Cristiana Morganti enflamme littéralement le théâtre des Abbesses dans un Jessica and me des plus piquants © Claudia Kempf Cristiana Morganti enflamme littéralement le théâtre des Abbesses dans un Jessica and me des plus piquants © Claudia Kempf
Dans une immense boîte noire, partagée entre ombre et lumière, une silhouette apparaît, silencieuse. Dos au public, elle exécute quelques pas, tombe, tourne et se relève. Hésitante à se montrer sous les feux des projecteurs, pas encore prête à quitter le cocon familier du Tanztheater Wuppertal et la figure tutélaire de Pina bausch, elle laisse s’échapper ses pensées grâce à une voix off qui résonne dans l’espace vide.

Seule sur scène, face à son double chimérique, un magnétophone répondant au doux nom de Jessica, en souvenir de l’amie imaginaire de son enfance, Cristiana Morganti, la cinquantaine radieuse, se raconte, se livre avec humour et facétie. Elle évoque son enfance, ses seins trop imposants pour une danseuse classique, qu’on lui oblige à contraindre par un soutient gorge aplatissant, son corps vieillissant où les douleurs s’installent, la rencontre avec Pina, ses vingt années sous la férule exigeante, bienveillante de la grande chorégraphe. Dans un autoportrait plein d’autodérision, elle n’oublie pas à tordre le cou aux fausses rumeurs, aux médisances.

Sans fausse pudeur, sans restriction, la sculpturale italienne nous plonge dans son processus créatif, fait de contraintes, de doutes, d’anecdotes et de souvenirs. Puisant dans sa prolixe mémoire, laissant libre court à son imagination, elle se libère et vole de ses propres ailes. Evidemment dans ses gestes, ses mouvements, on retrouve la touche burlesque de son mentor. Loin de se laisser happer par cette dernière, elle la transcende, la réinvente pour créer son propre univers touchant, drôle et pittoresque.

Féminine jusqu’au bout des ongles, acceptant son corps tel qu’il est, cette femme flamme brille de mille feux, charme et ensorcelle son auditoire subjugué, hilare. Danseuse sans contexte, Cristiana Morganti dévoile bien d’autres talents une heure durant. Conteuse facétieuse, comédienne clownesque, elle quitte l’ombre de Pina Bausch et se révèle, en pleine lumière, être une chorégraphe pétillante, fascinante. Éblouissant !

Olivier Frégaville-Gratian d'Amore pour l'Œil d'Olivier.

Jessica and me de Cristiana Morganti. Théâtre des Abbesses - Théâtre de la Ville. jusqu'au 24 mai 2017. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.