Macron: aveuglement idéologique

Le Macronisme s’apparente de plus en plus à une dérive idéologique aux antipodes du pragmatisme, faisant fi de la science et des avis d’expert pour imposer une dérive autoritaire au service d’une classe d’ultra riches.

Dans le film Transperceneige, un train tourne éternellement en rond autour d’un globe dévasté par le réchauffement climatique et la géo-ingénierie. Ses habitants semblent condamnés à reproduire le même schéma, éternellement.

Pour Emmanuel Macron et ses soutiens, l’aveuglement dépasse la science-fiction.

La réforme du travail ne créera pas d’emplois, nous expliquait une étude du CAE que présidait Mr Louis Aghion, économiste présenté comme l’inspirateur de ladite réforme. Incapable de citer la moindre étude confirmant l’existence d’un lien entre droit du travail et emploi, il ne semble pas se rappeler non plus des conclusions du FMI, de l’OCDE et de la Banque Mondiale, qui concluent toutes à la même chose : la flexibilisation du travail ne favorise pas la baisse du chômage.

Mais tant pis, on réforme quand même.

 Selon le comité d’étude mandaté par François Hollande à sa création, le CICE présenterait un bilan catastrophique, pour les finances publiques comme les créations d’emplois, évaluées au maximum à 100 000, soit 3 % du PIB ou six cent mille euros par emplois sauvé ou créé (62 fois plus chers qu’un emploi aidé). 

Mais tant pis, on va doubler son montant en 2019, pour le faire passer à 40 milliards, affirme le gouvernement.

Selon le FMI, « en réduisant les impôts des riches, les gouvernements risquent de saper la croissance économique ». Dans sa dernière étude, le champion du néolibéralisme explique que « taxer les riches ne nuit pas à la croissance ». En 2015, le fond monétaire concluait déjà à l’impact négatif des inégalités sur la croissance, ce que confirme les rapports de l’OCDE dès 2013.

Mais tant pis, le gouvernement supprime l’ISF et opère un formidable transfert de richesse des classes populaires et moyennes vers les 10 % les plus riches, comme le démontre l’OFCE (encore un organisme pas vraiment communiste !).

Comment faire passer ces réformes sans risquer un soulèvement populaire ?

Peut-être en prolongeant de manière permanente l’État d’Urgence en opérant un formidable tour de passe-passe. Car la loi antiterroriste, du propre aveu d’Emmanuel Macron, de la DGSE et des représentants de la justice, ne permet pas de lutter contre le risque terroriste. Certains vont même jusqu’à dire qu’il contribue à augmenter le risque.

 

#Makeourplanetgreatagain

Emmanuel Macron aimerait-il prendre les Français pour des imbéciles ?

Le défenseur de la COP21 dans les discours, organise le sabotage de l’accord à l’échelle européenne, nous apprend Médiapart, citant un rapport confidentiel sur la stratégie de négociation adoptée par la France et malencontreusement fuité.

Ceci expliquerait pourquoi Emmanuel Macron ratifie le CETA malgré les conclusions du rapport qu’il avait lui-même commandé, parlant d’un accord désastreux pour le climat et dangereux pour la santé. Le rapport arrive trop tard, dit-il pour justifier son choix d’en ignorer les conclusions !

Avant ça, la décision d’autoriser les perturbateurs endocriniens et la frilosité dans le dossier du glyphosate nous avait mis la puce à l’oreille.

Heureusement que la presse mainstream veille à ce que toutes ces informations ne circulent pas de façon trop visible.

 Qu’attendons-nous pour sauter hors du train ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.