L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juin 2018

Voyage au cœur de la Transidentité

Le genre et toutes les interrogations qu’il suscite dans nos sociétés toujours aussi frileuses quand il s’agit de tolérance, de différence sont au cœur du 72e festival d’Avignon. Animant l’un des épisodes du feuilleton estival conçu par David Bobée, François Stemmer nous a invité à rencontrer les trois jeunes trans à l’origine de son prochain spectacle. Création prévue en octobre 2019.

L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mat, Elias et Charly se raconte dans Je est un.e autre © François Stemmer

Sept heures du matin. Le jour se lève à peine. Dans 45 minutes, le train pour Roubaix sera sur le départ. Rapidement s’habiller, foncer, entrer dans la bonne voiture et se laisser porter. Après un transit par Lille, la destination approche. Le temps est étrange, froid et gris. Ce n’est pas tant la ville où le centre chorégraphique des Ballets du Nord, où nous avons rendez-vous, qui sont importants, mais bien Charly, Mat et Elias, les trois jeunes adultes qu’on est venu rencontrer. Devant la gare, François Stemmer est venu nous chercher. Il nous guide à travers les rues de la cité qui connue son heure de gloire lors de la Révolution industrielle avant de péricliter le siècle suivant. Enfin, nous voilà arriver au Colysée, salle de spectacle aux faux airs de cinéma américain, qui accueille en ses murs, le Centre chorégraphique national Roubaix – Nord-Pas-de-Calais.

Une rencontre

Pour quelques jours, c’est en ce lieu que le chorégraphe-scénographe de l’adolescence, passionné de Rimbaud, a posé ses valises afin de jeter les bases de son prochain spectacle Je est un.e autre. C’est Olivier Dubois, l’ancien directeur du Ballet du Nord qui lui a proposé une résidence de travail. « Le projet de cette pièce m’est venu, raconte-t-il, après avoir fait passer en avril 2017 des auditions à Nice pour une autre de mes créations qui était spécifiquement destinée à être jouée dans les musées, Un ado, une œuvre. J’y ai rencontré Charly, qui s’est tout de suite présenté comme trans. En l’écoutant parler de sa vie, de ce qu’il était, j’ai été séduit et j’ai eu l’envie de le raconter, de parler de son histoire, de son vécu. Ne voulant pas d’un monologue ou d’un seul-en scène, j’ai commencé à chercher d’autres jeunes ayant les mêmes questionnements sur leur identité sexuelle. Rapidement, j’ai fait la connaissance d’Elias, dont je connaissais la sœur avec qui j’avais déjà travaillé. Enfin, Charly m’a présenté sa copine Mat. L’aventure pouvait commencer. »

François Stemmer © Marie-Françoise Stemmer

Travail au plateau

Le temps de s’installer dans l’espace de répétition, trois silhouettes androgynes apparaissent. Habillés de noir, cheveux coupés courts, vêtements amples pour les uns, comme pour cacher ce corps qui n’est pas le leur, plus serrés pour l’autre, afin de souligner les courbes féminines qui commencent à se dessiner, ils avancent timides, se préparent. C’est l’heure, le moment de rentrer dans le vif du sujet. En plein processus créatif, François Stemmer propose aux trois jeunes adultes des petits exercices afin de voir comment ils évoluent sur une scène, comment ils s’expriment face à un public. Tout d’abord, ils s’alignent et avancent les uns derrière les autres. Le premier rythme le pas, esquisse un trajet au sol fait de courbes, d’arabesques, de lignes droites. Les regards sont baissés. Puis, lentement les têtes se relèvent pour faire face à la scène. Ils ont pris leurs marques. Ils vont pouvoir maintenant, l’un après l’autre, se réapproprier l’espace. Pieds ancrés dans le sol, la démarche est volontairement lourde. « Je souhaite raconter des parcours de vie, explique François Stemmer, mon objectif n’est pas de faire une pièce sur la transidentité. Cela ne m’intéresse pas. Je veux conter l’histoire de trois êtres humains, trois transgenres. Alors évidemment, on va retrouver dans leur récit des similarités, des émotions communes à tous, mais surtout, on va aller à la rencontre de leur personnalité, de leur particularité. On va suivre leur chemin, on va découvrir leur regard sur le monde, sur leur propre vie. » Afin de nous permettre de dépasser les apparences, d’aller en deçà de la superficialité d’une physionomie, d’un corps, d’un sexe qui n’est pas celui voulu, rêvé, pensé, le chorégraphe propose à chacun d’entre eux de présenter l’un des deux autres.

