Emmanuel Macron l’envers du décor

Les grandes voix audibles et crédibles de l'opposition fermant de la vie politique se sont tuent. Les médias ne bruissent que de la voix et des gestes d'un jeune président présent sur tous les fronts. A commencer par son installation au palais de l'Elysée avec le choix de ses bureaux, la modernisation de l'ameublement suivi du changement des dorures, parures et autres tapisseries. Mais passons à des considérations plus essentielles dans l'exercice d'un mandat présidentiel. En politique extérieure, la France aujourd'hui puissance de second rang, après avoir perdu son empire colonial au prix de deux guerres très meurtrières en Indochine puis en Algérie, n'a pas vocation à intervenir et à se mêler des affaires du Liban, Syrie, Irak et Iran. Par contre, elle a vocation à construire un partenariat politique et commercial solide avec l'Algérie en mémoire d'une présence de 130 ans avec le meilleur et le pire de la colonisation. Notre présence militaire au Sahel n'a de justification que si elle est concerté avec l’Algérie ce qui reste à prouver. Pour la construction de l'Europe, la France est orpheline de l'Allemagne et le projet est en panne privant notre président de toute initiative. En politique intérieure,le président gouverne par ordonnances. Peu de français ont compris les véritables enjeux des premières ordonnances pour réformer le code du travail. Les ordonnances vont se succéder à un rythme accéléré pour réformer le lien social. Mais le véritable enjeu est la modernisation du tissu industriel bassin d'emploi du futur. Le pays traîne le boulet de son parc nucléaire avec l'incertitude sur la prolongation de la durée de vie de ses centrales, celle du coût incalculable de leur démantèlement et de l'entreposage de leurs déchets radioactifs. Les huit premiers mois de la mandature d'Emmanuel Macron ont été riches des promesses faites aux français qui justifient sa côte de popularité mais l'ampleur des désillusions risque d'être à la hauteur des espérances!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.