

Rarement suite n’a été aussi réussie que celle du Misanthrope. Avec verve et ingéniosité, Jacques Rampal, digne héritier de Molière, fait revivre la langue des Précieuses Ridicules Avec fougue et malignité Célimène et Alceste s’aiment et s’affrontent à coup d’intelligentes et caustiques joutes verbales.

L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu’il est doux de retrouver sur scène des personnages du patrimoine littéraire et de les voir évoluer sous une plume digne de leur créateur. Ecrit en alexandrins dans la belle langue de Molière, Célimène et le Cardinal ne craint pas la comparaison avec son illustre pièce inspiratrice, Le Misanthrope. Les phrases sont riches. Le verbe est beau. Le parler précieux. La poésie chante délicatement aux oreilles et enchante. Bien qu’écrite en 1992, cette pièce a tout du théâtre classique : unité de temps, de lieu et une intrigue parfaitement huilée.

Vingt années se sont écoulées depuis que la belle et piquante Célimène a refusé le main du l’atrabilaire et misanthrope Alceste. Elle, la noble courtisane, fille de duc, s’est rangée de la galanterie, retirée de la cour, et a épousé un bourgeois, un roturier dont elle est tombée amoureuse. Lui, voulait fuir le monde, il est devenu un élégant prélat, un cardinal très en vue à la Cour, ce lieu de perdition qu’il fuyait jadis. Auréolé de la pourpre cardinalice, il rend visite à ses connaissances d’antan, ceux précisément dont il critiquait la méprisable et futile existence. Dans ce pèlerinage amical, sa visite à la belle Célimène est sous haute tension. Y-a-t-il encore de l’amour entre eux ? Alceste retrouvera-t-il dans cette femme de quarante ans le charme de la jeune fille qui l’avait tant ému ? Célimène, malgré son refus d’alors de convoler en juste noces, est-elle toujours entiché de ce ténébreux sir ?

Exquise, pétillante et précieuse, Célimène – interprétée magnifiquement par la délicieuse Gaëlle Billault-Danno – semble inquiète. La visite d’Alceste, son ancien amoureux, la met dans tous ses états. Orgueilleux, conquérant, celui qui fut le Misanthrope – charismatique et plaisant Pierre Azèma – semble définitivement réconcilié avec le genre humain. Triomphant et sûr de son charme, il entre dans la danse avec aplomb. Toutefois, il espère en secret toujours plaire à sa belle.

Confrontés l’un à l’autre, nos deux protagonistes, encore  éperdument amoureux, ont bien du mal à se parler. La carte du tendre semble ne pas être faite pour ces deux êtres. De ce face à face naissent des dialogues intenses, pleins de fougue et d’élégance. La douce Célimène n’a rien perdu de son piquant. Quand l’énigmatique homme d’église l’attaque, elle sort les crocs avec délice. Telle une louve, elle défend son honneur, son sexe, sa famille et sa tranquillité. Faute de pouvoir la saisir, Alceste devient violent et se cache derrière la religion pour acculer celle qu’il aime sans parvenir à la blesser tout à fait retenue par la passion qui l’obsède depuis plus de 20 ans. L’âge n’a rien assouvi de leur caractère.

Abordant de nombreux thèmes (la religion, le Roi, la condition féminine…), nos deux personnages se défient et opposent en permanence vice et vertu. La légèreté des premiers échanges fait place à une dureté froide, sourde et aveugle. Derrière les traits d’esprits, leurs âmes d’acier s’aiguisent et s’échauffent. Le clash est imminent. La salle retient son souffle. La femme serait-elle l’égale de l’homme, une réalité incongrue au 17ème siècle. En jouant avec les mots, Jacques Rampal, à l’instar de son imminent aîné, signe une critique virulente du siècle qui préfigure les Lumières, où la philosophie combat l’obscurantisme véhiculé par l’Eglise. Si l’époque est différente et si les problématiques ont évolué, il n’en reste pas moins que le texte résonne avec pertinence dans notre époque. Célimène n’est-elle-pas une féministe dans l’âme, une révolutionnaire éprise de liberté,  de démocratie et d’égalité ?
Emaillée de clins d’œil aux textes de Molière, la pièce fait la part belle à la langue, aux bouts rimés et aux tournures élégantes. Drôle, cocasse et impertinent, ce spectacle séduit tant par sa fraîcheur que par l’intelligence de sa mise en scène… Un merveilleux moment, en somme !…

Olivier Frégaville-Gratian d'Amore, éditeur de l'Œil d' Olivier.

Célimène et le cardinal de Jacques Rampal
Comédie Bastille
5, Rue Nicolas Appert
75011 Paris
30 représentations exceptionnelles du mardi au samedi à 19h30 jusqu'à la fin juin 
puis Au théâtre Le Buffon à 18h15 pendant le festival d'Avignon. 

Auteur : Jacques Rampal
Artistes : Gaëlle Billault-Danno, Pierre Azéma
Metteur en scène :Pascal Faber

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85