Elias © François Stemmer

Des mots à peine prononcés, des identités affirmées

C’est Elias, 19 ans, qui se lance. Il raconte Charly, qui a le même âge. Il parle de ses goûts vestimentaires, de ses cheveux bleus, de sa passion pour le Japon, les mangas, le dessin. Les mots sont pudiques, jamais n’abordent le cœur de la personnalité du jeune homme en transition. Le sujet reste effleuré. Ces deux-là sont liés par une complicité théâtrale. Ils vont participer cet été au feuilleton du Festival d’Avignon, imaginé par Olivier Py et organisé par David Bobée, Mesdames, Messieurs et le reste du monde, qui va questionner tous les jours, « mettre à plat les contresens, les tabous et les idées reçues sur un concept désormais utile pour repenser le droit à la non-discrimination, à la non-assignation, celui du genre. » C’est après que François Stemmer lui ait envoyé un dossier de Je est un.e autre, que le directeur du CDN de Normandie-Rouen a eu l’envie de soutenir le projet et de les faire participer à cette aventure unique. « C’était un moyen pour David, raconte le scénographe, d’aborder la transidentité par le prisme de la jeunesse. La décision a été rapide. Pour des raisons de budgets, seuls Charly et Elias seront présents au jardin Ceccano. Ils répondront aux questions d’une classe de quatrième. S’il n’y a pas de tabou, pas de censure, nous avons souhaité avec David, encadrer la rencontre pour éviter tout débordement. Les textes seront préalablement réécrits par Ronan Chéneau. » Puis c’est au tour de Mat de prendre la parole pour décrire Elias. La voix est posée, ferme. Rien n’est éludé. Tout est dit cliniquement sans fioriture. Alors qu’il apprend son métier de menuisier chez les compagnons de France, le jeune homme est sous hormonothérapie. Bien que des problèmes de santé aient retardé un temps, le processus, la volonté d’accorder son corps à sa pensée est toujours aussi vitale, nécessaire. Enfin, Charly parle de sa compagne Mat, qui vient d’avoir 22 ans. Tous deux vivent ensemble à Toulouse et étudie la culture japonaise avec l’envie d’y aller, de s’y installer un jour. Il s’attarde sur la blancheur de son corps, sur les tatouages qui viennent inscrire dans sa chair les moments importants de sa vie. Cela fait un an que la transition a commencé, mais derrière les non-dits, on sent les fragilités de cette compagne, que les mots enveloppent avec tendresse et bienveillance.

