Chevènement à rebrousse-poil

Entendu ce mercredi Jean-Pierre Chevènement invité des matins de France Culture pour la sortie de son livre  Passion de la France. Entendu Chevènement dresser une statue à Charles de Gaulle sauveur de la France après son appel du 18 juin, figure emblématique selon lui à l'égale de Jeanne d'Arc dans la France millénaire. Cela ne lui a pas échappé malgré tout, sans Jean Moulin et la résistance, un socialiste dont il s'est démarqué lui au dessus des partis politiques, de Gaulle n'aurait été rien aux yeux des Américains. Il aurait pu rappeler aussi que le programme du Conseil National de la Résistance dans la continuité du Front Populaire, approuvé à l'unanimité par les forces de l' intérieur en mars 1944,fut le socle de la protection sociale après 1945. Cela avait une autre dimension que la participation voulue par de Gaulle après son retour aux affaires.

La figure de Georges Mandel fut évoquée dans la mesure où en 1940 il a convaincu de Gaulle sous-secrétaire d'Etat au cabinet de Paul Reynaud de ne pas démissionner, ce qui n'empêcha pas de Gaulle de l'abandonner prisonnier en 1941 dans un fort pyrénéen avant son envoi à Buchenwald avec Léon Blum.

De Gaulle homme du dix-neuvième siècle fut partisan de l'empire colonial mais c'est à Chevènement que nous devrons d'apprendre que sa vision était celle de Bugeaud en 1850 d'unir Français et Arabes dans une même nation, ce qui n'empêcha pas de Gaulle à poursuivre la guerre d'Algérie 4 ans de plus pour briser le soulèvement de son peuple et abandonner en juillet 1962 les populations sahariennes  irradiées par ses campagnes d'essais nucléaires marquées par la catastrophe du tir Béryl dans le Hoggar le 1 mai 1962.La vision coloniale de de Gaulle pour le maintien de l'Algérie française fut contrariée par la répression sanglante du 17 octobre 1961 de la manifestation à Paris des ouvriers algériens main d’œuvre de Renault, revendiquant l'indépendance de leur pays, sous la conduite du préfet Papon persécuteur des Juifs sous l'occupation mais encore haut fonctionnaire gaulliste. Comment Chevènement  ne s'est pas souvenu que de Gaulle, homme de guerre, alla chercher Georges Pompidou pour en faire son Premier ministre en 1962, ce normalien qui passa la guerre comme enseignant au lycée Saint Charles à Marseille.

Chevènement fit la guerre en Algérie comme appelé et officier et parlant de l'OAS mentionna qu'elle avait la faveur de ses collègues du mess. Il eut été préférable qu'il laisse la parole aux troufions du contingent pour qui cette guerre d'Algérie n'était pas une guerre patriotique mais une obligation injuste.

Lui Chevénement a balancé très tôt entre Pierre Mendès France, radical en politique, et de Gaulle pour finalement se rallier aux doctrines nationalistes de ce dernier. Mendès France devant qui l'histoire est passée sans faire appel à lui et ce sera son erreur, laissa le champ libre à un souverain niant les partis politiques, tel que s'affirma de Gaulle. Mendès France fit la guerre dans les forces aériennes de la Royal Air Force.

Pour Chevènement la verticalité est source de pouvoir et il l'a revendiquée pleine et entière pour de Gaulle, sans pour autant constater à quel affaissement de l'Etat a conduit la Cinquième République sous ce régime. Observons que seule l'horizontalité à la source des partis politiques garantit la souveraineté du peuple.

Né en 1939, Chevènement revendique aujourd'hui l'âge de la sagesse mais ne faut-il pas penser qu'il joue de la formule!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.