Disparition de Leonard Cohen : la mort des poètes a des allures de malheur

Lenoard Cohen, immense poète, est mort. Les mots d'Édouard Glissant sur la mort des poètes, en 2010. Il chantait en 1993 "Democracy is coming to the USA". L'œuvre de Cohen est immortelle.

« La mort des poètes a des allures que des malheurs beaucoup plus accablants ou terrifiants ne revêtent pourtant pas. C’est parce que nous savons qu’un grand poète, là parmi nous, entre déjà dans une solitude que nous ne pouvons pas vaincre. Et au moment même où il s’en est allé, nous savons que même si nous le suivions à l’instant dans les ombres infinies, à jamais nous ne pourrions plus le voir, ni le toucher. »

                          Édouard Glissant, Philosophie de la Relation, 2010.

leonardcohen

  

Leonard Cohen - The partisan (Live on french TV 1969) © Sheen Gekoo

 

© Taylor Williams

© Beta Hi-Fi Archive

© fritz5176

© John Zook

© Frank Lyalone

© rberezin1

En une spéciale pensée pour le 9 novembre 2016, élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, les mots cinglants et comme prémonitoires de Leonard Cohen en 1993 dans son poème Democracy :

© YalaBeniYalaYar

© MrQaaf

© WtW280313

© cistailuzija

© messalina79

© carybhou

© messalina79

© ALB123Videos

© Beta Hi-Fi Archive

© Lumea lui Gaita

© LeonardCohenVEVO

© LeonardCohenVEVO

© LeonardCohenVEVO

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.