Nucléaire,la maison brûle

Cinq raisons justifient ce cri d'ALERTE au feu.

Malgré l'accident en mars 2011 de Fukushima, les riverains des 19 centrales nucléaires en France ne disposent d'aucun plan d'évacuation en cas d'un accident grave sur un réacteur entraînant des fuites radioactives importantes  menaçant  la santé de la population ainsi exposée.A cet égard,l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen en septembre 2019 a démontré l'incurie des pouvoirs publics à faire face à une telle situation de crise dont les effets sur la santé des habitants de l'agglomération  ne sont toujours pas connus.

Les réacteurs des centrales produisent jour après jour des tonnages importants de déchets radioactifs qui sont ensuite refroidis en piscines avant d'être entreposés sur des sites de stockage.Piscines et sites sont proches de la saturation et le choix de nouveaux sites soulèvent les plus vives protestations des riverains concernés. Les déchets les plus radioactifs devront être isolés pour la nuit des temps et le seul site d'enfouissement retenu jusqu'ici à Bure dans la Meuse est vivement contesté par les antinucléaires .

Les réacteurs de nos centrales ont été construits pour une durée de vie de 30 ans, mais leur exploitation est prolongée au delà de ce délai.Aller plus loin nécessite un carénage très coûteux.Sur sa faisabilité,un consultant bien connu pour être un propagandiste du nucléaire a prétendu que toutes les pièces d'un réacteur peuvent être remplacées sauf la cuve et son couvercle.Cette affirmation est contestée par un connaisseur du sujet avec une boutade rappelant  que les pièces à remplacer par des neuves sont très radioactives et les extraire en toute sécurité demandera des dizaines d'années 

EDF,l'exploitant de nos 19 centrales, s'oriente vers une situation de quasi faillite illustrée par une dette abyssale et ses échecs successifs dans la construction d'un réacteur de nouvelle génération, l'EPR de Flamanville.La Cour des comptes dans un rapport récent dénonce la mauvaise gestion d'EDF et le défaut de vigilance des services de l'Etat.Le coût de construction de l'EPR dépassera le budget initial par un multiple de 6 et sa mise en service reportée de 5 ans à 16 ans.

La part du nucléaire dans notre mix de production d'électricité en France est de 75% actuellement et le projet de l'abaisser à 50% est repoussé aux calendes grecques. Le chef de l'Etat ayant décidé l'arrêt de plusieurs réacteurs, EDF réclame la construction de nouveaux EPR, mais toute décision a été repoussée par Emmanuel Macron en 2023 après les élections présidentielles.

Face à de telles perspectives auquel est confronté le nucléaire en France,comment ne pas s'alarmer alors que la maison brûle et que les pompiers se font attendre.

.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.