L’ultraforce de la finance

La finance est ultrapuissante mais elle n'est pas hors d'atteinte.

 © Yakana © Yakana

Lorsque j'appelle un service spécialisé à l’hôpital public, je n'ai pas rapidement une personne au téléphone. Le personnel est limité, les contraintes sont budgétaires. Vraiment?

Lorsque j'obtiens un membre du personnel, mon rendez-vous est fixé dans plusieurs mois. A nouveau, les contraintes sont...

Non pas budgétaires. Pas vraiment. L’hôpital public manque d'argent aujourd'hui certes mais pas parce qu'il manque de l'argent. Combien d'argent la Belgique a-t-elle dépensé pour “sauver” Dexia/Belfius?

Les décideurs politiques sont aujourd'hui sous le poids de diktats financiers. Ces diktats que nous avons assimilé, que nous avons intégré, au point d'oublier que ce sont des diktats, des décisions imposées.

Pascal Chabot parle de l'ultraforce de la finance: “Quand l'individu prend acte de certains changements profonds dans son environnement de travail, dans une ville ou même dans les mentalités qui font l'air du temps, l'individu constate des effets, dont il infère que les causes sont lointaines, multiples, complexes et hors d'atteinte. Telle est l'action des ultraforces.”

Lorsque je dois patienter pour me faire soigner, je prends acte de ce changement profond. Voici un effet de l'ultraforce de la finance. Mais la cause n'est pas si complexe: l'argent des riches et des entreprises, déposé en banque, échappe à l'impôt, pendant que les pauvres et les classes moyennes permettent que les banques échappent à la crise.

Ces banques qui se portent très bien, pendant que les réfugiés, les sans papiers, les précaires, et moi-même, nous devons attendre pour nous soigner, quand nous y avons encore le droit.

Mais il est vrai que l'on peut inférer des causes complexes, lointaines et multiples aux malheurs du quotidien qui s'accumulent: revenus bas, travail précaire, soins onéreux et réduits. Face à cela, l'extrême droite arrive avec une solution simple, unique et proche: le Brexit au Royaume-Uni, la violence politique de Donald Trump, les immigrés en Belgique et en France.

La finance est ultrapuissante mais elle n'est pas hors d'atteinte. Ces dernières semaines, dans le monde entier, de nombreuses personnes ont dénoncé le pouvoir de la finance. Pointer cette ultraforce et la combattre permet de remettre le curseur sur les véritables coupables de la crise actuelle. Les migrants sont comme nous, ils n'en sont que les victimes....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.