Mat © François Stemmer

La noirceur derrière de la lumière

Derrière leur calme, leur sourire esquivé, on devine une fragilité, une souffrance. Leur choix de changer de sexe est clairement assumé, mais le regard des autres, leurs phrases maladroites, que ce soit d’inconnus dans la rue ou de membres du corps médical, sont comme des brûlures. C’est chez Mat que l’on sent le vécu le plus sombre, que la sérénité apparente est un volcan au bord de l’explosion que seule la présence de Charly apaise. « Je ne m’attendais pas à cela, raconte très touché François Stemmer. Sur les cinq jours que nous avons passé à Roubaix, très vite, c’est le côté noir de ce qu’ils sont en train de vivre qui est ressorti. Je me suis rendu compte de la violence qu’ils subissent et que le processus dans lequel ils se sont engagés n’est absolument pas évident. Du coup avec le temps de création, je veux aussi montrer que ce sont aussi au-delà des souffrances, des gamins qui jouent, sourient et s’amusent. C’est pour cela que je prends mon temps sur ce projet, car je cherche à puiser en eux cette joie de vivre, qui les motive, qui leur donne la force d’aller toujours de l’avant. L’objectif est d’assembler en un même texte, un même spectacle ces deux aspects très différents de leur personnalité. » Tout ne pouvant pas être dit, le chorégraphe a décidé de faire appel à un danseur, Yohan Baran, pour exprimer tout ce qui est de l’ordre de l’intime. Ce qui est particulièrement remarquable, c’est la douceur avec laquelle François Stemmer enveloppe ces trois jeunes adultes. Ferme toutefois, il les amène imperceptiblement vers les émotions, les ressentis qu’il souhaite évoqués. « J’essaie de développer avec eux des images chargées de symbole, explique-t-il. Quand, je les fais traverser le plateau dans une ambiance sonore rappelant les autoroutes surchargées de circulation, cela raconte la difficulté d’avancer dans une société qui les prend à rebours, qui les freine, qui les exclut car ils sont différents. Cela évoque aussi le suicide, notamment quand ils s’effondrent. Puis cela relate leur parcours semé d’embûches, leur capacité malgré tout à aller de l’avant, à aller jusqu’au bout de leur transition sain et sauf. »

La danse comme exutoire

Chaque étape de cette matinée préparatoire à laquelle le chorégraphe nous a conviés permet non seulement d’en savoir plus sur le projet Je est un.e autre, mais aussi est un moyen de découvrir qui sont ces trois jeunes trans, quels sont leurs goûts. C’est sur une musique de leur choix, de leur playslist, qu’il leur propose d’exécuter quelques pas de danse de leur cru. Charly, rejoint par Mat, a bien évidemment opté pour de la pop japonaise, une chanson qui parle de l’acceptation de soi, de sa différence. Les gestes sont hésitants. Le temps de se chauffer, de se libérer du poids de nos regards. Puis, les mouvements, certes saccadés, se calent sur le rythme, épousent la mélodie. Mat est plus en retenue. Le lâcher-prise est plus complexe. Elias préfère un morceau plus rock, plus hard. Très vite, il se laisse emporter par la cadence des beats et mime un combat de boxe. Il semble s’affranchir du monde pour laisser paraître son moi intérieur, un petit homme fonceur, bagarreur.

Charly © François Stemmer

Rimbaud comme point de départ

Le temps qui nous était imparti touche à sa fin. Le train nous ramenant vers nos petites vies va bientôt partir. Pourtant, quelque chose à changer, une prise de conscience, une perception différente du monde qui nous entoure, une rencontre de l’ordre de l’extraordinaire. Mais avant de nous quitter, Charly, Mat et Elias ont accepté de se livrer encore un plus lors d’une discussion à bâtons rompus. Si Charly aime dessiner des mangas – François Stemmer d’ailleurs aimerait pouvoir en projeter tout le long du spectacle – , Mat s’épanche par les mots. Tout comme son corps qui lui sert à exprimer ses émotions, à raconter son histoire, il écrit sur son téléphone des poèmes. Sans trop se faire prier, il accepte de lire celui qu’il a composé la veille. On y perçoit une infinie souffrance. « D’ailleurs, souligne le chorégraphe, ce n’est pas un hasard, si le spectacle s’articule autour de la lettre du voyant d’Arthur Rimbaud, qui raconte comment il a dû se battre, souffrir en son âme, se faire violence pour faire avancer la poésie. Il y a un vrai parallèle entre ce trajet littéraire et ceux vécus par Charly, Elias et Mat pour modifier la perception des autres et faire évoluer la société vers plus de tolérance. »

Reportage et propos recueillis par Olivier Frégaville-Gratian d’Amore pour l'Œil d'Olivier.

Mesdames, messieurs et le reste du monde
Festival d’Avignon
Jardin Ceccano
 le 20 juillet 2018 à 12h

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils