La politique expliquée à Edwy Plenel

Réponse bienveillante à l'éditorial d'Edwy Plenel, "La démocratie expliquée à Emmanuel Macron"

Monsieur Plenel, il est temps que vous vous ressaisissiez. Je ne remets nullement en cause votre bonne foi et votre sincérité, mais un mea culpa devient nécessaire afin de conserver votre crédibilité.

Vous nous avez appelés à élire avec la plus grande marge possible Emmanuel Macron, lui avez ouvert votre antenne la veille du second tour, et vous vous étonnez maintenant qu'il gouverne dans une attitude peu démocratique, vous qui taxiez ceux qui jugeaient le vote blanc  compréhensible et l'abstention respectable  "d'apprentis sorciers" "sectaires"  nécessitant "une leçon d'anti fascisme". Vous ne sembliez pas capable d'appréhender ni de respecter le dilemme de nombreux lecteurs et électeurs, ni la stratégie politique qui consistait à ne pas donner de consigne au-delà du "aucune voix pour le FN", qui avait le mérite d'être claire et cohérente, pour le coup. 

Vous avez ensuite appelé à faire barrage aux Insoumis « hégémoniques » aux législatives, pour constituer une opposition « plurielle » (et contradictoire, mais ce détail vous échappe), et vous regrettez désormais l'absence d'opposition et de débat démocratique (y compris chez En Marche, un trait d'humour de votre part, je suppose !). Vous reprochiez à Mélenchon son Césarisme au micro de France inter (cf le monde diplomatique). Et vous semblez désormais découvrir celui de Macron, lui qui avait pourtant affirmé "la France est en deuil d'un Roi". 

Ainsi, vous poursuivez jusqu'au bout votre démarche incohérente. Vous appuyez de tout votre poids le mouvement de Benoit Hamon, qui se construit contre LFI, et surtout pas avec. Une torpille de plus pour la gauche, ancrée dans la contradicton puisqu'on ne peut mener une politique de gauche dans une Europe libérale. Le libéralisme que vous reprochez à Mr Macron a pour finalité la suppression des entraves au marché, comme l'écrivait Pierre Bourdieu dans le monde diplomatique dès 1998: qu’est-ce que le néolibéralisme ? Un programme de destruction des structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur.  Par définition, Macron et ce qu'il incarne, sont nécessairement antidémocratiques. Regardez ce qui se passe aux USA ! 

À chaque éditorial, vous nous gratifiez de contradictions multiples, au point de regretter les conséquences des choix que vous recommandiez dans votre parti pris précédent !  Tout autre vote que Macron au second tour serait fasciste et sectaire. L'opposition plurielle, mais sans la France Insoumise (et le FN). Soutenons le projet de progrès social-démocrate de Benoit Hamon dans l'Europe libérale et anti démocratique de Juncker. Etc. 

Alors de grâce, laissez la parole aux excellents journalistes que vous citez dans votre dernier éditorial, concentrez vous sur le journalisme d'investigation qui a fait le succès de Médiapart et arrêtez de vous contredire en nous abreuvant d'oxymores  aussi  grossiers que "le libéralisme démocratique" et "européisme de gauche". A quand "la guerre, c'est la paix" ?

Le jour viendra où il faudra choisir, entre démocratie et libéralisme, entre le système que vous défendez (malgré vous ?) et la gauche progressiste que vous combattez (malgré vous ?).

Tant que vous n'aurez pas tranché, évitez de projeter sur vos lecteurs la confusion qui vous anime. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.