Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

363 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 mai 2022

Hoggar irradié, la page déchirée

60 ans après Béryl nous ne disposons d'aucune évaluation des dommages causés à la santé des populations exposées aux retombées du nuage radioactif. Ce bilan humain doit comprendre aussi les traumatismes laissés à ce peuple saharien gardé dans l'ignorance de son sort.

Louis Bulidon
Retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le New-York Time nous apprend qu'Haïti après avoir obtenu son indépendance en 1803 a été l'objet d'une ordonnance en 1825 de Charles x lui réclamant d'indemniser les colons, obligation à laquelle les autorités de l'île ont dû se soumettre sous la menace des navires de guerre de la métropole. Le prix payé par Haïti est donné entre 20 milliards et 100 milliards d'euros car à la dette s'ajoutaient les intérêts. Ainsi ces remboursements se sont échelonnés jusqu'en 1957 sans qu'aucun gouvernement de la France n'y mette fin.

Cet épisode de la décolonisation à la française ne peut que raviver notre mémoire sur le passé colonial de la France en Algérie qui outre la guerre d'indépendance et ses séquelles de part et d'autre de la Méditerranée a compté pour pertes et profits l'abandon des populations dans un Hoggar irradié par ses campagnes d'essais nucléaires conduites à In Ekker de novembre 1961 à janvier 1966 au nombre de 13 tirs.

Le 1er mai 1962 le tir ayant pour nom de code Béryl a tourné à la catastrophe. Contre toute attente l'explosion n'a pas été confinée dans la galerie de la montagne du Tan Affela d'où s'est échappé un lourd nuage sableux dont la charge radioactive a irradié la troupe présente sur le site et les populations des centres de culture ou nomadisant comme les Touaregs. Les retombées de ce nuage nocif ont contaminé l'ensemble du massif du Hoggar sur un espace au moins aussi vaste que la France.

L'opinion pour peu qu'elle se soit intéressée à cette tragédie a seulement retenu que la France en quittant le champ de ses expérimentations avait laissé aux autorités algériennes un site mal protégé et la porte ouverte aux incursions des villageois en quête de tout ce qu'ils pouvaient récupérer comme métaux dans les galeries ouvertes des tirs sans savoir qu'ils étaient radioactifs. Mais là n'est pas toute l'ampleur du drame car 60 ans après Béryl nous ne disposons d'aucune évaluation des dommages causés à la santé des populations exposées aux retombées du nuage radioactif. Ce bilan humain doit comprendre aussi les traumatismes laissés à ce peuple saharien gardé dans l'ignorance de son sort.

La France et ses présidents de De Gaulle à Macron n'ont jamais reconnu être redevable d'une dette morale et financière envers les irradiés de ce Sahara oublié. Quant aux militaires en majorité les appelés du contingent et qui ont été les premiers exposés le jour de Béryl, ils n'ont fait l'objet d'aucune reconnaissance pour leurs sacrifices de la part d'un État voyou.

Beaucoup aujourd’hui estiment que le passé est le passé et qu'il vaut mieux tourner la page, ce à quoi je réponds comme témoin que la page a été arrachée et que la France se doit d'en payer le prix. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre