L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

304 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 sept. 2016

Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat… La Révolution en « live »

Le climat est électrique. L’ambiance survoltée. Sur scène, comme dans la salle, les invectives fusent et prennent à partie le public, témoin consentant d’une révolution en marche que rien n’arrête. Est-on en 1789 ? Assiste-t-on à la fin de la monarchie ? Ou la tragédie qui se joue devant nos yeux n’est-elle pas une mise en perspective des dérives actuelles de la démocratie française ?

L'Œil d'Olivier
journaliste chroniqueur culture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aux amandiers, La révolution rêvée par Joël Pommerat est marche © © Elizabeth Carecchio

 Rien ne va plus. La France est au bord de la banqueroute. Seule solution : engager au plus vite des réformes fiscales qui mettraient tous les citoyens, qu’ils soient nobles, ecclésiastiques ou qu’ils appartiennent au Tiers-état, sur un pied d’égalité. C’est le pari insensé du Roi Louis XVI (flegmatique et captivant Yvain Juillard) et de son Premier ministre (fascinant et charismatique Yannick Choirat). Dans un dernier acte désespéré avant l’inéluctable convocation des Etats généraux, les deux hommes tentent, dans un discours lucide et saisissant, de convertir les chefs de file de l’aristocratie et de l’Eglise. Peine perdue, œillères rivées sur leurs visages, pleins de morgue, incapables de voir au-delà de leurs privilèges, de leurs droits inaliénables de naissance, ces hommes et ces femmes hors du temps, hors du monde, préfèrent croire que la ruine de l’Etat est un mensonge éhonté, et refusent de voir la sombre réalité.

 Comment ne pas voir dans ce débat stérile, dans cette France déchirée, ruinée, un parallèle singulier avec la crise démocratique que traverse actuellement notre pays ? Avec ingéniosité et intelligence, Joël Pommerat nous invite à vivre de l’intérieur la Révolution française, et à assister à la naissance chaotique et douloureuse d’une démocratie moderne. Evitant les raccourcis, gommant les grands noms de l’histoire, exceptés ceux de la famille royale, se référant à des textes originaux et respectant la chronologie des événements, le dramaturge signe une fresque intime et vibrante qui entraîne le spectateur au cœur des débats parlementaires interminables et violents, des conversations feutrées dans les salons royaux, et au plus près des interrogations d’un peuple excédé, furieux, enragé et incompris. Il réussit le prodige de nous prendre à témoin, de nous transformer en acteur de ce moment dramatique, historique, où la France monarchique a sombré pour laisser place à une République balbutiante. Construit comme un thriller politique captivant, Ça ira (1) Fin de Louis nous tient en haleine durant 4h30 sans jamais nous laisser sur le côté.

 Pédagogique, immersif, le spectacle de Pommerat est une plongée dans les arcanes du pouvoir. Il nous guide pas à pas sur le chemin tortueux où naissent et grandissent les pensées politiques. Il montre avec quelle facilité un élu, happé par ce monstre vorace qu’est la démocratie, finit fatalement et inconsciemment par oublier ses promesses et ses convictions, s’éloigner des préoccupations de ses administrés, tout en étant persuadé d’agir dans l’intérêt du peuple. La leçon est magistrale, percutante.

Si la matière première de Joël Pommerat est historique, il s’en inspire pour mettre en lumière des thèmes fondateurs et brûlants d’actualité. Théorisant sur l’égalité des êtres, la justice pour tous, la liberté de chacun et le rôle de l’Etat, il brouille la frontière entre passé et présent. Ici, pas de Robespierre, pas Danton, pas de Valls, pas de Morano – pourtant la ressemblance avec une des parlementaires est troublante, tant dans le verbe que dans le physique -, mais des hommes et des femmes se battant pour protéger leurs prérogatives et leurs privilèges, ou pour établir les bases d’un autre monde qu’ils rêvent meilleur. Ainsi, vit-on en direct la Révolution de 1789 ou un débat de la Chambre des députés, diffusé sur la chaîne parlementaire ? Le doute, savamment dosé, est permis.

Grâce à l’impressionnant talent de sa troupe de comédiens, le dramaturge investit l’espace de la scène à la salle et donne à son texte un éclat, une force fascinante. Pris entre les feux agressifs, féroces et âpres des joutes verbales, entre les différents représentants du peuple, le public ne peut que réagir et s’interroger sur l’état de notre société. Ainsi, peut-on continuer à engraisser des politiques qui n’écoutent plus le peuple depuis longtemps, qui le méprisent ? Peut-on cautionner, légitimer, bains de sang et violence, aveuglement ? Doit-on, en premier lieu, gérer les problèmes les plus urgents, les plus temporels, ou s’attacher à fonder une société juste, un état de droit ? A chacun de se faire son propre avis avec les clés données par Joël Pommerat.

 Dans un écrin noir et gris, sublime, et d’une simplicité renversante, imaginé par Eric Soyer, le metteur en scène retrace magistralement l’histoire de France. Laissant en coulisses les événements les plus sanglants, les mouvements de foule furieux et barbares tels la prise de la Bastille, il se glisse sans fioritures, avec un sens acéré du détail, dans l’intimité violée du couple royal, dont le fils aîné vient de mourir, dans l’effervescence chaotique des comités de quartiers, et dans la férocité des débats parlementaires. Menant tambour-battant le spectateur de la convocation des Etats-généraux à la fuite à Varennes, Pommerat fascine et envoûte par sa capacité à rendre vivant un temps révolu, par son ingéniosité à parler des gens, à raconter le monde d’aujourd’hui. Embarqué par une dizaine de comédiens engagés et passionnés - Anne Rotger, décalée et caustique Marie-Antoinette ; Agnès Berthon, épatante représentante de la noblesse et inquiétante Elisabeth, sœur du Roi ;  Anthony Moreau, trouble député du Tiers-Etat et fanatique membre de la noblesse ; etc... – qui changent de rôle et de peau en un claquement de doigts, le public, « scotché », se lève comme un seul homme et offre à la Compagnie Louis Brouillard le plus beau des triomphes et la plus éclatante des ovations… Quittant la salle à regret, il attend fébrilement la suite de ce formidable  triptyque.

En réunissant passé et présent, en jouant sur l’étrange et inquiétant parallèle qui soude ces deux périodes troubles de notre histoire, Joël Pommerat signe une fresque fascinante et captivante sur les dérives du pouvoir et des politiques… Brillant !

Olivier Frégaville-Gratian d'Amore de l'Œil d'Olivier.

Une création théâtrale de Joël Pommerat. théâtre des Amandiers-Nanterre. Jusqu'au 25 septembre 2016. du mardi au vendredi à 19h30, samedi à 18h, dimanche à 15h30. relâche le 20 septembre. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin