Le nucléaire en péril

Notre jeune Président de la République, énarque accompli, est sur tous les fronts et a réponse à tout sur la scène médiatique. Nous attendons son plan d'actions pour pérenniser le nucléaire dans la production d'électricité face aux défis auquel il est exposé. Après la quasi faillite d'AREVA, la lourde dette d'EDF s'accompagne du vieillissement du parc de nos centrales et du retard de plusieurs années pris par la mise en service des réacteurs de nouvelles générations pour les centrales du futur, sans compter l'escalade des coûts. A ces difficultés s'ajoutent des incertitudes sur la fiabilité du projet d'enfouissement des déchets radioactifs à Bure. Confronté à de tels enjeux, EDF est actuellement dirigé par un président qui ne peut revendiquer comme principale expérience que 10 ans passés dans la musique chez Vivendi. Le nucléaire nous expose à un autre risque, celui de la sauvegarde des populations dans l'éventualité d'un accident allant de la fuite radioactive à une explosion dans une centrale. Les Préfectures des départements concernés par la présence de centrales ont instauré un plan Orsec iode consistant à mettre à la disposition des habitants résidant dans un périmètre donné et limité autour de celles-ci, des comprimés d'iodure de potassium pour protéger la thyroïde de l'iode radioactive. Cette disposition ne paraît pas mettre à l'abri une population touchée, de toutes les conséquences sanitaires d'un accident majeur dans une centrale. Informer ces populations de toutes les mesures préventives pour faire face à une telle éventualité est un impératif auquel le législateur doit répondre au plus tôt sous la gouverne du président de la République.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.