LOKKO
Webmagazine culture et innovation
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 sept. 2022

LOKKO
Webmagazine culture et innovation
Abonné·e de Mediapart

Abdelaziz Baraka Sakin, un héros de la littérature arabe réfugié à Montpellier

Ses livres ont été brûlés au Soudan. Abdelaziz Baraka Sakin vit à Montpellier sous le statut de réfugié politique. Il a reçu une bourse d’écriture du Centre National du livre pour la rédaction d’un roman dont l’intrigue se situe au Pic Saint-Loup dans l'arrière-pays héraultais. Il est au festival Arabesques, ce samedi 17 septembre pour un livre à paraître : La Princesse de Zanzibar (Zulma).

LOKKO
Webmagazine culture et innovation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

“Nous sommes les Jangos”

Abdelaziz Baraka Sakin est l’écrivain soudanais le plus lu dans son pays et dans le monde. Écrivant en arabe, il est considéré partout dans la sphère linguistique arabophone, du Maghreb au Machrek. La diaspora soudanaise reconnait dans cet écrivain à la plume libre et joyeuse un véritable maître à penser. A Khartoum en juin dernier, de jeunes manifestants en marche vers le parlement pour réclamer le départ des militaires qui font encore partie du gouvernement soudanais brandissent une banderole sur laquelle on peut lire : “Nous sommes les Jangos”, du nom de ces ouvriers agricoles, héros de son célèbre roman “Les Jangos”, qui lui a valu de recevoir le Prix de la littérature arabe, décerné par l’Institut du Monde arabe à Paris.

Traduit dans de nombreuses langues africaines -en tigrinyan, amharique, swahili- européennes -en anglais, allemand, espagnol, français et bientôt italien- et aussi en turc et en hébreu, ses romans ont été interdits au Soudan jusqu’en 2019, l’année de la révolution soudanaise qui a permis le départ du dictateur Omar el Bachir. Mais les romans d’Abdelaziz, circulant sous le manteau, photocopiés ou mal imprimés, ont toujours été lus, souvent même par ceux qui souhaitaient les voir censurés.

Un autodafé avec l’accord du Ministère de la culture

En 2009, lors d’un interrogatoire dans les sous-sols du salon du livre de Khartoum, le régime dictatorial soudanais a ordonné à Baraka d’arrêter d’écrire. Il venait de recevoir pour son roman les Jango, le prix Tayeb Saleh, pourtant le plus prestigieux du pays. Mais les livres tout juste arrivés d’Égypte où ils avaient été publiés, ont été brulés avec l’accord du ministère de la culture, dénoncés par le groupe de censeurs officiels comme « contraire à l’esprit soudanais ».

Après cet autodafé, les menaces n’ont cessé de se multiplier et Baraka Sakin, à l’occasion d’une invitation en Autriche, a pu s’installer en Europe et obtenir le statut de réfugié politique. Depuis, les invitations et les rencontres littéraires n’ont cessé de venir de tous les côtés, d’Europe comme d’Afrique et d’Amérique.

Réalisme magique et invention stylistique

Le lecteur d’Abdelaziz Baraka Sakin est touché par la manière aimante de mettre en scène les personnages, par son regard sur les différentes cultures de la corne de l’Afrique et même sur les cultures européennes (on découvrira ce dernier aspect au fur et à mesure des traductions). Son art de raconter élève le particularisme à l’universel. Son écriture allie un réalisme magique qui lui est propre à des descriptions minutieuses, encrées dans la réalité africaine. Ses inventions stylistiques, de même que le mélange de sérieux et de comique dont il use pour aborder des sujets graves font de chaque lecture un moment réjouissant. On sort des romans d’Abdelaziz Baraka Sakin rechargé à bloc d’énergie vitale.

“Au moment du repos du guerrier, nous sirotions notre café au gingembre, tandis qu’elle me parlait de tout et de rien avec son léger accent, aussi tonifiant que le parfum du café éthiopien, le matin qui se lève sur la berge du fleuve ou le soupir d’une Abyssine amoureuse” / Les Jango

L’année dernière, Baraka Sakin a reçu une bourse d’écriture du Centre National du livre pour la rédaction d’un roman dont l’intrigue se situe au Pic Saint-Loup dans les environs de Montpellier, ville où Baraka réside aujourd’hui (la photo de la Une est prise chez lui à Montpellier) et qui sera publié prochainement chez son éditrice égyptienne Gata Yemba, éditions Willows puis traduit en français, nous espérons le plus vite possible, par son traducteur attitré Xavier Luffin (Grand prix de la traduction pour “Les Jango”).

Une nouvelle vie en Autriche

Et cette année, il a été choisi pour devenir l’écrivain de la ville de Graz, en Autriche alors que paraîtra en octobre prochain chez Zulma son magnifique roman “La Princesse de Zanzibar”, déjà considéré comme un classique de la littérature, qui évoque la domination anglaise et surtout omanaise sur cet archipel africain dont l’Europe connaît peu l’histoire ; le tourisme et sa beauté de carte postale occultant les exactions des esclavagistes omanais du XIX siècle. Le livre a été interdit en Oman.

Rencontre avec Abdelaziz Baraka Sakin autour de La Princesse de Zanzibar (Zulma), samedi 17 septembre à 15h, avec la librairie La Cavale au Domaine d’O dans le cadre du festival Arabesques.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d'ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — Travail
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Outre-mer
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert