Radio France sans voix

J'écoute France Culture du matin au soir et j'apprécie ses émissions. Cette radio est très riche tant pour ses contenus que les voix familières de ses journalistes femmes et hommes toutes et tous de grand talent que du choix de ses invités, intervenants représentant ce qu'il y a de meilleur dans tous les domaines de nos connaissances. Sa couverture de l'événementiel en politique nationale et internationale est exceptionnelle. Depuis ce matin mardi, toutes les émissions de radio France ont cessé après l'appel à la grève de l'ensemble des organisations syndicales pour protester contre l'annonce d'un programme d'économies par la direction se montant à 60 millions d'euros, vraisemblablement d'une année à l'autre. Bien sûr l'initiative relève du gouvernement dans le cadre de sa politique dite de réformes. Trouver ainsi un moyen de bâillonner les voix de la radio publique, ce qui est tout à fait intolérable et relève d' une maladresse voulue ou pas, démontre le peu de cas que fait le macronisme de nos libertés. N'y aurait-il pas d'autres dépenses relevant du domaine régalien à couper par souci d'économies?

J'en retiens parmi beaucoup d'autres, celles que nous coûtent les frais de représentation de l'épouse du président de la République, Brigitte Macron. Cette dame titulaire d'aucun mandat politique dispose ainsi d'un cabinet à l'Élysée digne d'un ministre. Aujourd'hui, Brigitte Macron se déplace à nos frais à Marseille à la rencontre dit-elle de ses amis, ce qui est de toute apparence un faux prétexte pour soutenir les candidats du parti En Marche de son époux pour gagner la mairie de la deuxième ville du pays. L'apparition de l'épouse du président dans toutes les manifestations auxquelles s'invite le président fait de plus en plus l'affiche des médias. La 5ème République riche en turpitudes n'a jamais ainsi exposé au public l'épouse d'un président. Le contribuable est en droit de demander à la cour des comptes de chiffrer ce que coûte au budget de l'état le train de vie officiel de Brigitte Macron et d'y trouver là en y mettant fin une nouvelle ressource financière pour contribuer à pallier aux besoins de radio France de faire des économies.

Mais élevons le débat, après la grève des urgences dans les hôpitaux soumis aux mêmes restrictions budgétaires celle de radio France n'annonce t-elle pas pour la rentrée un vaste mouvement de grèves ? Nous attendons toujours les moyens que compte mettre en œuvre le gouvernement pour pourchasser l'évasion fiscale qui prive le budget de l'état de milliards voire de dizaines de milliards d'euros chaque année. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.