Isoumis jusqu'au bout

En refusant de donner une consigne de vote, JLM et la France Insoumise maintiennent vivant l'espoir de jour meilleurs

Sans surprise, les médias et politiciens de tout bord se sont précipités sur la France Insoumise pour lui ordonner de se soumettre. Celui qu’on taxait il y a encore 24h d’autocrate et de dictateur en puissance décide de s’en remettre aux votes des militants, créant au passage la colère des dirigeants PS qui s’étaient ralliés depuis déjà trois mois, mais sans le dire trop fort, à la bannière d’En Marche, quitte à poignarder au passage leur propre candidat.

Pourtant, les choses sont simples à comprendre. Un soutien immédiat et inconditionnel à Emmanuel Macron signait la fin de la gauche en France. Comment espérer s’opposer au FN dans les prochaines élections, en particulier en 2022, si la non-présence au second tour est synonyme de ralliement automatique au parti que l’on combat depuis cinq ans ?

Le fascisme prospère dans l’absence de différence. Si ce n’etait pour la candidature de Mélenchon, le FN serait surement à 30 % comme ce fut le cas aux régionales. Sans oublier la puissance opposition affichée dans les débats, là où JLM montait au combat contre Marine Le Pen, au risque de devoir hausser la voix et de perdre en stature présidentiable. 

Et nos chers journalistes voudraient que tout cela soit jeté aux oubliettes. Circulez, ceci n’était qu’une posture pour passer à la télévision ? On imagine le dommage considérable qu’une telle décision aurait eu sur la vie politique française qui se serait résumée au choix entre Le Pen ou tout sauf Le Pen.

Mais en faisant semblant de ne pas comprendre ce dilemme, les éditorialistes et hommes politiques de tout bord jouent à un jeu dangereux, celui de pousser les insoumis insultés dans la direction opposée.

Au contraire, en s’appuyant sur les militants, en ne cédant ni à la panique ni à la pensée unique, Jean Luc Mélenchon prépare l’avenir. L’adhésion à son mouvement, surtout chez les jeunes, est aussi massive que fragile, aussi enthousiasmante que précieuse. Il serait pure folie de repousser ces jeunes électeurs et futur électeur vers l’extrême droite en affichant sans retenue un soutien « au système ». 

C'est au contraire faire preuve de confiance et de respect envers ses électeurs que de les laisser seuls décider en leur conscience de la marche à suivre. Jusqu'au bout, Surtout que cette décision "surprenante" avait été annoncé dès la création du mouvement insoumis. Mais ne comptez pas sur les "grands" journalistes pour vous expliquez ca !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.