Sujets, le ballet naturiste et naturaliste de Sylvain Huc

Habillés de lumières, évoluant au gré de vrombissements entêtants, cinq corps nus s’offrent dans leur crudité, leur entièreté et invitent à une étude anthropologique, ethnologique de leurs comportements, de leur dialogue sourd fait de mouvements brusques, de caresses, de gestes ordinaires. Explorant la nudité sans fard, ni charge sexuelle, Sylvain Huc livre un spectacle délicat, hypnotique.

Au Festival Montpellier Danse, Sylvain Huc offre la nudité de ses danseurs au regard d’un public anthropologue © Loran Chourrau Au Festival Montpellier Danse, Sylvain Huc offre la nudité de ses danseurs au regard d’un public anthropologue © Loran Chourrau
Derrière un voilage de gaze noire, cinq corps nus se dessinent. Statiques, ils sont assis par terre. Tous ont le regard perdu, dans le vide. Alors que le rideau se lève, leurs visages s’animent et grimacent, leurs mains, leurs bras, leurs jambes, puis leurs carcasses se meuvent imperceptiblement. D’étranges bruits sortent de leurs bouches venant se fondre dans les sons vibrants, bourdonnants et synthétiques imaginés par le compositeur italien Alessandro Cortini. S’accordant avec la montée en puissance de cette musique de plus en plus grisante, enivrante, leurs gestes deviennent robotiques, frénétiques, saccadés.

S’interrogeant sur la nudité, Sylvain Huc joue les éthologistes et invite les spectateurs à appréhender le corps humain, non comme un objet de désir, mais bien comme un sujet d’étude anthropologique. Débarrassé de toute charge érotique et sensuelle, l’enveloppe de chair et de sang livre ses secrets anatomiques. Composée comme un triptyque, la nouvelle création du chorégraphe toulousain s’intéresse tout particulièrement à l’évolution, au sens biologique du terme, de l’être hominidé.

 

Mouvements simiesques, bestiaux, hypnotiques, comportements grégaires ou individualistes, gestes étudiés à la lumière stroboscopique pour mieux en découper le tracé, le corps en liberté se livre dans son plus simple appareil sous toutes les rondeurs, toutes les postures, dans toutes ses diversités. L’approche naturaliste et naturiste de Sylvain Huc permet de dépasser toute considération sexuelle pour mieux chercher la quintessence de notre espèce, sa sublime multiplicité, sa singulière beauté.

Les lumières du talentueux Fabrice Plaquette, jouant sur les nuances de couleurs et sur les clairs-obscurs, viennent souligner l’extraordinaire plastique de la machine humaine et donnent à l’ensemble une touche onirique, terriblement troublante.

Si notre regard est attiré par les muscles saillants et luisants du jeune et impressionnant Constant Dourville, par l’étonnante souplesse de l’envoûtante Julianna Béjaud, la virtuosité de Mathilde Olivares, l’imposante stature de David Malan et la gracilité de Gauthier Autant saisissent et interpellent tout autant. Fasciné, captivé par ce ballet des corps, le public se laisse emporter par Sujets, un spectacle obsédant signé Sylvain Huc.

Par Olivier Fregaville-Gratian d’Amore pour l'Œil d' Olivier

Sujets de Sylvain Huc
Festival de Montpellier danse 2018
Théâtre de la Vignette
Avenue du Val de Montferrand
34199 Montpellier
les 23 & 24 juin 2018
Durée 1h00

Chorégraphie de Sylvain Huc assisté de Mathilde Olivares et Fabrice Planquette
Avec Gauthier Autant, Juliana Béjaud, Constant Dourville, David Malan, Mathilde Olivares
Lumière et régie son : Fabrice Planquette
Musique : Alessandro Cortini

Production : Association Faits & Gestes
Coproduction : Montpellier Danse 2018, l’Usine Centre national des arts de la rue et de l’espace public (Tournefeuille / Toulouse Métropole), La Place de la Danse / CDCN Toulouse – Occitanie, les Hivernales – CDCN d’Avignon, le Gymnase / CDCN Roubaix – Hauts de France, la Sala Hiroshima à Barcelone, de l’Institut Français Barcelone et de la SPEDIDAM.

La Cie Divergences est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Occitanie et par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, soutenue par le Département du Lot et la Communauté de Communes Cazals-Salviac.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.