L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2018

Nénesse ou un épisode de Strip-tease sur les planches

Les mots crus, crasseux, frappent, heurtent et s’entremêlent dans une diatribe poisseuse qui engloutit tout. Faussement trash et choquant, le texte d’Aziz Chouaki se perd dans une fange nauséabonde sans jamais trouver de second degré salvateur. Empêtré dans un misérabilisme sans issu, que souligne outrageusement la mise en scène de Jean-Louis Martinelli, Olivier Marchal rayonne en bête immonde.

L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au théâtre Déjazet, Aziz Chouaki et Jean-Louis Martinelli nous invite au coeur de la France identitaire dans un Nénesse dérangeant © Pascal Victor

Dans un appartement vétuste, miteux, où les meubles sont usés, les portes des placards ne tiennent qu’à un fil, un couple, Nénesse (impressionnant Olivier Marchal) et Gina (touchante Christine Citti) survivent. Si leur amour a pris du plomb dans l’aile, une tendresse sourde mais palpable unie ces deux abîmés de la vie. Après deux AVC, le premier semble totalement désabusé, aigri. La seconde s’épuise dans un travail de technicienne de surface pour rapporter de quoi faire bouillir la maigre marmite.

À deux doigts d’être expulsés par un propriétaire de moins en moins patient concernant les impayés du loyer, nos deux hères logent dans un réduit deux sans-papiers, le russe Aurélien (noble Geoffroy Thiébaut) et le serbe musulman Goran (pittoresque Hammou Graïa). Au fil des discussions, la situation s’envenime, se cristallise révélant le plus abject de chacun.

Sous couvert d’une plongée au cœur de cette France, identitaire, victimaire, rance et poisseuse, Aziz Chouaki signe un texte crasse au langage argotique dépassé. Confondant provocation et vulgarité, il compile les poncifs racistes, homophobes, sexistes et antisémites sans jamais trouver le ton juste pour que sous la caque putride une once de second degré, d’humanité nous sauve d’un écœurement nauséeux qui prend à la gorge dès les premiers mots pour s’intensifier sans jamais nous quitter. Si l’on comprend bien ce que l’auteur tente de faire – montrer sa vision d’un monde en perdition, celui des petits gens, des exclus, des fameux « sans dent » comme semblait les appeler l’ancien locataire de l’Elysée, et tenter d’en expliquer les mécanismes de pensées à l’once des informations rabâchées par les média – , malheureusement, il achoppe laborieusement. Et la mise en scène sans nuance de Jean-Louis Martinelli, qui donne à cette fausse comédie des allures de tragédie, ne fait que précipiter cette « farce soit disant politique » dans la fange et la caricature.

Aux blagues lourdes, quelques rares rires répondent. Rapidement, un malaise dérangeant, oppressant, s’empare d’une grande partie de la salle. Il colle à la peau, s’agrippe et envahit nos esprits asséchant tout espoir de voir un but, un espoir à cette grossière comédie. Pourtant, au cœur de cette turpitude malsaine, le talent viscéral, vibrant des comédiens se fait entendre avec une fureur inouïe, presque bouleversante. Face à une Christine Citti émouvante, Olivier Marchal transcende son personnage de « beauf » immonde, de petit Français à la vue basse, étroite. Un diamant brut dans un océan d’ordures.

Olivier Frégaville-Gratian d'Amore pour l'Œil d'Olivier. 

Nénesse d’Aziz Chouaki
Théâtre Déjazet
41 Boulevard du Temple
75003 Paris
jusqu’au 3 mars 2018
du mardi au samedi 20h30 & séances supplémentaires le samedi 16 h
durée 1h30

mise en scène de Jean-Louis Martinelli
avec Christine Citti, Olivier Marchal, Hammou Graïa & Geoffroy Thiébaut

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé