Lonesome cowboy
Blogueur et journaliste itinérant
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juil. 2017

La politique expliquée à Edwy Plenel

Réponse bienveillante à l'éditorial d'Edwy Plenel, "La démocratie expliquée à Emmanuel Macron"

Lonesome cowboy
Blogueur et journaliste itinérant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur Plenel, il est temps que vous vous ressaisissiez. Je ne remets nullement en cause votre bonne foi et votre sincérité, mais un mea culpa devient nécessaire afin de conserver votre crédibilité.

Vous nous avez appelés à élire avec la plus grande marge possible Emmanuel Macron, lui avez ouvert votre antenne la veille du second tour, et vous vous étonnez maintenant qu'il gouverne dans une attitude peu démocratique, vous qui taxiez ceux qui jugeaient le vote blanc  compréhensible et l'abstention respectable  "d'apprentis sorciers" "sectaires"  nécessitant "une leçon d'anti fascisme". Vous ne sembliez pas capable d'appréhender ni de respecter le dilemme de nombreux lecteurs et électeurs, ni la stratégie politique qui consistait à ne pas donner de consigne au-delà du "aucune voix pour le FN", qui avait le mérite d'être claire et cohérente, pour le coup. 

Vous avez ensuite appelé à faire barrage aux Insoumis « hégémoniques » aux législatives, pour constituer une opposition « plurielle » (et contradictoire, mais ce détail vous échappe), et vous regrettez désormais l'absence d'opposition et de débat démocratique (y compris chez En Marche, un trait d'humour de votre part, je suppose !). Vous reprochiez à Mélenchon son Césarisme au micro de France inter (cf le monde diplomatique). Et vous semblez désormais découvrir celui de Macron, lui qui avait pourtant affirmé "la France est en deuil d'un Roi". 

Ainsi, vous poursuivez jusqu'au bout votre démarche incohérente. Vous appuyez de tout votre poids le mouvement de Benoit Hamon, qui se construit contre LFI, et surtout pas avec. Une torpille de plus pour la gauche, ancrée dans la contradicton puisqu'on ne peut mener une politique de gauche dans une Europe libérale. Le libéralisme que vous reprochez à Mr Macron a pour finalité la suppression des entraves au marché, comme l'écrivait Pierre Bourdieu dans le monde diplomatique dès 1998: qu’est-ce que le néolibéralisme ? Un programme de destruction des structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur.  Par définition, Macron et ce qu'il incarne, sont nécessairement antidémocratiques. Regardez ce qui se passe aux USA ! 

À chaque éditorial, vous nous gratifiez de contradictions multiples, au point de regretter les conséquences des choix que vous recommandiez dans votre parti pris précédent !  Tout autre vote que Macron au second tour serait fasciste et sectaire. L'opposition plurielle, mais sans la France Insoumise (et le FN). Soutenons le projet de progrès social-démocrate de Benoit Hamon dans l'Europe libérale et anti démocratique de Juncker. Etc. 

Alors de grâce, laissez la parole aux excellents journalistes que vous citez dans votre dernier éditorial, concentrez vous sur le journalisme d'investigation qui a fait le succès de Médiapart et arrêtez de vous contredire en nous abreuvant d'oxymores  aussi  grossiers que "le libéralisme démocratique" et "européisme de gauche". A quand "la guerre, c'est la paix" ?

Le jour viendra où il faudra choisir, entre démocratie et libéralisme, entre le système que vous défendez (malgré vous ?) et la gauche progressiste que vous combattez (malgré vous ?).

Tant que vous n'aurez pas tranché, évitez de projeter sur vos lecteurs la confusion qui vous anime. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement